Jeudi 11 octobre dernier, au pub « ZE » situé aux Kchatot, s’est tenue pour la première fois à Ashdod une soirée de consultations des habitants de la ville qui s’inscrit dans le prolongement de la révolte sociale de l’été 2011.Plusieurs tables rondes avec un thème de réflexion différent pour chacune étaient animées par une personnalité de la ville connue pour son activisme sur Ashdod.
Au total, ce sont plus d’une centaine d’ashdodiens qui ont cherché des solutions au niveau municipal pour améliorer les domaines suivants :

–         L’emploi,

–         Le social,

–         Le logement,

–         La santé,

–         Les transports publics et l’environnement,

–         L’éducation,

–         La culture et les loisirs,

–         Le partenariat avec les habitants de la ville.

Toutes les tables étaient particulièrement bouillonnantes mais celle concernant le logement était de loin la plus enflammée.

Suite à ce brain-storming, premier du genre à Ashdod, des solutions pertinentes ont été suggérées par les participants.

L’emploi

  1. Création d’un pôle technologie doté d’un centre de développement professionnel.
  2. Création de pôles d’initiatives qui permettront l’accompagnement et le soutien des jeunes entrepreneurs de la ville intéressés par le développement d’affaires.
  3. Création d’un centre de conseil pour les petites entreprises et les initiatives locales.
  4. Développement d’une aile Business avec un budget prenant en compte de nouveaux moyens.

Le social

1. Retour des Matnass à des activités de centres communautaires : importantes subventions des activités parascolaires de manière à renforcer les liens entre la population, la municipalité, les directions de quartier et les services sociaux et permettre l’égalité des chances pour toutes les couches de la population.

2.    Ouverture à des initiatives émanant de volontaires tout en réduisant la bureaucratie, indépendamment des jours et heures de travail des services sociaux.

3.    Développement de programmes à long terme pour accompagner les familles en situation de précarité dans le but d’éviter de se retrouver avec une génération supplémentaire qui soit dépendante de l’aide sociale.

4.    Appartenance à la communauté : volonté de mettre en place des groupes municipaux qui soient reconnus, analyse des groupes existants et création d’espaces communs à la disposition du public. 

Partenariat avec les habitants

  1. Evolution du rôle tenu par les directions de quartier tant au niveau de leur aménagement que des sujets sociaux, communautaires et de la mise en place de centres de partenariat public.
  1. Sensibilisation à l’importance de l’implication des habitants de la ville dès l’école notamment au moyen de la création de comités d’élèves qui s’exprimeront sur l’environnement scolaire. Les élèves qui auront été impliqués dès leur plus jeune âge sauront également s’impliquer devenus adultes.
  1. Identification des groupes déjà impliqués dans divers domaines de manière à les aider et leur confier des responsabilités, permettre la mise en place et le développement d’espaces communs qui répondent aux besoins identifiés. 

Logement

  1. Réhabilitation des vieux quartiers : développement d’activités sociales pour les jeunes habitants de ces quartiers grâce à des investissements dans les infrastructures permettant de répondre aux besoins des jeunes familles.
  2. Réhabilitation des appartements dans les vieux quartiers grâce d’une part à la loi « Evacuation et Reconstruction » (Pinouï / Binouï) et d’autre part à la loi « Tama 38 » qui facilite la mise aux normes sismiques de vieux immeubles.
  3. Création à la mairie d’un département pour le développement de groupes d’achats par les citoyens et d’acquisition anticipée de projets existants en fonction des populations ciblées dans le but de réduire les coûts de marketing et d’accès à la propriété.
  4. Promouvoir la répartition des ressources de manière équitable entre la construction dans les nouveaux quartiers et la réhabilitation des quartiers plus anciens.
  5. Encourager et aider à la création de groupes d’achats des habitants dans les anciens quartiers.

La santé

  1. Partenariat avec les Caisses maladie et pression de la mairie de manière à améliorer les services : niveau des soins, amélioration des services par la mise en place d’examens médicaux autres que les examens basiques, équipement d’imagerie avancée et la multiplication de spécialistes dans la ville.
  2. Investissement pour l’ouverture de centres médicaux de manière à réduire les délais pour l’obtention de rendez-vous.
  3. Mise en place d’infrastructures permettant de recevoir tous les patients d’Ashdod sans faire de distinction entre les Caisses maladie ou la situation socio-économique.

Environnement – Transports publics

  1. Amélioration de l’accès à la gare pour les habitants par une fréquence plus importante des bus aux heures de pointe.
  2. Création de pistes cyclables supplémentaires dans la ville.
  3. Identification et signalisation des chemins empruntés par les écoliers.

Culture et loisirs 

  1. Investissement dans l’avancement d’initiatives locales et création d’opportunités pour le développement des loisirs variés au niveau local en tenant compte de l’hétérogénéité de la population (âge, orientation culturelle, centres d’intérêts).
  2. Amélioration de la sécurité municipale, renforcement de la sécurité dans les principaux lieux de loisirs au moyen d’un travail commun entre la police, la mairie et les commerçants.
  3. Allègement de la bureaucratie et des conditions d’obtention de permis d’activités pour les commerces et réduction de l’Arnona de manière à favoriser les initiatives locales dans le domaine des loisirs.
  4. Amélioration de l’accès et meilleure diffusion des spectacles.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.