13142_0512_ascenseur

Il est évident que l’utilisation d’un ascenseur ordinaire est formellement interdit le Chabbat et même pour aller à la synagogue, car plusieurs Issourim (interdits) interviennent dans son mécanisme de fonctionnement, ceci est clair pour tous les décisionnaires.

Rav Ovadia Yossef Chlita, a écrit que selon le Din strict, il n’y avait pas de problème pour :
L’ascenseur Chabbatique », que l’on trouve essentiellement en Erets Israël. La conception même de cet ascenseur est faite de manière à ce que celui-ci s’arrête systématiquement à chaque étage, et ne peut que monter (jusqu’en haut) ou descendre (jusqu’en bas). Ces ascenseurs seraient autorisés, en vertu d’un principe qui serait complexe et long à décrire dans ces quelques lignes (Psik Réché Délo Ekhpat Lé Béissour Dérabanan Bémakom Mitsva). Par contre il ne faut pas s’approcher de la porte au moment de la fermeture, car on entraînerait sa réouverture.

Néanmoins certains Poskim (décisionnaires) n’ont autorisés leur utilisation que Létsorekh Mitsva ; dans l’utilité d’une Mitsva (ex : la synagogue se trouve au 10e étage de l’hôtel).
D’autres interdisent catégoriquement ces ascenseurs. C’est pourquoi Rav Ovadia Yossef Chlita a écrit que dans la mesure du possible il fallait éviter ses ascenseurs. Lui-même a refusé son utilisation, quand il fut malade et dût monter à pieds les étages de son immeuble (même si plus haut nous avons rapporté que d’après le Din strict, ceci est permis).

Une compagnie Israélienne travaillant conjointement avec un institut Halakhique fabrique des ascenseurs qui pourraient être utilisés, en cas de besoin, si les Guedolé Hador (grands de la génération) le permettaient. Par conséquent, il convient de vérifier la Téoudat Cacherout de ces ascenseurs, qui portent le nom de : « Institut Technologique du Rav Lévy Isaak Halpérin Chlita. »

Un escalator qui s’exécutent automatiquement est considéré comme un ascenseur automatique, et d’après la loi stricte il est  permis de l’utiliser pendant Chabbat à condition qu’il ne démarre pas quand on s’approche de lui, mais il est toujours conseillé de s’en abstenir et de l’utiliser qu’en cas de force majeure.

Références : Rav Ovadia Yossef Chlita dans Halikhot dans Halikhot Ôlam Volume 4 page 158, Rav Chlomo Zalman Auerbach zl., Rav Its’hak Yossef Yalkout Yossef Halakhot Chabbat volume 5 page 192, Rav Yéhochouâ Neuwirth dans Chmirat Chabbat Kéilkhata, Perek 23 Saïf 52, Chéârim Métsouyanim Bahalakha Volume.8 Siman 78 Saïf Katan 5, Rav Ménaché Israël Reïzman, Rav Haïm Jachter, Rav Michael Broydé, Rav David Lao de Modiin.

Laisser un commentaire