Rotem, guetteuse de la Marine : “Nous surveillons la frontière maritime sous tous les angles”Article Précédent
Pourquoi Israël dominera le nouveau Moyen-Orient !Article Suivant

Muriel Nabet, annonce sa candidature en 2ème position sur la liste de Léon Benloulou, « Halev ha’hevrati »

Article   0 Commentaire
Espacement de ligne+- ATaille du texte+- Imprimer cet article
Muriel Nabet, annonce sa candidature en 2ème position sur la liste de Léon Benloulou, « Halev ha’hevrati »

muriel nabetParmi la vingtaine de listes en lice pour les prochaines élections du Conseil municipal d’Ashdod, enfin une liste où les francophones sont en première place.

Muriel Nabet, annonce sa candidature en 2ème position sur la liste du maire-adjoint d’Ashdod M. Léon Benloulou, « Halev ha’hevrati » (Au cœur de la société), pour les prochaines élections municipales.

Montée en Israël il y a bientôt onze ans, j’ai, comme de nombreux olim, vécu ce que l’on peut appeler un véritable parcours du combattant. Me retrouvant seule du jour au lendemain, quelques jours seulement après mon Alyah avec mes quatre enfants, j’ai connu toutes les difficultés d’intégration que l’on peut imaginer. Toute l’expérience professionnelle que j’avais acquise en France devait être remise en question pour m’adapter à la réalité locale.

J’ai très vite compris que sur Ashdod le marché de l’emploi est souterrain, c’est-à-dire qu’il n’y a quasiment aucune offre d’emploi sur la ville puisque tous les postes sont déjà pourvus en amont, c’est-à-dire par connaissances interposées. Par exemple, aucune annonce n’a été publiée lorsque le nouvel hôtel West, situé en face de la Mamounia, a ouvert… Combien d’offres d’emplois sont proposées dans les médias pour travailler à Elta, Gan Ha’himiqalim (société très importante de produits chimiques située dans la Z.I. nord d’Ashdod), la Compagnie d’Electricité, la municipalité ou le port ?

En tant que responsable du centre de soutien scolaire et au cœur de leurs préoccupations, je suis régulièrement sollicitée par de nombreux olim pour apporter ma contribution à des questions qui nous concernent tous : l’emploi, le logement, l’aide sociale.

C’est pourquoi, j’ai bien saisi qu’à l’instar des russophones ou des géorgiens, la seule façon d’ouvrir les portes aux olim francophones, c’était d’avoir un poids politique en étant représenté au Conseil municipal et ainsi être à l’affut de tout ce qui se trame dans la ville, notamment en matière d’emploi et d’urbanisme, proposer aux retraités une assistance dans leur quotidien,  s’assurer d’une véritable politique d’intégration (documents traduits en français, plus de francophones dans les services municipaux,  service téléphonique pourvu d’une option pour le français…),  dans l’accueil des jeunes olim dans l’ENSEMBLE des établissements scolaires de la ville.

Je connais la carte politique d’Ashdod par cœur et c’est bien la raison pour laquelle je décrypte exactement tout ce qui s’y passe, y compris ce qui ne va pas…

leon Benlolo

Les olim francophones représentent numériquement une communauté très importante mais comme ils ne sont, pour l’heure, pas mobilisés et qu’ils se dispersent régulièrement sur plusieurs listes électorales, ils ne parviennent pas à s’imposer sur l’échiquier politique de la ville.

Après avoir reçu plusieurs propositions, dont certaines particulièrement prometteuses, j’ai choisi de me présenter sur la liste du maire-adjoint, M. Léon Benloulou, parce qu’il est le seul à m’avoir décrit un plan d’intégration très détaillé qu’il a élaboré en faveur des olim francophones de la ville. Lorsque j’ai vu, qu’au-delà des calculs électoraux qui font que tout d’un coup tous les candidats se rappellent au bon souvenir des français, M. Benloulou affichait une sincère volonté de promouvoir notre communauté, j’ai compris également qu’au-delà des propositions alléchantes, il y avait une réelle opportunité d’ouvrir la porte aux olim francophones. Riche de son expérience de plusieurs années en tant que conseiller municipal, maire-adjoint et membre de la Histadrouth, M. Benloulou connait tous les rouages des institutions locales et sait parfaitement ce qu’il y a lieu de faire pour ouvrir leurs portes aux olim francophones. En outre, il parle parfaitement le français, ce qui permettra enfin aux nombreux olim de la ville de pouvoir exprimer leurs attentes sans difficulté !

Oui, nos besoins en tant que communauté française expatriée, ou plutôt rapatriée, sont énormes à Ashdod. A mon sens, seul Léon Benloulou qui réside dans cette ville depuis 40 ans est à même de nous apporter le soutien nécessaire à nos attentes. Sa réussite dépendra de notre mobilisation à tous, de notre solidarité et de notre volonté de ne faire qu’un !

Renforçons ses moyens d’agir et soutenons-le dans son action !!!

Article   0 Commentaire

S'inscrire à la newsletter AshdodCafé.com

S'inscrire
Mairie Ashdod
Joseph Sitruk Avocat
Bella Ligna
Mairie Ashdod Culture
Cal Auto
Immobilier Low Cost

Fil d’info 24h/24h en direct d’Israël