palestiniens « Les détenus Palestiniens sont des terroristes pas des prisonniers politiques »Et encore moins des résistants !

Israël a commencé hier soir l’opération de libération de 26 Terroristes palestiniens avant le début des pourparlers de paix demain à Jérusalem.

Les Pro Palestiniens justifient souvent le terrorisme, où qu’il s’exerce, en le comparant aux actes commis par les résistants contre les nazis qui occupaient la France.
Comparaison ridicule, crapuleuse et surtout insultante pour la résistance Française. Les résistants français ne s’attaquaient pas à la population civile de l’ennemi, et n’ont forcément commis aucun attentat en Allemagne !
Jamais les résistants ne se sont attaqués à des civils, comme le font les terroristes Palestiniens.

Le terrorisme Palestinien frappe Israël depuis plus d’une décennie. Lors de la seconde Intifada, les attentats suicides étaient quasi quotidiens. Or, depuis la construction de la barrière de sécurité en 2003 et malgré de multiples tentatives, les attaques terroristes sont en baisse. Mais cela aucun media ne vous le dira.

Voyons de plus près la définition du prisonnier politique en droit international.

• 5 critères objectifs ont été définis et adoptés par toutes les instances du Conseil de l’Europe :
1) Détention imposée en violation des Libertés Fondamentales (pensée, conscience, expression, association).
2) Détention pour des raisons politiques sans rapport avec une infraction.
3) Disproportion pour des raisons politiques entre la durée ou les conditions de détention et la gravité de l’infraction.
4) Discrimination d’une personne par rapport à d’autres pour des raisons politiques.
5) Irrégularité de la procédure de jugement pour des raisons politiques.
Pour être prisonnier politique le prisonnier doit remplir au moins l’un des 5 critères définis officiellement.

Les prisonniers Tibétains remplissent le plus souvent ces 5 critères de manière cumulative. Les palestiniens quant à eux, détenus dans les geôles Israéliennes ont pour la plupart du sang de civil Israélien sur les mains ou sont impliqués dans des activités liées au terrorisme.

Le 30 avril 2013, un civil israélien Evyatar Borovsky, père de cinq enfants de la région de Yitzhar a été poignardé au carrefour Tapuah en Samarie par un membre du Fatah libéré après avoir purgé une peine de trois ans de prison en Israël pour avoir lancé des pierres (qui tuent) sur des civils.

Mars 2013, Adèle Bitton, âgée de 3 ans lutte pour rester en vie suite à l’attentat palestinien par jet de pierres en Samarie.

Le 11 mars 2011, Oudi et Ruth Fogel et trois de leurs jeunes enfants ont été massacrés au couteau pendant leur sommeil dans la localité d’Itamar, en Samarie par des islamo barbares aujourd’hui incarcérés.

Le 23 septembre 2011, Asher Palmer a été tué avec son bébé Yonathan par des arabes Palestiniens . Asher Palmer et Yonatan âgé d’un an voyageaient sur l’autoroute 60 près de Halhoul, au nord de Hébron, lorsque des terroristes Palestiniens dans la direction opposée ont jeté une grosse pierre sur le pare-brise de son véhicule.

Lynchage de 2 Israéliens par des sauvages Palestiniens le 12/10/2000 à Ramallah

L’attaque suicide menée contre l’hôtel Park de Natanya en mars 2002. En plein soir de la Pâques juive, 30 Israéliens avaient été tués par un kamikaze palestinien. C’est du terrorisme pas de la politique.
Anjas Walid, responsable de l’attentat mené contre le café Moment à Jérusalem, toujours en 2002. 12 Israéliens avaient alors été tués et près de 54 autres blessés. C’est du terrorisme pas de la politique.
Moussab Ashlemon, lui, avait été condamné à 17 peines de réclusion à perpétuité pour l’expédition de deux kamikazes qui ont fait sauter deux bus à Beersheba en 2004. L’attentat avait tués 16 civils. C’est du terrorisme pas de la politique.
Au niveau des femmes palestiniennes relâchées par Israël, on retrouve notamment Ahlam Tamimi, la première activiste à rejoindre le Hamas au début de la seconde Intifada. En août 2001, elle avait conduit en voiture le kamikaze qui avait tué 18 personnes dans un restaurant de Jérusalem, la pizzeria Sbarro. C’est du terrorisme pas de la politique.
Lorsque des mairies communistes comme celle de Bezons qui nomme « citoyen d’honneur » un prisonnier palestinien accusé par Israël d’être impliqué dans l’assassinat d’un ministre israélien, tué en octobre 2001 à Jérusalem. Elles glorifient Le meurtre et le terrorisme quand ils devraient être condamnés sous toutes leurs formes.

Majdi Ihrima Al-Rimawi, terroriste palestinien a été condamné à 80 ans de prison pour sa participation à l’assassinat du ministre du Tourisme Rechavam Zeevi.
La mairie de Bezons présente Le criminel Majdi Ihrima Al-Rimawi comme une « victime de l’occupation ». On inverse les rôles, les valeurs et le tour est joué. Une décision ignoble et terrifiante de la part d’un élu et qui nous rappelle les pires moments de la collaboration en 40.
Ahmad Saadate présenté comme un » prisonnier politique « par les associations pro palestiniennes et certains medias purgeant une peine à perpétuité, alors qu’il est le dirigeant d’une organisation le FPLP reconnue terroriste par de nombreux pays occidentaux et qu’il avait été condamné pour avoir commandité le meurtre du ministre du Tourisme israélien Rehavam Zeevi en 2001.
1218 Israéliens ont été tués par des terroristes Palestiniens depuis septembre 2000.
L’appel à la violence tourne à plein régime dans les médias Palestiniens, en particulier ceux du Hamas. Au début des années 2000, les bombes suicides palestiniennes terrorisent et tuent sans pitié et délibérément des civils innocents jusque dans les autobus, les restaurants et les cinémas.
La glorification des “martyrs” fait partie de la culture Palestinienne.
L’Incitation à la haine, la violence et le meurtre de civils israéliens sont enseigné dès le plus jeune âge dans la société Palestinienne avec l’argent du contribuable Européen.
Selon Le Telegraph: « le Hamas entraîne les enfants à tuer avec des Kalachnikovs, des grenades et des explosifs » selon le programme du ministère de l’éducation du Hamas »
Pour recruter des terroristes, y compris des femmes et des enfants, ses dirigeants s’appuient sur le “culte de la mort“ et la promesse d’offrir 70 vierges aux candidats au suicide.
Alors, en Israël, quand des criminels Palestiniens sont arrêtés, ils sont jugés, emprisonnés selon les règles en vigueur.
Israël est un pays démocratique, doté d’une Justice digne de ce nom et son système pénitentiaire est exemplaire et conforme aux règles internationales.

A-t-on déjà vu ou entendu la France s’inquiéter, à chaque attentat de l’état de santé ou de ce qu’il est advenu des victimes de ces terroristes Palestiniens ?

Qu’est-ce que le terrorisme ?

« toute action qui a pour intention de causer la mort ou de graves blessures corporelles à des civils ou à des non-combattants, lorsque le but d’un tel acte est, de par sa nature ou son contexte, d’intimider une population, ou de forcer un gouvernement ou une organisation internationale à prendre une quelconque mesure ou à s’en abstenir ».

Un prisonnier politique est un individu emprisonné pour des motifs politiques alors qu’un prisonnier Palestinien lui est un terroriste dès lors qu’il tue des civils non-combattants.

Les groupes qui soutiennent ou organisent ces actions terroristes incluent actuellement le Hamas, le Jihad islamique palestinien, les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa dépendantes du Fatah, le Front populaire de libération de la Palestine, le FPLP-GC, le Front démocratique de libération de la Palestine et l’organisation Abou Nidal. Certains de ces groupes sont listés comme terroristes par les États-Unis et l’Union européenne.

Israël est un pays de droit, on ne blanchit pas les crimes pour libérer des terroristes qui ont du sang sur les mains en oubliant la souffrance des familles des victimes.

Tous ceux qui affirment que les Palestiniens veulent la paix sont à mes yeux des hypocrites, des ignorants et surtout des incitateurs de haine anti Juive et Je comprends pourquoi un grand nombre d’entre eux croient qu’il y a un peuple « palestinien » ce qui est une fumisterie intellectuelle qui a été dynamisée par de nombreux Medias.

La Palestine c’est la Jordanie et les détenus Palestiniens ne sont pas des prisonniers politiques mais bien des terroristes.

http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/middleeast/palestinianauthority/10023810/Hamas-teaches-Palestinian-schoolboys-how-to-fire-Kalashnikovs.html
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=YmBAZpbKhmM

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.