L’affaire de Lee Zeitouni, cette jeune femme tuée en septembre 2011 en Israël par deux chauffards qui avaient pris la fuite en France, va rebondir dès septembre. Claude Khayat et Éric Robic sont enfin convoqués chez le juge parisien en charge de l’affaire.

ISRAEL-FRANCE-ACCIDENT
L’affaire de Lee Zeitouni, cette jeune femme tuée en septembre 2011 en Israël par deux chauffards français qui avaient pris la fuite en France, va rebondir dès septembre. D’après nos informations et selon des sources proches de l’enquête, Claude Khayat et Éric Robic, les deux hommes qui étaient à bord du 4 × 4 BMW noir ayant renversé la jeune femme, vont être convoqués chez le juge parisien en charge de l’affaire. Ils seront entendus les 3 et 5 septembre.

Dans le cadre de ces auditions, le magistrat devrait leur signifier leur mise en examen pour «homicide involontaire, non-assistance à personne en danger et délit de fuite». Des faits pour lesquels ils risquent aujourd’hui dix ans de prison et 150.000 euros d’amende. Par ailleurs, le juge devrait statuer sur leur sort dans l’attente de leur procès devant un tribunal correctionnel et choisir entre un contrôle judiciaire ou un placement en détention. D’après nos informations, le parquet, qui s’est déjà prononcé, a requis le contrôle judiciaire.

Ces auditions seront les premières dans cette affaire qui a littéralement scandalisé Israël. Le décès de cette jeune femme de 25 ans à Tel-Aviv et la fuite précipitée des deux Français vers leur pays avaient en effet suscité une vague d’indignation. Pour cet accident, provoqué par une vitesse excessive et le non-respect d’un feu rouge, le juge devra d’ailleurs préciser le rôle des deux hommes, soupçonnés en Israël d’avoir des relations bien peu fréquentables. Même si Claude Khayat s’est toujours présenté comme le chauffeur, des rumeurs persistantes indiquent qu’il s’était en réalité accusé en échange d’une somme qu’Éric Robic aurait accepté de lui verser pour effacer une dette auprès d’une organisation mafieuse.

Port d’arme prohibé

Ce rendez-vous dans le bureau du juge est fermement attendu par la famille et les proches de Lee Zeitouni, particulièrement choqués par le comportement des deux hommes, une fois de retour en France. Au lieu de se faire discret, Claude Khayat, notamment, a multiplié les infractions. Mais cette fois, ce jeudi, c’est Éric Robic qui a fait parler de lui, interpellé armé dans le sud de la France. Mêlé à une rixe, vers 5 heures du matin, sur un boulevard de Juan-les-Pins et alors qu’il sortait d’une boîte de nuit, il a été appréhendé en possession d’un pistolet automatique 6.35 chargé. En fin de journée, ce même jeudi, il était toujours en garde à vue pour port d’arme prohibé dans les locaux du commissariat d’Antibes. Il avait tout d’abord été placé en cellule de dégrisement avant de pouvoir être interrogé.

«Cette attitude ne m’étonne aucunement, vu ce que je sais de cet homme», a réagi Me Gilles-William Goldnadel, l’avocat de la famille de Lee Zeitouni. «Nous espérons que la justice saura faire preuve de fermeté quand elle jugera ces deux individus et qu’elle agira rapidement», a aussi commenté Roy Peled, le fiancé de Lee.

Quant à Claude Khayat, il a déjà été flashé à plusieurs reprises pour de grands excès de vitesse sur autoroute. Il a par ailleurs été impliqué dans des faits d’escroquerie aux encarts publicitaires. Une affaire qui lui a valu une condamnation à huit mois de prison avec sursis en janvier dernier, à Paris.

http://www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.