De nouvelles solutions pour envoyer de l'argent avec son mobileArticle Précédent
promulgation de la loi sur la protection du livre et des auteurs  Article Suivant

La frontière nord est-elle une frontière forte ?

Article   0 Commentaire
Espacement de ligne+- ATaille du texte+- Imprimer cet article
La frontière nord est-elle une frontière forte ?

La réponse est : plus forte que jamais. La barrière de sécurité construite le long de la frontière syrienne est une ligne de défense qui permet d’assurer la sécurité d’Israël et d’éviter que la guerre civile, qui fait rage en Syrie, ne déborde sur le territoire israélien. Son utilité est incontestable et elle remplit sa mission de manière très efficace.

brigade nahal

Les barrières de sécurité ne sont qu’un des outils de protection des frontières d’Israël mais elles ont un rôle déterminant. Le mois dernier a été rythmé par les fêtes juives de début d’année hébraïque mais également par un état d’alerte élevé sur le plateau du Golan, qui reste toujours sous tension. Récemment, au cours d’une session d’entrainement surprise, les soldats de laBrigade Nahal ont testé la nouvelle barrière construite le long de la frontière avec la Syrie. Cette barrière a été mise en place dans le but d’empêcher les passages illégaux d’éléments hostiles depuis la Syrie suite à la guerre civile qui a éclaté de l’autre côté de la frontière. Cette barrière est similaire à celle qui longe la frontière avec l’Égypte dans le sud d’Israël.

Tsahal se prépare à chaque situation et pour cela l’armée a donné pour mission à la Brigade Golani de tester l’étanchéité et le niveau de sécurité de la barrière. Le colonel Eric Hen, commandant de la Brigade Golani, explique que ces essais sont en cours, afin de savoir où sont les points faibles de la clôture, et comprendre quelles améliorations il est possible de lui apporter.

Après des essais réussis, les forces de Tsahal ont voulu déterminer de quelles manières il était possible de franchir la clôture. Des patrouilles ont effectué une embuscade surprise. “En fin de compte la patrouille qui a effectué l’exercice sait maintenant parfaitement comment garantir l’étanchéité de la barrière. Dans la plupart des cas la patrouille qui est confronte a une incursion peut arrêter seule les assaillants qui cherchent à franchir la frontière. Les forces qui se trouvent sur place n’ont pas besoin d’attendre les renforts de forces supplémentaires ou de tanks. Nos soldats ont également montré leur capacité à franchir la clôture si nécessaire,” souligne le colonel Hen.

Les soldats de la Brigade Nahal ont également simulé d’autres type de situations d’urgence comme des échanges de tirs entre Tsahal et l’ennemi. L’efficacité du système est frappant, la barrière tient bon face à tout type de tirs et réduit la force d’une attaque. “En cas d’attaque violente, la barrière minimise les conséquences. Par exemple, les dommages causés par des missiles tirés sur des véhicules longeant la frontières sont diminués. Si il le faut, les soldats utilisent les véhicules pour se protéger et tirer en direction de l’ennemi,” ajoute le colonel Hen.

La barrière, dont la construction n’est aboutit qu’a moitié, fait cinq mètres de haut et est entourée de fils barbelés et de tranchés. En plus de la clôture, un système pour recueillir des renseignements a été mis en place, permettant la mise en place d’alertes rapides et complètes avant que des attaques n’aboutissent et ne causent des dégâts. L’armée israélienne a également augmenté le nombre de troupes qui sont stationnées dans cette région. Ces dernières années, seule les soldats réservistes étaient présent, mais depuis quelques temps des unités spécialisées d’infanterie régulière viennent faire des gardes sur le plateau du Golan en raison du besoin sécuritaire  qui y est croissant.

Article   0 Commentaire

S'inscrire à la newsletter AshdodCafé.com

S'inscrire
Mairie Ashdod
Joseph Sitruk Avocat
Bella Ligna
Mairie Ashdod Culture
Cal Auto
Immobilier Low Cost
Mishkan Ashdod Culture

Fil d’info 24h/24h en direct d’Israël