Le prix Nobel de la paix est attribué à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) Article Précédent
Téléphone portable et risques de cancer : une équipe israélienne apporte un nouvel élément de preuveArticle Suivant

Israël pourrait remporter davantage de prix Nobel – liste des prix Nobel depuis 48 !

Article   0 Commentaire
Espacement de ligne+- ATaille du texte+- Imprimer cet article
Israël pourrait remporter davantage de prix Nobel – liste des prix Nobel depuis 48 !

Médaille-du-prix-Nobel-1024x682

Le sous-financement du milieu académique en Israël expliquerait en grande partie la fuite des cerveaux

L’annonce mercredi que deux americano-israéliens se partageront cette année le prix Nobel de chimie a fait ressurgir la question de la fuite des cerveaux et du sous-financement de la recherche universitaire en Israël.

Les lauréats, tous deux professeurs aux Étas-Unis, se sont rencontrés à l’Institut Weizmann en Israël: Arieh Warshel, né dans un kibboutz et professeur de chimie et de biochimie à l’Université de Californie du Sud depuis les années 1970, et Michael Levitt, un natif d’Afrique du Sud émigré en Israël en 1979 qui a enseigné à Weizmann de 1980 à 1987.

Levitt a par la suite quitté son pays d’adoption pour les Etats-Unis car il avait l’impression que ses travaux de recherche ne pourraient pas progresser en Israël.

Même son de cloche du côté de Warshel. En entrevue sur la chaîne de télévision israélienne « Arutz 2 », il a affirmé être parti pour les États-Unis car il était « difficile de progresser à l’Institut Weizmann ».

Le fait que les deux universitaires étaient incapables de poursuivre une carrière de recherche prometteuse en Israël témoigne du manque chronique de ressources dont souffrent les instituts d’enseignement supérieur en Israël.

Cette situation a conduit à un problème de fuite des cerveaux aiguë en Israël.

Selon le Président de l’Université hébraïque de Jérusalem, le professeur Menahem Ben-Sasson, les Israéliens ne doivent pas s’étonner du fait que les meilleurs universitaires s’envolent à l’étranger pour gagner un prix Nobel.

«Pendant des décennies, le pays a négligé de moderniser et d’agrandir ses installations de recherche et d’augmenter les ressources dont les scientifiques ont besoin pour faire leur travail. Nos universités seraient ravies que leurs diplômés reviennent à la maison poursuivre leurs travaux, mais cela nécessite des investissements », a-t-il déclaré dans une entrevue au quotidien israélien Times of Israël.

Ben-Sasson ne réfère pas nécessairement à des salaires plus élevés lorsqu’il parle de « ressources ». «Beaucoup de nos docteurs et scientifiques veulent travailler en Israël et ne se soucient pas du salaire », précise-t-il. « Ce qui les préoccupent est plutôt d’avoir les outils et l’équipement dont ils ont besoin pour travailler ».

Impossible de rivaliser

Le professeur Daniel Hershkovitz, ancien ministre israélien de la Science et de la Technologie qui a quitté la politique pour prendre la présidence de l’Université Bar-Ilan, a déclaré à Israel Radio que les universités et les collèges israéliens « ne peuvent tout simplement pas rivaliser » avec les institutions américaines qui ont les moyens financiers d’offrir aux esprits les plus brillants du pays des conditions et des salaires meilleurs.

Selon Hershkowitz, 20% des membres du corps professoral des départements d’informatique des grandes universités américaines sont Israéliens.

Lundi, le centre Taub pour la politique sociale a publié un rapport montrant qu’Israël est le pays qui connaît la plus grande fuite des cerveaux vers les États-Unis. En 2008, on dénombrait ainsi 29 chercheurs israéliens aux États-Unis pour 100 restés à la maison, alors qu’on en comptait 25 pour 100 quatre ans plus tôt.

En comparaison, seulement 1,1 Japonais et 3.4 universitaires français pour chaque tranche de 100 restés dans leurs pays d’origine ont quitté pour les États-Unis.

La liste des prix Nobel israéliens à travers les âges

Depuis 1948, 12 Israéliens ont remporté des prix Nobel dans les domaines comme la science, la littérature, etc

Les Professeurs Arie Marshall et Michael Levittet victorieux du Prix Nobel de chimie 2013 rejoignet d’autres Israéliens qui ont reçu le titre prestigieux ces dernières années. Depuis 1948, 12 Israéliens ont remporté des prix Nobel pour leurs contributions à la science, la littérature et l’humanité. L’écrivain Shmuel Agnon, les politiciens Menahem Begin, Yitzhak Rabin et Shimon Peres, les biochimistes Avram Hershko et Aaron Ciechanover, le psychologue Daniel Kahneman, artiste mathématicien israélien, la scientifique Ada Yonath et le scientifique Dan Shechtman.

Le Prix Nobel de la Paix 1978 : Menahem Begin

Menachem Begin a partagé le prix Nobel de la paix avec le président égyptien Anouar el-n Sadate pour le traité de paix conclu entre Israël et l’Egypte. Les accords de Camp David ont

été négociés sous la pression du président américain Jimmy Carter. 

Les Nobel de la paix 1994 : Shimon Peres et Yitzhak Rabin

Le Prix Nobel de la Paix 1994 a été décerné conjointement à Yasser Arafat, Shimon Peres et Yitzhak Rabin pour leurs efforts visant à créer la paix au Moyen-Orient. 

Le prix Nobel de littérature 1966 : Shmuel Agnon

Le prix Nobel de littérature en 1966, a été divisé entre Shmuel Yosef Agnon « pour son art de la narration profondément caractéristique des motifs de la vie du peuple juif  » et la poétesse juive allemande Nelly Sachs ‘pour son écriture lyrique et dramatique exceptionnelle, qui interprète le destin d’Israël avec une touchante force”

Le prix Nobel d’économie 2002 : Daniel Kahneman

Largement considéré comme le plus influent psychologue du monde vivant, Daniel Kahneman a remporté le prix Nobel d’économie pour ses travaux de pionnier dans l’économie comportementale – explorant les moyens irrationnels par lesquels nous prenons des décisions sur les risques.

Le prix Nobel de chimie en 2004 :Aaron Ciechanover, Avram Hershko

Aaron Ciechanover, Avram Hershko et Irwin Rose ont remporté le prix Nobel en 2004 pour la découverte du mécanisme de la dégradation de la protéine de médiation ubiquitine, appelée Kiss of Death .

Le prix Nobel d’économie en 2005 : Yisrael Aumann

Yisrael (Robert John) Aumann a reçu le prix Nobel d’économie en 2005 pour ses travaux sur les conflits et la coopération à travers l’analyse de la théorie des jeux. Il a partagé le prix avec Thomas Schelling.

Le prix Nobel de chimie 2009 : Ada E. Yonath

Ada Yonath de l’Institut Weizmann des sciences a reçu le prix Nobel de chimie en 2009 pour des études sur la structure et la fonction du ribosome.

Le prix Nobel de chimie 2011 : Dan Shetman

Dan Shechtman a reçu le prix Nobel de chimie en 2011 pour la découverte des quasi-cristaux.

Jonathan Nackstrand (AFP)

Le prix Nobel de chimie 2013 : Arieh Warshel et Michael Levitt

Michael Levitt, Arieh Warshel et Martin Karplus ont reçu le prix Nobel de chimie en 2013 pour le développement de modèles multi-échelles pour les systèmes chimiques complexes.

 

Article   0 Commentaire

S'inscrire à la newsletter AshdodCafé.com

S'inscrire
Mairie Ashdod
Joseph Sitruk Avocat
Bella Ligna
Mairie Ashdod Culture
Cal Auto
Immobilier Low Cost
Mishkan Ashdod Culture

Fil d’info 24h/24h en direct d’Israël