Basket : Le Maccabi Tel Aviv a battu le Maccabi Ashdod 66 à 93Article Précédent
Une délégation humanitaire de Tsahal pour les PhilippinesArticle Suivant

Israël: premier membre non-européen du CERN?

Article   0 Commentaire
Espacement de ligne+- ATaille du texte+- Imprimer cet article

La prestigieuse Organisation européenne de recherche nucléaire votera en décembre pour l’adhésion d’Israël

Israël pourrait devenir le premier pays non-européen à joindre la prestigieuse Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN), l’un des plus grands et des plus prestigieux laboratoires scientifiques du monde, rapporte mardi le quotidien israélien Haaretz.

Le Conseil composé des 20 États membres de l’organisation se réunira le 12 décembre et si la candidature d’Israël gagne un vote unanime, il deviendra le premier membre hors du continent européen à joindre l’organisation.

Les scientifiques et les diplomates israéliens ont confié au Haaretz être confiants, malgré la crise qui affecte présentement les relations entre Israël et l’Union Européenne (UE), dans la foulée des nouvelles lignes directrices de Bruxelles interdisant les projets de l’EU en Israël ayant des liens dans les Territoires.

Les nouvelles lignes directrices n’affectent pas la candidature israélienne car l’adhésion d’Israël au CERN n’implique pas de subventions de l’UE.

« Le processus d’adhésion est vraiment long et complexe, mais les votes antérieurs étaient favorables à Israël », a affirmé au Haaretz Eviatar Manor, l’ambassadeur d’Israël à l’ONU et aux organisations internationales à Genève.

Israël coopère aux activités du CERN depuis les années 1980 et est devenu membre observateur au sein de l’organisation en 1991.

En 2011, Israël a remis sa candidature pour devenir un membre à part entière, entamant une période probatoire.Fabrice Coffrini (AFP)

« Nous sommes sur la bonne voie et espérons que nous deviendrons un membre à part entière le 12 décembre », a dit Manor.

Fondé en 1954 à la frontière franco-suisse, le CERN a pour vocation la physique fondamentale, la découverte des constituants et des lois de l’Univers. Il utilise des instruments scientifiques très complexes pour sonder les constituants ultimes de la matière : les particules fondamentales. En étudiant ce qui se passe lorsque ces particules entrent en collision, les physiciens appréhendent les lois de la Nature.

Leurs centres de recherche utilisent des accélérateurs et des détecteurs de particules. Les accélérateurs portent des faisceaux de particules à des énergies élevées pour les faire entrer en collision avec d’autres faisceaux ou avec des cibles fixes.

C’est dans le plus grand de ces accélérateurs, l’accélérateur souterrain de 27 kilomètres, le Grand collisionneur de hadrons (LHC), que le le 4 juillet 2012, les expériences ATLAS et CMS ont annoncé qu’elles avaient toutes deux observé une nouvelle particule dont la masse se situait dans la région des 126 GeV.

Cette particule présente des caractéristiques compatibles avec celles du boson de Higgs. Le boson de Higgs, tel qu’il est décrit par le Modèle standard, est la manifestation la plus simple du mécanisme de Brout-Englert-Higgs.

Fabrice Coffrini (AFP/File)

Le 8 octobre 2013, le prix Nobel de physique a été attribué conjointement à François Englert et Peter Higgs « pour la découverte théorique du mécanisme contribuant à notre compréhension de l’origine de la masse des particules subatomiques et récemment confirmée par les expériences auprès du LHC du CERN, de la particule fondamentale prédite par cette théorie».

Les universités et scientifiques israéliens ont joué un important rôle dans la recherche du boson de Higg. Près de 50 scientifiques israéliens ont participé à ATLAS. Des parties du détecteur souterrain de sept étages nécessaires à cette expérience avait été assemblées par l’Institut Weizmann, l’Université de Tel Aviv et la Technion de Haifa.

Devenir membre du CERN coûterait annuellement entre 50 et 54 millions de shekels en contribution à Israël. Mais les bénéfices dépasseraient largement les coûts selon Manor.

Cela permettrait à plus d’Israéliens de joindre les travaux de l’organisation.

Les sociétés israéliennes pourraient également soumissionner pour des contrats de construction et de maintenance des accélérateurs et d’autres équipements.

En disposant d’un siège, Israël aurait dorénavant un vote au conseil pour les futurs projets de construction de nouveaux accélérateurs et la direction générale des travaux de recherches.

http://www.i24news.tv

Article   0 Commentaire

S'inscrire à la newsletter AshdodCafé.com

S'inscrire
Mairie Ashdod
Joseph Sitruk Avocat
Bella Ligna
Mairie Ashdod Culture
Cal Auto
Immobilier Low Cost

Fil d’info 24h/24h en direct d’Israël