facebook_twitter-fracchia_paysage360
Ce sont les 6 sources de revenus les plus courantes du digital…car ce sont aussi les plus efficaces.

1. Le « Freemium »

Né de la contraction de “free” (gratuit) et “premium” (offre haut de gamme payante), c’est l’un des modèles les plus répandus sur la Toile. Il en existe plusieurs variantes même si le principe de base reste inchangé :  une partie gratuite (version de base) et une payante, que ce soit pour accéder à une solution plus complète, à des fonctionnalités ou à des niveaux supérieurs dans les jeux gratuits. Deezer, Dropbox, Gameloft, Candy Crush…

2. L’abonnement

Il permet d’accéder à une offre ou à une prestation pendant une période donnée moyennant un paiement régulier (mensuel, annuel…). Ce système depuis longtemps utilisé par la presse et la téléphonie mobile conquiert de plus
en plus le monde du digital, notamment l’e-commerce avec le système des box. Mediapart, ShoeDazzle, My Little Box…

3. La facturation à l’usage

Le client paie en fonction du temps passé, du nombre de fois où il utilise le service ou de la quantité de documents qu’il télécharge, par exemple. Skype (paiement à la minute avec le “crédit Skype”), PayPal (commission pour chaque transaction), Oodoc…

4. L’affiliation

Il s’agit d’exploiter une audience en proposant les produits d’autres entreprises ou en redirigeant le trafic vers des sites partenaires, moyennant une commission ou un paiement au clic. Amazon, Kelkoo…

5. Les microtransactions

Le principe : les paiements sont de faible montant pour favoriser la répétition et l’achat impulsif. Très courant dans la vente d’images, de sonneries et pour de nombreuses applis et jeux sur mobiles. iTunes, Zynga (Farmville)…

6. La publicité

Vendre de l’espace publicitaire a été l’une des premières sources de revenus pour les sites Internet. Mais il est de plus en plus difficile d’en faire une source unique de revenus, car cela nécessite un trafic très élevé. Google, Facebook, Yahoo!, YouTube…

© Management capital.fr

Laisser un commentaire