Venus avec deux autopompes, les policiers ont dispersé les 400 manifestants venus pour le « Congrès européen de la dissidence » organisé par le député Laurent Louis. Le bourgmestre d’Anderlecht Eric Tomas (PS) avait interdit la tenue de celui-ci pour éviter des troubles de l’ordre public. Interdiction qui a été confirmée par le conseil d’Etat dimanche soir. Ce congrès devait accueillir des figures françaises connues pour leur antisémitisme. Laurent Louis a appelé à la fin du rassemblement.

Le conseil d’Etat a confirmé dimanche soir l’arrêté d’interdiction du « Congrès européen de la dissidence », prévu plus tôt dans l’après-midi dans une salle de la chaussée de Mons à Anderlecht, a indiqué le bourgmestre de la commune Eric Tomas (PS).

Près de 400 personnes s’étaient rassemblées ce dimanche pour le « Congrès européen de la dissidence », principalement des supporters de Laurent Louis, l’applaudissant à chaque prise de parole.

Peu de policiers étaient présents sur place. Une discrétion voulue par Eric Tomas, qui entend faire appliquer l’interdiction avec souplesse. Il souhaitait éviter à tout prix des troubles de l’ordre public.

Le député a appelé à la fin du rassemblement devant une salle de la chaussée de Mons à Anderlecht où devait se tenir le « Congrès européen de la dissidence », à la suite de l’intervention de la police. Le député a dit vouloir attendre la décision que prendra le Conseil d’Etat à la suite du recours introduit en urgence contre l’arrêté interdisant la tenue du congrès pris par le bourgmestre d’Anderlecht. Décision qui a été favorable à Eric Tomas. S’il avait été annulé, les organisateurs et participants voulaient se rendre à nouveau dans la salle. Finalement, les orateurs invités devraient se réunir et le contenu de leurs échanges retranscrit, a expliqué Laurent Louis.

« J’ai expliqué les intentions réelles des organisateurs »

Hier, Eric Tomas déclarait déjà vouloir interdire le congrès: « Je vais tout faire pour que ce congrès n’ait pas lieu, tout en restant dans la légalité pour éviter qu’un recours au Conseil d’Etat puisse être introduit. J’ai appelé directement le propriétaire de la salle que je connais très bien et je lui ai expliqué les intentions réelles des organisateurs de cette conférence d’extrême-droite. Il n’était absolument pas au courant qu’il s’agissait d’un groupuscule d’extrême-droite. Les organisateurs lui ont seulement dit qu’il y aurait une exposition de livres suivie par une conférence« .

Ce dimanche, le conseil de police de la zone Midi, justifiait la décision du bourgmestre « en raison des risques importants pour la sécurité, la sûreté et la tranquillité publiques liées à l’organisation du congrès prévu à cet endroit« .

L’interdiction concernait tant l’organisation que les orateurs et les participants ou invités, et un périmètre interdit d’accès a été défini autour du square Albert 1er. « L’interdiction vise aussi toute manifestation publique de soutien ou de réprobation à ce congrès« , précise le communiqué de presse du conseil de police..

La ministre de l’Intérieur, Joëlle Milquet, estime que « l’arrêté d’interdiction adopté par Eric Tomas, bourgmestre d’Anderlecht, s’inscrit parfaitement dans le cadre de l’analyse et de la coordination opérées entre les différents bourgmestres de la Région de Bruxelles-Capitale, les services de sécurité et de police, ainsi que de l’Intérieur« .

Elle ajoute que « cet arrêté est légitimé en raison des risques importants de troubles et heurts en matière d’ordre public, liés notamment aux caractéristiques de l’événement et des personnalités invitées, et aux conséquences en matière de mobilisation et contre-mobilisation annoncées de groupes antagonistes susceptibles de troubler gravement la sécurité, la sûreté et la tranquillité publiques« .

Des figures françaises connues pour leur antisémitisme avaient annoncé leur participation au « Congrès européen de la dissidence« , prévu dimanche après-midi à Anderlecht. Le député belge Laurent Louis, Alain Soral, Hervé Ryssen, Kemi Seba ou encore l’humoriste Dieudonné avaient fait part de leur venue. Certains d’entre eux ont déjà fait l’objet de condamnations judiciaires en France.

RTBF

Laisser un commentaire