D’après un article de Yediot Akharonot du 16 mai

Cette année il n’y a pas de film israélien dans la compétition officielle pour la Palme d’Or au Festival de Cannes. Pourtant, le cinéma israélien est bien présent au Festival avec pas moins de 7 films.

Les craintes de boycott paraissent bien exagérées. Parmi les 7 films, 5 sont des longs métrages de fiction, il y a un film documentaire et un court métrage. En avance sur les autres films israéliens, « Loin en son absence » de Keren Yedaya a été projeté jeudi dans la catégorie Un certain regard.

C’est un film dur, dérangeant, qui a suscité beaucoup d’intérêt, même si quelques spectateurs ont quitté la salle en raison de la violence de certaines scènes. Il traite de l’inceste entre un père et sa fille, laquelle fille souffre de troubles alimentaires. 

Keren Yedaya a réalisé ce film d’après un roman autobiographique de la chanteuse Shaz paru en 2010. Keren Yedaya a déjà remporté une Caméra d’Or à Cannes avec « Mon trésor » (« Or » en hébreu) autre film dur et dérangeant qui traitait de la prostitution. Un film pour les estomacs bien accrochés donc…

Sur le tapis rouge ont marché Keren Yedaya la réalisatrice, Mark Rozenbaum le producteur, et Yael Abecassis, actrice connue qui tient l’un des rôles du film.

Voici une vidéo sur la filmographie de Yael Abecassis pour ceux qui la connaissent mal : 

Laisser un commentaire