La foire de l’emploi qui s’est déroulée hier à Tel Aviv a rencontré un grand succès. Des immigrants motivés, de tous âges et de toutes nationalités, sont venus chercher un emploi qui concrétiserait leur arrivée définitive en Israël.

« C’est une aubaine pour les français qui ont fait leur Alya il y a quelques jours » confie Audrey, la responsable de l’emploi chez AMI Israël, une association qui propose de nombreuses opportunités professionnelles aux français venu s’installer en Israël. Ce n’est pas la seule âme charitable qui cherche à aider les français immigrés ou en voie d’immigration. Il y a des entreprises dont c’est la spécialité, et c’est le cas pour Travailler En Israël, qui propose des offres d’emploi destinées aux français avec en prime des astuces utiles pour la recherche d’emploi.
Il est 14h, le Palais de la Culture de Tel Aviv est rempli de Olim, CV à la main, l’œil agité à la recherche d’une chaise libre où il pourra s’exprimer en anglais, français, russe ou autre, face à un employeur qui attend un profil particulier, le sien.

Pourquoi le sien ?
« Nous cherchons des personnes dont la langue maternelle est le français, l’anglais, ou toute langue autre que l’hébreu car nous opérons sur des marchés étrangers et nous avons besoin de commerciaux qui parlent d’autres langues naturellement. » nous dit Yogev de IDI Ventures en nous donnant une brochure détaillée en français. Certaines entreprises proposent même de travailler de chez soi, comme TAB Services, ce qui n’impose donc aucune contrainte d’âge ou de disponibilité, une seule exigence : la langue. La langue, c’est pourquoi vous êtes recherchés en tant qu’Olim Chadashim.
Pourtant, certaines entreprises ne recherchent pas spécifiquement un personnel plurilingue. Ce qu’ils cherchent ?

Donner l’opportunité aux nouveaux immigrants de s’intégrer en Israël. « Nous voulons aider les gens.», c’est ce que nous dit Zvi, de The Israel Electric Corp, c’est le discours qui revient le plus souvent chez les employeurs. « Les immigrants ne sont pas plus qualifiés que les Israéliens » précise la société Toyga, spécialisée dans la finance, « nous voulons leur donner une opportunité de trouver un travail en Israël. ».
Cependant, si une opportunité est offerte, encore faut-il correspondre à l’emploi proposé, et c’est un problème qui se présente surtout pour les professions médicales : « une centaine de personnes se sont présentées, mais très peu pourront être employées car il faut une Licence Israélienne et la plupart ne l’ont pas. »
Ils sont nombreux à avoir répondu à l’appel lancé par le Ministère de l’intégration et de la Municipalité de Tel Aviv: « Nous attendions 3000 personnes, mais beaucoup plus de monde est venu aujourd’hui.» nous confie l’organisatrice de l’évènement ravie.  Eytan Schwartz, conseiller auprès du maire de Tel Aviv, nous confie avoir œuvré pour que des grandes entreprises comme la banque hapoalim, Teva ou Wix soient présentes, c’était important pour nous de pouvoir donner un signal  fort d’intégration aux olim  » .

Le succès s’est ressenti autant du côté des futurs employés que des employeurs : « on a reçu des coups de téléphone toute la journée d’employeurs en liste d’attente qui demandaient si une place s’était libérée.» et les employeurs sont ravis de l’organisation du salon : « Je suis allée au salon de l’emploi de Jérusalem, mais celui-ci est beaucoup plus professionnel ! » assure Caryn de TAB Services.
Un événement qui semble donc incontournable pour les nouveaux immigrants, mais si vous n’avez pas pu y assister, la liste des exposants se trouve sur le site web du Ministère de l’Alya et de l’Intégration, ils n’ont pas tous trouvé la personne qui correspondait à leurs besoins.

Deborah Derry pour Tel-Avivre.com

Laisser un commentaire