Hanouka 5776 : Les bénédictions à réciter (1/2)Article Précédent
Hanoukah, le combat pour la lumière !Article Suivant

Vayéchev : celui qui fait honte finira par être humilié !

Espacement de ligne+- ATaille du texte+- Imprimer cet article
Vayéchev : celui qui fait honte finira par être humilié !

Dans la paracha Vayéchev, le commentateur Rachi nous explique pourquoi Tamar choisit d’annoncer à Yéhouda qu’elle est enceinte de lui de manière indirecte :

« Elle ne voulait pas lui faire honte et lui dire : « C’est de toi que j’ai conçu ! », mais elle a dit : « c’est de l’homme à qui ces objets-ci appartiennent. » Elle s’est dit : « S’il le reconnaît, qu’il le reconnaisse de lui-même ! Sinon, qu’ils me condamnent à être brûlée, mais je ne lui ferai pas honte publiquement ! » D’où Rabbi Chimon bar Yo’haï apprend qu’il vaut mieux se laisser jeter dans une fournaise ardente que faire honte publiquement à son prochain. »

Dans ce sillage, Rabbi Néhoraï enseigne : « Tout celui qui fait honte à son prochain finira par être lui-même humilié. Plus encore, les anges de la destruction le poussent et le renvoient du monde et ils montrent son déshonneur à tous les hommes. » (Kala).
images
Et dans le traité Baba Metsia (p.58), nous lisons : « Quiconque fait honte publiquement à son prochain est considéré comme s’il avait fait couler du sang, car la honte provoque le drainage du sang du visage de la personne humiliée qui devient livide. »

Nous lisons aussi : « Trois personnes descendent en enfer et n’en réchappent jamais (s’ils ne s’en repentent pas) :
1. Celui qui s’unit à une femme mariée.
2. Celui qui fait honte publiquement à son prochain.
3. Celui qui affuble son prochain d’un surnom. »

Le Talmud regorge de récits prouvant à quel point les Sages d’Israël veillaient à ne pas enfreindre cet interdit gravissime. En voici un :

Mar Oukva avait dans son voisinage un pauvre à qui il avait coutume de glisser quatre zouz par la fente de la porte. Un jour, le voisin se dit : « Je veux aller voir qui me fait cette bonté. » Cette fois-là, la nuit surprit Mar Oukva au beth haMidrach. Sa femme était venue à sa rencontre. Or quand le pauvre vit que Mar Oukva s’éloignait de sa porte, il sortit derrière eux. Ils se mirent à courir et rentrèrent dans un four encore chaud. Comme les pieds de Mar Oukva brûlaient, sa femme lui dit : « Mets tes pieds sur les miens car mes pieds ne brûlent pas ». Comme Mar Oukva s’attrista du fait que la chaleur touchait ses pieds et pas ceux de sa femme, cette dernière lui dit : « Moi je côtoie des pauvres tous les jours et je leur prodigue plus de bonté que toi parce que je leur offre des aliments prêts à la consommation, tandis que toi, tu leur donnes des pièces. »

Rav ’Haïm de Sanz consacra toute sa vie à la pratique de la charité, et des milliers de pauvres et d’indigents eurent le mérite de bénéficier de son soutien généreux. Il se souciait également de marier les orphelins nécessiteux, leur procurant une dot et des vêtements. Un jour, alors qu’il échangeait des paroles de Torah avec son fils Rabbi Yé’hezkel de Chinov et l’un des Rabbanim d’une ville voisine, le maître d’école de Sanz fit irruption dans la pièce. Rav ’Haïm lui demanda la date du mariage de sa fille et ce dernier répondit qu’il l’ignorait encore, vu qu’il n’avait pas encore rassemblé les fonds nécessaires à l’achat d’un talith et d’un shtreimel pour le marié, comme le voulait la coutume.

Se tournant vers son père, Rav Yé’hezkel exprima son étonnement face à la réaction de l’enseignant puisque, quelques jours plus tôt, il l’avait vu acheter un talith et un chapeau de fourrure.

En entendant cela, l’enseignant éprouva une grande honte, et il quitta la maison sans dire mot. Rav ’Haïm tança vertement son fils pour avoir humilié publiquement cet homme et ajouta qu’il se pouvait fort bien qu’il n’eût pas encore payé son achat, ou que sa femme eût besoin d’une robe mais étant gêné de l’avouer, il avait prétexté l’achat des cadeaux du fiancé. En entendant ces reproches, Rav Yé’hezkel courut à la recherche du maître d’école pour obtenir son pardon. Mais l’homme l’assigna à un din Torah sous l’arbitrage de son illustre père. Les deux hommes se présentèrent devant Rav ’Haïm qui déclara à l’adresse du plaignant : « Ecoute mon conseil, n’accorde pas ton pardon à mon fils avant qu’il ne s’engage non seulement à financer lui-même l’achat du talith et du shtreimel, mais également à couvrir la totalité des frais du mariage »…

Rav Yé’hezkel se plia à la sentence et ce n’est qu’après cela qu’il obtint le pardon du maître d’école offensé (Torat Haparacha).

Extrait du livre « Pniné haTorah » – Editions Torah-Box

La Paracha en Bref :

Jacob s’installe en Terre Sainte, à Hébron, avec ses douze fils. Il a une préférence pour Joseph, alors âgé de 17 ans, dont les frères jalousent le traitement de faveur, comme la précieuse tunique multicolore que Jacob lui a confectionné. Joseph raconte à ses frères deux rêves qu’il a faits qui prédisent qu’il régnera sur eux. Leur rancœur s’en trouve encore attisée.

Shimon et Lévi projettent de le tuer, mais Réouven les convainc de le jeter plutôt dans une citerne : son intention est de revenir le chercher plus tard pour le sauver. Pendant que Joseph est dans la citerne et que Réouven s’est absenté, Judah persuade ses frères de vendre Joseph à des ismaélites dont la caravane passe à proximité. Les frères trempent la tunique de Joseph dans le sang d’une chèvre et la montrent à leur père, lui faisant croire qu’une bête sauvage a dévoré son fils.

Judah se marie et a trois enfants. L’aîné, Er, décède jeune et sans enfant. Onan, son frère, en vertu du lévirat, épouse sa belle-sœur, Tamar. Mais Onan se refuse à donner une progéniture à Tamar et connaît lui aussi, pour cette raison, une fin prématurée. Judah répugne alors à donner son troisième fils en mariage à Tamar. Déterminée à obtenir une descendance de la famille de Judah, cette dernière prend les apparences d’une courtisane et séduit Judah lui-même. Quelque trois mois plus tard, Judah apprend que Tamar est enceinte et ordonne son exécution pour crime de prostitution. Mais elle produit les gages que Judah lui a donnés ; celui-ci constate la vertu de sa bru et reconnaît sa paternité. Tamar donne naissance à deux jumeaux, Perets (ancêtre du Roi David) et Zera’h.

Joseph est conduit en Égypte et vendu à Potiphar, le ministre en charge des abattoirs de Pharaon. D.ieu bénit toutes les actions de Joseph et il se trouve bientôt intendant de toutes les propriétés de son maître. L’épouse de Potiphar désire ce jeune homme beau et charismatique ; Lorsque Joseph repousse ses avances, elle l’accuse auprès de son mari d’avoir tenté de lui faire violence et Joseph est jeté en prison. Joseph gagne rapidement la confiance et l’admiration de ses geôliers qui lui confient une fonction importante dans l’administration de la prison.

Dans cette prison, Joseph rencontre le maître-échanson et le maître-panetier de Pharaon, incarcérés pour avoir offensé leur maître. Eux aussi sont en proie à des rêves, que Joseph leur interprète. Dans trois jours, leur dit-il, l’échanson sera rétabli dans sa position et le panetier pendu. Joseph demande à l’échanson d’intercéder pour lui auprès de Pharaon. Les deux évènements se produisent effectivement, mais l’échanson oublie Joseph et ne fait rien pour lui

0 Commentaire

Pas de Commentaires Cet article n'a pas encore été commenté

Désolé, soit quelqu'un a pris tous les commentaires et s'est enfuit avec, soit personne n'en a encore laissé!

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

S'inscrire à la newsletter AshdodCafé.com

S'inscrire
Mairie Ashdod
Macabi
Joseph Sitruk Avocat
Bella Ligna
Mairie Ashdod Culture
Cal Auto
Immobilier Low Cost
Mishkan Ashdod Culture

Fil d’info 24h/24h en direct d’Israël