14.2 C
Ashdod, IL
vendredi, 14 décembre, 2018
Accueil Pratique La maladie d’Alzheimer pourrait être diagnostiquée avec un simple test sanguin !!!

La maladie d’Alzheimer pourrait être diagnostiquée avec un simple test sanguin !!!

79
0

La démence progressive de la maladie d’Alzheimer affecte quelque 35 millions de personnes dans le monde et devrait affecter 115 millions d’ici à 2050, mais actuellement il est impossible de détecter la maladie avant qu’elle n’ait causé la perte de la mémoire. Les tests actuels  sont peu fiables et / ou coûteux.

Développer un test sanguin pour diagnostiquer la maladie d’Alzheimer est donc une priorité absolue. Comme ISRAEL21c l’a rapporté  en Décembre dernier, la société israélienne NeuroQuest travaille avec l’Université de Californie-San Diego sur les essais de validation clinique de son test sanguin pour le diagnostic précoce de la maladie d’Alzheimer, basé sur la recherche primée dirigée par le professeur Michal Schwartz de l’Institut des sciences Weizmann à Rehovot.

Or, des chercheurs de trois institutions israéliennes, Université de Tel Aviv, Technion, Centre Rambam (Haïfa) et Université de Harvard (USA) ont proposé un nouveau biomarqueur sanguin pour identifier le vieillissement cognitif et la maladie d’Alzheimer. Ce marqueur, appelé ADNP (activity-dependent neuroprotective protein), est essentiel dans le processus de formation du cerveau et des fonctions cognitives.

«Cette étude a servi de base pour détecter ce biomarqueur dans les tests sanguins de routine, non invasives, et il est connu que l’intervention précoce est inestimable pour les patients atteints d’Alzheimer», a déclaré le professeur Illana Gozes, chercheur principal.

«Nous envisageons maintenant de prendre ces résultats préliminaires de l’avant dans les essais cliniques – pour créer un test pré Alzheimer qui aidera à adapter des traitements préventifs potentiels. »

Détails de l’étude

L’étude avait deux cohortes, l’une dans la région de Boston et l’autre dans la région de Haïfa. Les deux ont montré clairement un lien entre les niveaux ADNP et la démence, mais de différentes manières.

Les 40 sujets américains étaient des personnes âgées en bonne santé participant à l’étude de vieillissement du cerveau de l’institution d’Harvard. Des échantillons de sang ont été analysés pour  évaluer les niveaux ADNP, et les sujets ont également faits des tests de QI.

Résultats ont révélé que des niveaux élevés de ADNP correspondaient avec un score élevé de QI, raconte illana Gozes d’ ISRAEL21c .

En Israël, l’étude a porté sur 15 patients ages de 60 à 84 ans ayant une déficience cognitive légère, 17 patients atteints de la maladie d’Alzheimer et 11 personnes âgées cognitivement normales.

A l’Institut de neurologie cognitive au Campus de soins de santé Rambam de Haïfa, des échantillons de sang provenant de cette cohorte ont été séparés en lymphocytes (globules blancs) et plasma.

Parmi les personnes ayant une déficience cognitive légère et de la démence, les chercheurs ont vu une augmentation spectaculaire du gène d’activation « ARN messager » ADNP des lymphocytes, ce qui indique que l’ARNm essayait de compenser les niveaux de ADNP sérique faible.

«Cette étude a servi de base pour détecter ce biomarqueur dans des tests sanguins de routine, non invasifs. On sait qu’une intervention précoce est capitale pour les patients atteints d’Alzheimer», a déclaré le Pr Illana Gozes, chercheur principal. « Nous envisageons maintenant de démarrer des essais cliniques pour créer un pré-test d’Alzheimer, ce qui va grandement aider pour adapter les traitements préventifs potentiels. »

Elle ajoute qu’un autre groupe de recherche en dehors d’Israël a déjà observé que, sur l’ensemble du spectre des protéines, ADNP est le seul qui diminue chez les patients atteints d’Alzheimer. En outre, il a été observé que ADNP est fréquemment muté chez les enfants sur le spectre de l’autisme.

« Un test sanguin pour ADNP peut nous dire ce qui se passe dans le cerveau et nous avons besoin d’affiner notre technologie pour l’utiliser», dit-elle. »Ceci est quelque chose que je suis en train de faire. »

L’étude a été menée par Anna Malishkevich doctorant  a TAU et dirigé par le Dr Gad Marshall, le Dr Aaron Schultz et le professeur Reisa Sperling de la Harvard Medical School, et le professeur Judith Aharon-Peretz de Rambam Medical Institute Center / Technion-Israel of Technology .

Une étude séparée du laboratoire Illana Gozes a trouvé une nette différence dans l’effet de ADNP sur des souris mâles et femelles.

« Il peut y avoir une différence entre les sexes dans la façon dont certains nerfs se comportent et la façon dont les cellules nerveuses communiquent. ADNP est impliqué dans ce processus « , a t-elle dit. « Il existe des différences entre la façon dont les hommes et les femmes réagissent à leur environnement, et les différences au niveau moléculaire peuvent indiquer qu’en effet, il existe même des différences dans la façon de penser des hommes et des femmes. »

Les résultats de l’étude ont été publiés récemment  dans la revue Molecular Psychiatry .

Laisser un commentaire