Tou BeAv (3/4) | Lachon Hara – chapitre 9 (2-3/3)Article Précédent
Un programme pilote permet aux étudiants israéliens d'obtenir leur diplôme un an plus tôtArticle Suivant

Psychologie et judaïsme : l’empathie et ses avantages par Hanna Lachkar Haddad  Psychologue   

Espacement de ligne+- ATaille du texte+- Imprimer cet article
Psychologie et judaïsme : l’empathie et ses avantages par Hanna Lachkar Haddad  Psychologue   

La bienveillance, la compassion l’altruisme, l’empathie  font partie de notre champ  lexical ordinaire pour qualifier nos comportements  vis à vis de notre prochain.
Ces attitudes ne sont pas vraiment synonymes. En effet la bienveillance  consiste à poser un regard positif  sur les autres, la compassion nous fait ressentir la souffrance de l’autre et nous pousse à l’aider et enfin l’empathie est une aptitude à comprendre les pensées et les émotions de l’autre. Il est impossible de vivre en bonne intelligence avec les autres ,que ce soit en couple, en famille ou au travail si l’on n’en possède pas un certain degré.

L’empathie en psychologie  consisterait  tout d’abord à écouter  et ensuite à décoder les messages émotionnels verbaux  et non verbaux d’autrui et ainsi comprendre ce qu’il ressent. La personne empathique peut être touchée par des émotions  mais n’est pas envahie par elles. Il faudrait trouver la bonne distanciation, c’est-à-dire être  ni trop indifférent ni trop intrusif. L’empathie permet d’avoir au travail ou dans la sphère privée des relations apaisées et authentiques. Aussi elle permet d’avoir une palette relationnelle diversifiée et nuancée qui va des intimes aux simples relations en sachant exactement quel type d’échange avoir avec chacun. Il n’y a que du positif à avoir un positionnement juste qui laisse les autres libres de leur choix tout en les comprenant.

Comment y parvenir ?     

Équilibrer son dosage : « pensées émotions » en rationalisant ses émotions et en trouvant la bonne distance (attendre d’être sollicité pour intervenir, puis évaluer sa propre capacité d’aide) et éviter les juxtapositions émotionnelles. Pour cela en identifiant ses émotions de manière précise et leurs expressions dans le corps. Essayer d’être diplomate, trouver les mots justes pour apaiser réconforter et encourager. Dans  certains cas il faudrait essayer de rebondir et d’anticiper les  situations et les  réactions. Il faudrait éviter d’influencer ou de convaincre les autres, accepter leur point de vue différent du notre et ainsi  croire dans les directions qu’eux proposent.

Pour le judaïsme
L’empathie  pour le judaïsme se traduirait par l’altruisme.
La bar ou la bat mitzva est le moment ou lors de la majorité religieuse l’égoïsme se convertie en altruisme avec l’acceptation du joug des mitzvot et leur apprentissage par l’étude. Pour le Rav Abdelrak, la mida d’altruisme est une caractéristique fondamentale du judaïsme. Dans la paracha Haye Sarah nous rencontrons Rivka empreinte de bonté et de sagesse. Aussi Eliezer se comporte en chaliah (messager) parfait d’Abraham. Eliezer réussie la mission que lui a confie son maître en dépassant le fait qu’il voulait Itzhak pour sa fille, et s’annule devant la volonté d’Abraham. C’est ainsi qu’il atteint un haut degré spirituel.                                               Pour  Hillel  toute la Thora repose sur l’amour du prochain c’est  à dire faire attention a la sensibilité d’autrui et prendre a cœur le besoin de l’autre. Quant a Rabbi Akiva il dit : « tu aimeras ton prochain comme toi-même ». Rachi explique que les quatre premiers commandements  sont sur le comportement de l’homme vis-à-vis de son Créateur et les six derniers sont sur le comportement de l’homme vis-à-vis de son prochain. Donc le prochain est aussi D. Si nous aimons D. comme nous nous aimons nous éviterons les averot (fautes). Aussi si nous respectons autrui nous respecterons D. Pour pouvoir servir D. pleinement les mitvot que nous devons faire vis-à-vis de notre prochain sont le tremplin idéal.

Nous ne pouvons pas parler de cette mida (trait de caractère) sans  citer Aaron le Grand Prêtre. Les sages nous enjoignent «d’être les disciples d’Aaron, qui aimait la paix et la recherchait sans cesse, qui aimait les créatures et les rapprochait de la Thora» (pirke Avot1.12) Aaron représente le lien réussi entre les hommes et la Thora, fondé sur l’amour et le respect mutuel. Aaron est aussi celui qui représente la mida de reconnaissance   car il faut savoir remercier D. pour tout ce que nous avons dans ce monde, ainsi  que tous les êtres qui nous entourent et nous procurent ce dont nous avons besoin.

Sources: F.Mazelin Salvi et B.Milliere : « avez-vous de l’empathie ? »                                                                                                                                                              Rav Mordehai Chriqui et Dr Avraham Gilles Mouati : L’essence de la Thora.

Hanna Lachkar Haddad
Psychologue, psychothérapeute.
Enfants, adolescents et adultes.

0 Commentaire

Pas de Commentaires Cet article n'a pas encore été commenté

Désolé, soit quelqu'un a pris tous les commentaires et s'est enfuit avec, soit personne n'en a encore laissé!

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

S'inscrire à la newsletter AshdodCafé.com

S'inscrire
Mairie Ashdod
Joseph Sitruk Avocat
Bank Discount
Bella Ligna
Mairie Ashdod Culture
Cal Auto
Immobilier Low Cost

Fil d’info 24h/24h en direct d’Israël