Les Juifs ne se sentent plus en sécurité en Europe, d’après le rapport annuel sur l’antisémitisme dans le monde de l’Université de Tel-Aviv

Le rapport annuel sur l’état de l’antisémitisme dans le monde publié par le Centre Kantor pour l’étude du judaïsme européen contemporain de l’Université de Tel-Aviv a été présenté ce matin, lors d’une conférence de presse publique, en présence du Dr. Moshe Kantor, Président du Congrès juif européen et du Prof. Dina Porat, Directrice du Centre Kantor, ainsi que des chercheurs du centre et de nombreux représentants des médias israéliens et internationaux. Des conclusions inquiétantes.
« Ni l’espace public ni l’espace privé ne sont perçus comme sûrs par les Juifs », a déclaré le Dr. Moshe Kantor. « Le sentiment général est que l’antisémitisme est entré dans une nouvelle phase et s’est répandu dans la plupart des régions du monde ».

Augmentation dramatique des expressions d’antisémitisme dans la sphère publique

Selon le rapport, la constatation la plus troublante est le sentiment profond d’insécurité ressenti par un nombre grandissant de Juifs en Europe, et l’augmentation globale des expressions d’antisémitisme dans l’ensemble de la sphère publique, en particulier dans les écoles et sur les réseaux sociaux, décrite par les représentants des communautés comme « dramatique » et éclipsant malheureusement la diminution modérée du nombre de cas de violence dirigées contre les Juifs, les communautés et leurs biens (327 contre 361 en 2016, soit une baisse d’environ 9%).

Ce sentiment a été récemment renforcé par le meurtre de deux femmes dans leur domicile à Paris. «La nature des cas de violence antisémite change », note le Prof. Porat. « Il y a davantage de morts et de cas brutaux. La communauté juive de France, pour sa part, se trouve dans une situation très délicate. Le meurtre de Sarah Halimi, par exemple, n’a pas été considéré comme un acte d’antisémitisme », commente-t-elle. D’après le rapport, dans la région parisienne, « il n’y a presque plus de Juifs dans les écoles publiques », en raison du climat d’antisémitisme qui y règne. Une même tendance se fait jour en Belgique. Le Prof. Porat précise que les chiffres du rapport n’incluent pas pour le moment les données sur la violence en France, qui ne seront publiées qu’à la fin du mois d’avril par le SPCJ (Service de protection de la communauté juive) […]

Lire la suite sur le site de l’Association francophone de l’Université de Tel-Aviv

2 Commentaires

  1. a mon avis le peuple juif en general avec l’appui de the lion in zion ne doit repeter les memes erreurs qui ont provoqués le martyr du peuple juif dans le monde pendant les années quarantes par l’infame ideologie nazie qui a dominée l’europe…donc afin d’eviter le bis repetita il faut que certaines institutions de chez vous se concentrent d’avantage sur le changement sociopolitique qui est entrain de naitre en europe occidentale et orientale et qui est entrain de toucher meme le premier allié us. et ce en reforçant et et mettant a disposition de rafi.l’argentin et compagnie plus de moyen qui leur permettera de humer l’air du temps…car nous notons tous la montée en puissance de la xenophobie dans tous le monde occidental et comme preuve cette approche nefaste a gravi les echelons.de la politique et se trouve dans certains pays comme decideur de second ou de premier plan..donc afin d’eviter le repetita ce le role des pole position de la diaspora de s’inclure d’avantage dans le lobbiing politique local afin d’etre au contact des differentes approches politiques ce qui permettra au differentes diaspora d’avoir une influence majeur dans les decisions…et la les forgerons comme ben nathan et lubrani comme virtuoses doivent ancrer d’avantages leur metier a filocher les humeurs des differents.acteurs et comme le dit le dicton PREVENIR VAUT MIEUX QUE GUERIR..

Laisser un commentaire