La dépouille de Simone Veil sera transférée au Panthéon dimanche, c’est une immense reconnaissance de la nation envers cette grande dame.

Lorsque la famille Jacob entre 1940 et 1945 fut comme des millions d’autres en Europe, ostracisée, marquée ,spoliée, clochardisée, déportée, gazée et brûlée , l’ensemble des corps constitués de l’état français ont planifié, organisé et exécuté la déportation de 15000 juifs sans état d’âme et sans pitié pour les mères que l’on a séparé de leurs enfants .
Simone Jacob Veil à survécu ainsi que sa sœur .
Depuis que je suis en âge de comprendre, je me suis toujours posé la question de savoir comment les survivants ont pu rester en France, reprendre leurs habitudes en apparence, reprendre leurs études, comme Simone Veil, Sciences Po et l’école de la magistrature, comme s’il ne s’était rien passé.

Car en fait l’ensemble de la fonction publique de la France, sauf quelques rares exceptions a “fonctionné” sans discussion sous Vichy .
L’ensemble des magistrats et des présidents de cour ont prêté serment à Pétain et n’ont pas été remplacé à la libération .
Comment a t elle pu étudier, fréquenter ces professeurs et ces juges qui tous ont été mouillés jusqu’au cou dans l’ignominie de la destruction des juifs ?
Comment pouvait on entrer dans un commissariat ou dans une préfecture après la guerre sans se dire que ces fonctionnaires là ont participé à l’organisation de la misère matérielle et mentale de leurs compatriotes juifs sans se poser de question ?
Comment a t elle pu comme bien d’autres s’élever dans les prestigieuses sphères des corps des hauts fonctionnaires de l’état sachant que ces mêmes gens 10 ou 15 ans plus tôt s’étaient rendus complices de manière passive ou active de la pire barbarie que l’on puisse imaginer ?

Bien sûr je ne juge pas  je n’ai ni le droit ni d’ailleurs la capacité mentale de me mettre à la place de tous ceux qui ont vécu l’indicible .

Les assassins sont parmi nous “ mais on ne veut pas les voir, tel est le scénario dans lequel les survivants ont dû évoluer afin de pouvoir se reconstruire; Je suppose que cet effort intellectuel était une nécessité pour ne pas sombrer .

L’ancien médecin du planning familial que je suis et qui a eu le privilège d’être dans l’action de sa loi, lui dit “: Simone , je t’aime comme une sœur car à la porte d’Auchwitz , celui qui partage le même destin que moi est mon frère “.

Robert Feldmann

Laisser un commentaire