Dedier une halakha - Bandeau

Répondre Amen après une berakha en vain

Dire une berakha inutile équivaut à prononcer le nom de D. en vain. Il est donc défendu d’y répondre Amen.

Pour les séfaradim, l’interdiction de dire une berakha en vain émane de la Torah. C’est pourquoi, nous sommes plus stricts et en cas de doute lors d’une récitation d’une bénédiction, on préférera s’abstenir de répondre.

 

Cliquez ici pour consulter le dossier complet ©LaQuotiHalakhique

L’article Répondre « amen » après une bénédiction (5/5) est apparu en premier sur La Quoti Halakhique.

Laisser un commentaire