Toutes les marques de cosmétiques encouragent le public féminin et parfois même le public masculin à acquérir des crèmes, sérums, masques et lotions « anti-âge » à des prix pas toujours abordables afin que nous affichions moins de rides, ou une peau plus souple.

Il ressort que les signes apparaissant après l’âge de 50 ans et la vieillesse en elle-même ont toujours préoccupé les humains et non seulement sur le plan physique mais aussi au niveau psychique.

Nombreux sont les rabbins du moyen-âge à cumuler plusieurs fonctions, comme Juda Halévy qui fut médecin mais aussi philosophe ou Maïmonide médecin et philosophe ou ce rabbin surnommé le Rab de Tlemcen, Rabbi Ephraïm Enkaoua et bien d’autres. Ce dernier possédait des connaissances très approfondies en médecine : en particulier pour combattre les douleurs physiques et/ou la sénilité.

Rabbi Ephraïm Enkaoua savait faire la différence entre les différentes douleurs ressenties, quand et comment administrer les antalgiques utilisés à cette époque. Le Rab de Tlemcen croyait en le pouvoir de la psychosomatique (en termes actuels), du subconscient, de la bonne condition morale et physique mais aussi et surtout il accordait une importance capitale dans l’entraînement intellectuel intense de manière à conserver toutes les facultés cognitives de l’être humain et repousser farouchement les effets parfois navrants de la progression de la vieillesse : perte de mémoire, perte d’agilité motrice, perte de souplesse et autres.

Il préconisa il y a environ 600 ans de se nourrir sainement et convenablement, de bouger autant que possible et avoir des échanges intellectuels avec d’autres personnes en promettant qu’ainsi chacun aura la faculté de freiner voire d’arrêter la progression de la vieillesse et sans lui céder le pas !

Caroline Elishéva REBOUH

Laisser un commentaire