En ce 31 octobre, le premier sentiment est celui du soulagement pour beaucoup d’entre nous. Ouf, cette campagne est enfin terminée, et ce ne sont ni les meetings politiques, ni les panneaux d’affichages, et encore moins les querelles incessantes sur le choix des candidats qui vont nous manquer ! Mais que faut-il retenir de ces élections ?

  • Sur la campagne en elle-même, je dirai qu’il faut vite l’oublier car elle était malheureusement comme toujours un modèle de divisions internes en tous genres et une compétition avancée de lashon ara !
  • Sur les résultats, cette élection est intéressante à plusieurs titres :

1 : A propos du Conseil municipal

Tout d’abord, les Français ont enfin un représentant à la mairie puisque le Rav Touitou siégera désormais officiellement au Conseil municipal. Shas a fait beaucoup mieux qu’en 2013 car le parti a obtenu 6 sièges (soit 2 de plus) et il est clair que le vote francophone a renforcé cette liste. Le Rav Touitou s’est engagé durant cette campagne à être le porte-parole des besoins de notre communauté auprès de la mairie et c’est désormais une tâche importante qui l’attend.

Les religieux ashkénazes ont pour leur part conservé leurs 4 mandats, ce qui porte à 10 le nombre de conseillers Hareidim dans ce nouveau Conseil. Ils constitueront un groupe incontournable dans la coalition municipale.

Du côté des candidats russophones, Shimon Katznelson a réussi à obtenir 6 mandats, soit 3 de plus qu’en 2013. Si on s’attendait à un bon score de Katznelson, le plus surprenant, est celui du candidat très anti-religieux Eli Nacht qui obtient 2 sièges. Le grand perdant de ce groupe est sans aucun doute Boris Giterman qui n’obtient aucun siège alors qu’il avait depuis 2004 deux mandats à chaque élection. Le groupe russophone est donc de 8 élus et sera la seconde force de ce Conseil.

En troisième position dans ces rapports de force, on trouve Eli Lakhmani qui obtient 3 mandats ce qui est un score très honorable pour une première présentation. Le candidat a mené une excellente campagne et a récolté les fruits de son travail.

La plus grande surprise de ces élections vient à mon sens des femmes. Les Leviot, les Lionnes ont réussi un tour de force en obtenant 2 sièges au Conseil. Elles étaient inconnues sur le terrain politique il y a encore quelques mois, et lorsqu’on a commencé à parler d’une liste exclusivement composée de femmes,  beaucoup n’auraient pas parié un shekel sur sa réussite ! Mais les Lionnes ont mené une excellente campagne et ont su parler de problèmes quotidiens rencontrés par les familles ashdodiennes. Elles ont visé juste. A titre indicatif, elles obtiennent le même nombre de sièges que la liste Ashdodim qui effectue un travail important sur le terrain depuis 6 ans.

La seconde surprise féminine vient du faible score d’Helen Gelber qui n’obtient qu’un seul mandat. Helen Gelber qui travaille depuis 10 ans dans l’opposition a subi sans doute une double onde de choc. Tout d’abord la concurrence des Lionnes face à l’électorat féminin qu’elle visait elle aussi, et ensuite celle de son ancien colistier en 2013 Eli Lahmani devenu en 2018 son grand rival. Ajoutez à cela une campagne très virulente contre elle en début de campagne et vous comprendrez qu’il a été très difficile pour la candidate de trouver sa place dans ce scrutin électoral.

Autre surprise dans ces élections, celle du faible nombre de sièges obtenu par la liste du maire sortant. Deux sièges, soit un de moins qu’en  2013 ,Yehiel Lasri peut certes être satisfait de sa réélection en tant que maire de la ville, mais il va devoir trouver sa coalition et les séances du Conseil municipal risquent d’être agitées ces prochaines années !

2 : A propos de l’élection du maire

Yehiel Lasri a donc été réélu une 3e fois. Shimon Katznelson arrive en seconde position au coude à coude avec Eli Lahmani et, comme nous l’avions écrit dans  »Ash Aujourd’hui » dès le mois de juin, pour vaincre Yehiel Lasri , il aurait fallu qu’ils soient unis, sachant en plus dès le départ que le maire sortant bénéficierait du vote religieux.  C’était leur seule option, mais Katznelson, Lahmani et Gelber ont préféré faire cavaliers seuls et ils savaient donc d’avance qu’ils ne pourraient pas l’emporter.

Reste que la coalition municipale va désormais être intéressante. En effet les Leviot et les Ashdodim, soit 4 mandats n’avaient pas donné de consignes de vote pour le maire et affirmé qu’ils travailleraient avec celui qui serait élu. Yehiel Lasri peut déjà compter sur les 10 sièges des  partis religieux, le siège de Moshe Boutrashvili et ses deux sièges soit 13 mandats. Des propositions intéressantes vont donc sans aucun doute être faites aux Leviot et aux Ashdodim afin de créer une coalition majoritaire de 17 sièges. Mais des questions se posent encore pour le moment. Eli Lakhmani rejoindra-t-il la coalition ? L’opposition municipale sera-t-elle constituée pour les 5 prochaines années des groupes  Katznelson, Nacht et d’Helen Gelber ou y aura-t-il des surprises ? Réponse dans quelques jours….

Yael Lancri
Rédactrice en chef de Ash Aujourd’hui 

 

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire