Importée du Maroc et d’Algérie, la mimouna est une fête populaire observée depuis environ trois siècles par les communautés juives originaires d’Afrique du Nord au sortir du jour de Pessa’h,  Isrou’Hag Pessa’h.

Elle a pris une ampleur particulière en Israël, où elle atteint des proportions quasi nationales. Elle célèbre les retrouvailles entre voisins. il est d’usage de préparer des mets à base de farine, (couscous et moufleta) interdite pendant toute la durée de Pessa’h.
Sur la table de fête traditionnelle, on retrouve des poissons, symbole d’abondance, un bol contenant de la farine sur laquelle reposent cinq œufs frais, cinq fèves fraîches (encore dans leur cosse), des épis de blé qui symbolisent le renouveau sous le sceau du 5 de la chance, du miel, un pain de sucre et une infinité de gâteaux pour la douceur, du leben (petit lait fermenté) symbole de blancheur et de fermentation et bien sûr une grosse boule de levain dans laquelle était posé un Louis d’or pour la chance.
Dans certaines communautés (chez les Juifs originaires d’Algérie), il est d’usage le jour de la mimouna de se rendre au cimetière ainsi que dans une forêt, dans les parcs.

Ensuite, les habitants quittent leur demeure pour faire la tournée des autres maisons juives et honorer les tables de fête de chaque famille amie. S’en suit une nuit de fête, de partage, de générosité et de réception mutuelle d’amis mais aussi de voisins

Source : Wikipedia et divers sites
Credit photo : dafina et yaniv Asulin

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.