Le texte ci-dessous est un résumé du cours de pensée juive du lundi 2 janvier 2012, organisé par l’association A.D.I.R.

Yosseph se dévoile enfin à ses frères. Il n’évoque point ni colère ni rancœur. Il se contente de leur dire une phrase singulière autant qu’inattendue :  » et maintenant ne vous attristez pas, et ne vous  jugez pas sévèrement  de m’avoir  vendu, car c’est pour votre survie que l’Éternel m’a envoyé ici avant vous… »(genèse, 45,5).

Parallèlement, lorsque les frères de Yosseph se sentent maltraités et menacés par ce même Yosseph (à leurs yeux, vice-roi d’Egypte), ils ne prononcent aucune protestation à son égard, mais s’affublent de toute la responsabilité, en s’écriant: « l’Eternel a trouvé la faute de tes serviteurs  (l’occasion de nous faire payer notre faute – d’avoir vendu notre frère) (id.44.16).

Et la question se pose :  Qui est responsable de quoi ?

Dans les deux cas, il est intéressant de remarquer que les victimes n’attribuent aucune espèce de responsabilité à la partie adverse (pourtant à priori seul acteur de l’intrigue!…)

Est-ce à dire que tout ce qui nous arrive est le fruit de la Providence et du destin « Mektoub », tout est inscrit ?

S’il en est ainsi, pourquoi ne pas penser que tout est permis et je n’ai aucune part de responsabilité quoi que je fasse puisque tout est prédestiné ! (tuons, volons etc.… ce n’est pas ma faute c’est le destin, la main d’ Allah !)

Or, dans le judaïsme, même si il est évidant que D’ est au dessus et c’est Lui qui tire les ficelles, il est tout aussi évident, que l’homme , de part le libre arbitre qui lui est attribué, devient totalement responsable de ses actes.

Alors comment comprendre ? Ou est la vérité ? Est-ce que l’homme domine son destin ou en est-il le simple jouet ?

Les deux textes rapportés plus haut nous donnent  un éclairage (selon un enseignement de mon maître le Rav Weingort), le point commun entre les deux faits cités est de savoir qui porte le regard sur le même fait.

Et cela doit servir d’enseignement pour tout un chacun dans la manière d’appréhender les difficultés de la vie.

Si tu es la victime, pense à l’instar de Yosseph, que tes frères n’y sont pour rien et que tout était voulu ainsi par D’… (Les frères réagissent également ainsi lorsqu’à leurs tours ils sont les victimes de la « cruauté » et des « accusations » mensongères du vice-roi d’Egypte)

Par contre si tu es l’acteur du « crime » comme les frères de Yosseph lors de sa vente(Ou Yosseph lui-même lorsqu’il organise de toute pièce le soi-disant vol de sa coupe) tu te dois d’assumer l’entière et seule responsabilité de tes actes…                                                                                                                           Voila une des « petites »  leçons que notre Paracha nous enseigne … en passant.

Faisant partie des victimes chassées du Goush Katif, je me dois d’analyser comme Yosseph et de conclure que telle était la Volonté Divine. Mais cela n’enlève en rien l’entière responsabilité de ceux qui ont commis un pareil crime…

Yoël Kling.

Laisser un commentaire