Nous sommes aujourd’hui le 27 janvier, Journée internationale à la mémoire des victimes de la Shoah et de prévention des crimes contre l’humanité.

Mon message sera donc dédié cette semaine à la Mémoire.

Hier, en tant que conseiller de Paris et élue du 16e arrondissement, j’ai assisté à une cérémonie organisée par l’association à la mémoire des juifs déportés du 16e en souvenir de 15 enfants juifs de moins de 6 ans, originaires du quartier, et déportés pendant la Seconde Guerre mondiale

Cette cérémonie s’est déroulée au square Lamartine en présence de l’ambassadeur d’Israël en France Yossi Gal, du Rabbin Ariel Messas et de nombreux élus.

Les enfants des trois plus grands lycées du 16e , Janson de Sailly, Molière et Lafontaine, ont participé à cette commémoration en interprétant des chants à la mémoire des enfants assassinés.

Une centaine de personnes se sont réunies sous la pluie pour écouter le discours très émouvant prononcé par Claude Goasguen.

Il a rappelé que le 16e arrondissement de Paris avait été particulièrement touché pendant l’occupation, et qu’il se faisait un devoir en tant que maire du 16e de se tenir aux côtés du peuple juif et d’Israël.

Je souhaite rendre hommage à l’engagement sincère et courageux de Claude Goasguen et rappeler ma fierté d’être élue à ses côtés.

Je souhaite également saluer la présence du député Bernard Debré à nos côtés.

Etant donné l’histoire de ma famille, le 27 janvier est une date qui me touche personnellement.

Mon beau père, Sam Hoffenberg et son frère, ont été les seuls rescapés d’une famille de 150 personnes, tuées à Auschwitz ou sous les balles des Nazis.

Que leurs mémoires restent à jamais gravées dans nos cœurs.

« Jamais je n’oublierai cette nuit, la première nuit du camp qui a fait de ma vie une nuit longue et sept fois verrouillée.

Jamais je n’oublierai cette fumée.

Jamais je n’oublierai les petits visages des enfants dont j’avais vu le corps se transformer en volutes sous un azur muet ».

Elie Wiezel, La Nuit.

Cette semaine, un second hommage s’impose. Par respect, il remplacera la traditionnelle lettre de soutien que j’ai coutume de vous adresser.

Je veux en effet rendre hommage au Rabbin Benishay et son épouse Talie, à la tête de la communauté francophone de Bakaa, ainsi qu’à la famille Fogel, qui ont commémoré la Askara (année juive de deuil) de leurs enfants assassinés voila onze mois à Itamar.

Le rabbin Benishay est aux côtés de ma famille depuis de nombreuses années, dans les moments de peine et de joie.

Il a accueilli mon oncle, Roland Dajoux quand il a fait son alya en Israël, nous a accompagné lors du décès de mes grands-parents enterrés à Jérusalem, et s’est réjoui avec nous lors des mariages de mes proches.

Je souhaite rendre hommage à cet homme droit et empli de foi qui, avec son épouse, a été privé de Oudy et Ruthy, Yoav, 11 ans, Elad, 4 ans et Hadass, 3 mois, assassinés pendant leur sommeil.

Leur courage et leur dignité dans l’épreuve forcent l’admiration et le respect.

Shabbat Shalom

Valérie Hoffenberg
Votre candidate aux élections législatives pour les Français hors de France, 8e circonscription
IMPORTANT: Ashdodcafé ne prend pas partie pour tel ou tel candidat mais est ouvert à tous ceux qui souhaitent diffuser leur message

Laisser un commentaire