Givat Yona : le site de la tombe du prophète Jonas ?

Jon 2:10 L’Eternel parla au poisson, et le poisson vomit Jonas sur la terre.

La dernière découverte archéologique à Ashdod : les fondations d’une grande forteresse.

« L’Israel Antiquities Authority a rapporté qu’une équipe a découvert des restes de murs massifs de plus de 1m de large datant de la fin du VIIIe siècle et début du VIIe siècle avant notre ère.

  Des vestiges de murs massifs sur la Colline de Jonas (Sa’ar Ganor / Israel Antiquities Authority)

Le Dr. Dimitri Egorov de l’Autorité des Antiquités d’Israël pense que ces murs ont constitué la base d’un grand bâtiment lors de la période du Premier Temple.

La découverte de cette forteresse confirme l’existence de la vie sur la colline de Jonas au cours de la période du Premier Temple, et elle rejoint d’autres découvertes qui ont eu lieu près du site dans les années 1960.
Au cours de fouilles dirigées par Magen Broshi, du Département des Antiquités, qui avaient été réalisées avant la construction du phare d’Ashdod, des vestiges muraux similaires avaient été trouvés et dataient de la période du Premier Temple et de la période Perse.

En outre, les archéologues ont découvert un ostracon araméen portant l’inscription « בעלצד תקלן דשנא » (une traduction contemporaine: Ba’altzad / Ba’altzar – un prénom,Taklan – shekels, et Dashna – un cadeau). Cela signifierait que la personne nommée  Ba’altzad a donné une somme d’argent en cadeau à un lieu saint.

« Givat Yonah, qui s’élève à 50 m au dessus du niveau de la mer, est la plus haute colline d’Ashdod, d’où l’on peut apercevoir la mer, Tel-Mor (située dans l’estuaire de Nahal Lachish qui était probablement un ancien point d’ancrage) et Tel Ashdod« , a expliqué Sa’ar Ganor, l’archéologue du district d’Ashkelon de l’Autorité des Antiquités d’Israël.

En raison de son emplacement stratégique, il n’est pas surprenant d’y trouver les restes d’une forteresse qui dominait la région au cours de la période du Premier Temple.

Il y a deux possibilités concernant les personnes qui ont habité la forteresse à l’époque :  soit elle était gérée par les Assyriens qui contrôlaient la région pendant l’Age du Fer,  soit Josias, le roi de Juda, occupait le fort à l’époque. Il avait conquis le territoire des Assyriens et contrôlé Ashdod Yam au septième siècle avant notre ère.   »

Cette découverte est très intéressante et elle donne une nouvelle importance à la ville d’Ashdod en lui faisant faire un voyage au temps de la Bible. Ashdod est citée dans le Tanach à plusieurs occasions, notamment avec la prise de l’Arche de l’Alliance par les Philistins. Après avoir témoigné de la vanité de leur dieu Dagon, retrouvé brisé sur le seuil du temple, les Philistins renvoyèrent l’Arche à Gath. Mais les châtiments de D.ieu s’abattirent sur les Philistins et ceux-ci, effrayés, renvoyèrent de nouveau l’Arche à Beth Shemesh, chez les Israélites.

Une tradition musulmane attribue la tombe située en haut de la colline au prophète Jonas. La ‘Hevra Kadisha garde aussi cette tradition depuis une dizaine d’années. Une autre indication nous semble venir de la carte byzantine de Medeba qui mentionne également la tombe du prophète.

Qu’en est-t-il au juste ?  Le prophète Jonas était un prophète du premier Temple certes qui prophétisa sous le règne du roi Jéroboam. Fils d’Ammitaï, de la racine émeth, vérité, le prophète serait originaire des tribus de Asher et de Zabulon dans le nord. Pirké DeRabbi Eliézer rapporte que Jonas ne serait autre que l’enfant ressuscité par Elie.  Ayant refusé d’obéir au commandement divin de prophétiser sur la ville ennemie de Ninive, Jonas s’enfuit à Jaffa et nous connaissons la suite de l’histoire : il fut avalé par une baleine puis recraché au bout de trois jours. S’étant repenti, Jonas annoncera la Parole de l’Eternel à Ninive, la ville impie, dont le roi ne serait autre que le Pharaon de la Sortie d’Egypte d’après le Midrash !

Lu à chaque Yom Kippour, le Livre de Jonas nous parle de la puissance de la teshouva. Nous n’avons peut-être pas d’indication précise quant aux lieux de naissance ou de mort du prophète, ni sur l’emplacement exact de Ninive, ni sur l’identité des marins, mais le message de repentance de Jonas reste universel et la découverte de ruines du premier Temple ravive le message de la colline la plus élevée d’Ashdod. Un site à visiter !

Shaul et Orah Suard
Guides francophones et anglophones  diplômés du Ministère du Tourisme
054-2075313

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.