Le « Choulkhan Aroukh » (livre des lois juives), nous enseigne que la « Tsedaka » est un commandement positif de la Torah que doit réaliser aussi bien la personne la plus pauvre que la plus riche, et tout celui qui s’abstient de donner est appelé « Racha’ » (méchant) et est considéré comme un idolâtre.

Il y a une priorité d’aider les gens proches, de sa propre famille ou des pauvres et institutions de Torah de sa propre ville, La « Tsedaka » en Israël est également une priorité.

Le mot « Tsédaka » traduit généralement par ‘charité’ vient finalement de la racine « Tsedek » qui signifie justice. Ceci pour nous rappeler que nos actes de bonté viennent rétablir une justice sur terre. 

La « Mitsva » de la « Tsédaka » est  à la fois belle et&  très importante, et s’accompagne aussi du devoir de donner le « Maasser » (c.a.d le 10e de nos gains NET), car après tout ces 2 « Mitsvot » se réalisent via une action commune, celle de tendre la main aux autres qui en ont besoin.

Éduquons nos enfants à donner la « Tsédaka » tous les jours, dès leur plus jeune âge. Cela leur apprendra à aimer cette « Mitsva », et ils en garderont l’habitude lorsqu’ils seront grands.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.