Située au sud de la ville d’Ashdod, sur la plage, cette ruine date de la première période musulmane (640-1099), plus exactement de l’époque des Fatimides (9-10ième siècle de notre ère)

Elle faisait partie d’une série de citadelles construites le long de la côte. Ces citadelles portaient le nom arabe « Ribat » qui signifie entre autre : « stationner et rester sur place ». Elles avaient pour fonction de défendre les lieux. Les soldats en stationnement apprenaient également le Coran sur place. La citadelle servait aussi de phare afin de prévenir les villes avoisinantes, et notamment Ramleh,  de l’arrivée des Croisés par la mer. En effet, il était de coutume, à l’époque, de kidnapper les « locaux » afin de les réduire à l’esclavage.

Un second phare de relais est également visible dans le quartier Tet Vav, situé sur un petit monticule « hamigdal haatik« , l’ancienne tour.

Chaque forteresse avait des gardes qui surveillaient l’horizon et allumaient un feu en haut de la tour dès qu’un danger se précisait. Le feu se voyait de loin et les habitants de Ramleh avaient le temps de se préparer contre toute invasion.

Il reste de belles ruines de cette forteresse construite en pierre de sable locale appelée « kurkar » en hébreu.  Des tours, des entrepôts de denrées et des fours sont encore visibles.

Une belle visite dans un lieu historique qui remonte à plus de 10 siècles. Un site à visiter.

Contactez-nous pour une visite détaillée de la forteresse et de biens d’autres endroits archéologiques situés dans la ville d’Ashdod dont le nom apparaît déjà dans le Tanach !

Shaul et Orah Sofer, d’Ashdod, 054-2075313

Guides Licenciés du ministère du Tourisme
Guides certifiés de l’Institut du Temple à Jérusalem
Guides certifiés à Ir David, Jérusalem

www.visiterisrael.com

www.wordpress.visiterisrael.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.