Avec les groupes de militants de plus en plus actifs dans la péninsule du Sinaï en Egypte, l’armée israélienne projette de déployer des radars le long de la frontière avec l’Egypte.

Les systèmes de radar, qui seront déployés le long des frontières ouest d’Israël avec l’Egypte, seraient semblables à ceux qui sont utilisés actuellement par la Force aérienne israélienne le long des frontières volatiles avec la bande de Gaza et le Liban. Ces radars sont capables de repérer les tirs de roquettes et et de calculer leur trajectoire, a rapporté mardi le Jerusalem Post.

Les données sur les roquettes entrantes sont ensuite transmises au commandement de l’armée, qui est chargé d’alerter les résidents des zones confrontées à un danger imminent, selon le rapport.

Israël craint que les groupes militants opérant dans le Sinaï, une vaste région désertique, aillent augmenter les attaques à la roquette. Plus tôt ce mois-ci, deux roquettes Katioucha tirées depuis cette région ont touché le sud du Néguev.

En avril, des militants basés à Sinaï ont tiré trois roquettes de type Grad sur Eilat, une station de vacances populaire située dans le sud d’Israël, ce qui conduit les militaires à envisager le déploiement du système défense anti-fusée Iron Dome près de la ville, tandis qu’un autre attentat a tué un homme dans la ville portuaire d’Aqaba en Jordanie, en 2008.

Des hauts responsables politiques et de la défense israéliens ont à plusieurs reprises exprimé leurs préoccupations sur l’anarchie croissante dans le Sinaï après la chute de l’ancien président égyptien Hosni Moubarak l’année dernière.

Laisser un commentaire