Sa politique de « tente ouverte » était légendaire. Il exerçait son hospitalité à but non lucratif au beau milieu du désert et offrait à chaque voyageur ou nomade un repas chaud et une nuit au couvert.

Certains voyaient en lui un extrémiste. Une fois qu’il était en pleine conversation avec D.ieu Lui-même, quelques voyageurs apparurent au loin. Il s’excusa auprès du Tout Puissant et courut les inviter ! Pour Abraham, l’hospitalité était encore plus grande que la communion avec D.ieu.

La tradition se perpétua dans la famille. Lorsque l’empereur romain Julien ordonna l’établissement d’auberges pour les voyageurs dans chaque ville, il renvoya à l’exemple des Juifs « parmi lesquels aucun étranger n’est jamais délaissé ». Même dans les périodes les plus sombres, chaque communauté juive avait une organisation pour prodiguer le vivre et le couvert pour chaque voyageur sans discrimination.

C’est une si grande mitsva, vous ne voulez pas attendre que l’on vous sollicite

Comment recevoir

L’hospitalité – Hakhnassat Or’him – est principalement accomplie en accueillant des visiteurs étrangers à votre ville. Mais des invités locaux sont parfaits également. Comme il s’agit d’une très grande mitsva, vous ne voulez pas attendre que l’on vous sollicite : prenez les devants et invitez directement les visiteurs, ou bien portez-vous volontaire pour recevoir des invités auprès des organisations locales qui placent des visiteurs.

Une fois à l’intérieur, certains invités sont trop embarrassés pour demander une boisson fraîche ou un oreiller supplémentaire. Un bon hôte anticipe leurs besoins.

Un autre tuyau d’Abraham : bien qu’il eut de nombreux serviteurs, il se tenait auprès de ses invités et pourvoyait lui-même à leurs besoins. Si c’est une si grande mitsva, pourquoi la donner à quelqu’un d’autre ?

Lorsque vos invités s’en vont, veillez bien à leur emballer de la nourriture cachère pour la route. C’est une mitsva de les accompagner à l’aéroport, au bus ou au train, ou au moins sur une distance de quatre coudées (environ deux mètres) à partir du seuil de votre maison. En fait, la récompense divine pour avoir raccompagné les invités est plus grande encore que celle rétribuant tout ce que nous avons pu leur prodiguer par ailleurs. Cela dépasse le fait de se soucier d’eux dans votre ville : vous voulez vous assurer qu’ils atteignent leur prochaine destination en toute intégrité.

http://www.fr.chabad.org

Laisser un commentaire