• On ne déplace pas la Hanoukia après l’allumage.  

Références : Rabbi Yossef Karo dans le Choul’han Aroukh siman 675 Saïf 1, Yalkout Yossef Moâdim page 221 Saïf 3.

  • Si après l’allumage on a déplacé la Hanoukia, on ne s’est pas acquitté de la Mitsva et il faudra l’éteindre et la rallumer à sa place définitive, sans Brakha. Certains évitent de la déplacer même après une demi-heure. 

Références : Rabbi Yossef Karo dans le Choul’han Aroukh siman 675 Saïf 1, Yalkout Yossef Moâdim page 221 Saïf 3.

  • Un malade qui ne peux pas se rendre à l’endroit où est placée sa Hanoukia donnera mandat à une autre personne pour l’allumer ; il prononcera les bénédictions et immédiatement après, son mandataire procèdera à l’allumage.

Références : Rabbi Yossef Karo dans le Choul’han Aroukh siman 675 Saïf 1, Responsa Lev Haïm volume 3 siman 146, Moëd Lékhol Haï siman 27 Ot 60, Yalkout Yossef Moâdim page 221 Saïf 3.

  • On a l’habitude de consommer des laitages pour commémorer le miracle par lequel Yéhoudit, fille du Grand Prêtre Yohanan, a « soulé » de lait le roi Antiochus-Épiphane. Il s’endormit, puis elle le décapita, ce qui provoqua la fuite de l’armée et le salut du peuple d’Israël. 

Références :  Rabbi Raphaël Baroukh Tolédano Z.T.L dans le Kitsour Choul’han Aroukh siman 612 Halakha 9.

  • Les femmes, comme les hommes, on l’obligation de l’allumage, car tout le monde a été directement concernée par le miracle.

La femme, chez elle, peut allumer et rendre quitte son mari même s’il n’est pas là pour écouter la Bérakha ; le premier soir, elle dira aussi Chéhé’hiyanou et lorsque son mari allumera le deuxième soir, il ne dira pas cette bénédiction, bien que lui-même n’ait pas encore effectué d’allumage.

  • Une femme veuve, ou divorcée qui ne sait pas dire les bénédictions et qui allume chez elle, peut se faire acquitter par quelqu’un d’autre, même si celui-ci a déjà allumé pour lui-même.

On intercalera dans la Amida « Yaâlé Véyavo » et « Al Anissim »,
Après la Amida on récitera le Hallel complet avec Bérakha, si une femme veux réciter le Hallel elle ne récitera pas la bénédiction, cette loi est aussi valable pour les femmes Ashkénaze.
Références : Rav Ovadia Yossef dans Yabiâ Omer volume 6 Siman 45, Yalkout Yossef Moâdim Siman 683 Saïf  9, Rav Daniel Ababli Maâssé Nissim Chorech 1.

  • Si on n’a pas d’huile d’olives, on allumera avec n’importe quelle huile, sinon, on allumera avec des bougies de cire.

Références : Rav Ovadia Yossef Hazon Ovadia Halakhot Hanouka page 76 Halakha 1.

Dans les endroits où l’huile d’olives est chère, on allumera la bougie obligatoire avec de l’huile d’olives et les autres bougies avec une huile ordinaire, mais on ne pourra pas allumer la bougie obligatoire avec de l’huile d’olives et le reste avec des bougies de cire.

Références : Rav Ovadia Yossef Hazon Ovadia Halakhot Hanouka page 81 Halakha 1.

Nos Sages, de mémoire bénie, nous enseignent : « Celui qui est habitué à allumer les bougies de la plus belle façon, mérite d’avoir des enfants érudits en Torah. En embellissant l’allumage des bougies de Chabbat et de ‘Hanouka, il mérite la lumière de la Torah.

Références : Proverbes 6,23, Guémara  Chabbat page 23b.

  • Si on pense qu’on ne pourra pas respecter le temps d’allumage, on pourra allumer 1 heure et quart (Plag Hamin’ha) avant le coucher du soleil.

Références : Choul’han Aroukh Siman 683 Saïf 1.

On prévoira des veilleuses avec suffisamment d’huile pour tenir jusqu’à une demi-heure après la sortie des étoiles. Mais on n’allumera pas avant Plag Hamin’ha et si on l’a fait, on éteindra et rallumera plus tard, avec Bérakha.

Références : Choul’han Aroukh Siman 683 Saïf 1.

  • Il n’y a pas d’obligation de festoyer à Hanouka, certaines opinions insistent sur la Mitsva d’enrichir les mets plus que d’habitude et à plus forte raison si c’est aussi Roch Hodèch Tévèt. De toutes façons, un repas au cours duquel on parle de Torah et où l’on adresse des louanges à D’ se transforme en une Séoudat Mitsva.

On a l’habitude de consommer des beignets appelés souvganiot, frits dans de l’huile, pour rappeler le miracle de la fiole d’huile.

Références : Rabbi Yossef Messas Z.T.L dans Ner Mitsva pages 11 et 13, Rabbi Yossef Ben Naïm Z.TL dans Noheg Bekhokhma page 27.

  • On intercalera dans la Amida « Yaâlé Véyavo » et « Al Anissim »,

Après la Amida on récitera le Hallel complet avec Bérakha, si une femme veux réciter le Hallel elle ne récitera pas la bénédiction, cette loi est aussi valable pour les femmes Ashkénaze.

Références: Rav Ovadia Yossef  Chlita dans Yabiâ Omer volume 6 Siman 45, Yéhavé Daat volume 1 Siman 78, H’azon Ovadia Halakhot Hanouka page 213, Yalkout Yossef Moâdim Siman 683 Saïf  9, Rav Daniel Ababli Maâssé Nissim Chorech 1, Rav Yossef Chlomo Eliashiv Z.T.L. dans Kovets Téchouvot volume 3 Siman 105, Rav Byniamin Hota Chlita dans Ki Ba Moëd page 97.

  • Le jour de Roch Hodech il est d’usage d’allumer à la maison une veilleuse (sans bénédiction).

Références : Rabbi Yossef  Haïm z.t.l dans Ben Ich Hay Parachat Vayéchev, Rabbi Ovadia Yossef dans Hazon Ovadia ‘Hanouka.

  • Le 8ème jour de Hanouka, si le repas se prolonge après la tombée de la nuit, on dira « Al Hanissim » là où il doit être lu.

Références : Rabbi Ovadia Yossef dans Hazon Ovadia ‘Hanouka 207, Rabbi Aba Chaoul z.t.l, Or Létsiyone, volume 3, Perek 2 Siman 8 au nom de Rabbi Ezra Atia z.t.l .

  • D’autres décisionnaires rapportent que l’on ne dira pas « Al Hanissim » là où il doit être lu, mais il est bon de le dire dans « Arahamane ».

Références : Minhat Ménahem Siman 63ot 2, Rabbi Yossef  Haïm z.t.l dans Ben Ich Hay Parachat Houkat Saïf 22, Rabbi Haïm Sofer z.t.l Kaf Hahaïm sur Ora’h Haïm  Siman 682 Ot 188.

  • L’allumage la veille de Chabbat :

a) La veille de Chabbat, il faut prévoir suffisamment d’huile ou de grandes bougies pour que les veilleuses éclairent pendant au moins une ½, heure après l’apparition des étoiles.

Références : Choul’han Aroukh Ora’h Haïm 679.

b) La veille de Chabbat, il ne faut pas allumer les Nérot de ‘Hanouka trop tôt, mais seulement 20 mn avant la Shki’a (le coucher du soleil).
Toutefois, si l’on désire allumer plus tôt, nous le pouvons à la condition de ne pas allumer plus tôt que l’horaire du Plag Hamin’ha (comme nous l’avons expliqué).

Références : Choul’han Aroukh Siman 683 Saïf 1.

  • Minha la veille de Chabbat : Vendredi, il est conseillé de :

1) Prier d’abord Min’ha,
2) Ensuite allumer les Nérot de ‘Hanouka,
3) Enfin, allumer les Nérot de Chabbat.

Références : Guémara Chabbat 21b, Péri Mégadim Echel Avraham sur Choul’han Aroukh Ora’h Haïm  chap.671 Siman 10 ; le Hida dans Birké Yossef Ora’h Haïm chap.679 Siman 1et 2 ; Rav Haïm Palagi dans le Responsa  Lev Haïm tome 2 chap.49, Choul’han Gavoha, Chaâr Hakavanot page 109 colonne 1, Rav Ovadia Yossef dans Yéhavé Daât tome 1 chap.74 ainsi que dans H’azon Ovadia Halakhot ‘Hanouka page 179, Yalkout Yossef siman 679 Halakha 1.

Si il n’y a pas de Minyan qui prie Min’ha suffisamment tôt ou, si il y a le moindre doute de profanation du Chabbat, on allumera les Nérot ‘Hanouka avant Minha.

Références : Chlah Ha-Kadoch  dans Chéné Lou’hot HaBérit, Sidour Chaâr Ha-Chamaïm ; Éliya Rabba Ora’h Haïm chap. 679, Responsa Tsour Yaakov chap.136, Sidré Tahara dans Chiyouré Leket, Responsa Divré Moshé Albershteim Ora’h Haïm chap.15 Saïf 5 au nom du Rav de Tsanz,  Kaf Hahaïm sur Ora’h Haïm  671 Saïf 79.

  • L’allumage à la synagogue vendredi :

a) S’il y a Minyan, l’allumage s’effectuera avec Bérakha.
b) S’il n’y a pas encore Minyan, les Séfaradim ne disent pas les Bérakhot même s’il est certain que d’autres personnes doivent venir compléter le Minyan.
Références : Choul’han Arou’kh Ora’h Haïm 679.

Pendant Chabbat :

Lorsque les Nérot de la Hanoukia seront éteintes, il est interdit de déplacer la Hanoukia pendant Chabbat, car elle prend le statut de Mouktsé, sauf si nous en avons fait la condition avant Chabbat, et de dire : « dès que les Nérot seront éteintes, il nous sera permis de déplacer la ‘Hanoukia ».

Références : Choul’han Aroukh Ora’h Haïm 279 Saïf 4.

On enrichira les mets du Chabbat plus que de coutume.

Références : Ben Ich hay Vayéchev Ot 28.

  • Les Nérot de ‘Hanouka samedi soir :

a) À la synagogue, après la prière de ‘Arvit, on allumera d’abord les Nérot de ‘Hanouka et ensuite, on récitera la Havdala.
b) Par contre, à la maison, on procèdera d’abord à la Havdala, et ensuite on allumera les Nérot de ‘Hanouka.
c) Pour la Havdala il est interdit de réciter la Bérakha de Boré Méoré Haèch sur les Nérot de ‘Hanouka, par contre, il sera permis de la réciter sur le Chamach.

Références : Choul’han Aroukh Siman 681 Saïf 1, Yalkout Yossef siman 681 Halakha 2.

 


Laisser un commentaire