En quelques jours de pluie, le niveau du Kinneret s’est élevé à plus de 17 centimètres. Ce bond remarquable signe le début d’un nouveau départ, passage miraculeux de la sécheresse à la pluie, de l’inquiétude à l’embellie, à l’avancée, à la bénédiction débordante…un peu comme chez nous, en politique.

L’’ambiance aussi autour des élections devenait plutôt morne, presque angoissante : Entre les passages d’un parti a l’autre avant le coup de sifflet et les faibles variations d’un sondage à l’autre, de 1 % par-ci à 1 % par-là, nous allions presque nous endormir, quand soudain : Benett est arrivé, sans se presser …

Après le terrain miné de Michal ‘ham et avoir  nié avoir appelé à l’insubordination, il a su rebondir en  attaquant les positions du Likoud Beteinou et de son chef de file .En effet, il déclare tout fort, du haut de ses 40 ans, avec ses 12 mandats bien gagnés : « oui à l’annexion de la Judée-Samarie, non à l’expulsion de Juifs de leurs maisons et surtout, pas d’État palestinien. » Benett a plus ou moins le même profil que Bibi : même parcours militaire dans la prestigieuse unité d’élite Sayeret matkal, même connaissance rapprochée de la culture et de la mentalité américaine, même réussite professionnelle,  du charisme, de la stratégie sans Rav, et une même ouverture sur le monde, de Tel Aviv à New York…deux success story !

benett Naftaly

 

Naftali Benett

Et aujourd’hui, Benett ré-ouvre un dossier sensible, que tous avaient déjà clos : il affirme ce que Bibi promettait il y a quelques années. Avec le temps, la pression américaine et surtout celle de la gauche israélienne, Bibi avait fini par accepter, du moins en théorie, l’établissement d’un État arabe sur les collines de Judée… Benett, lui, change de ton, fait monter la pression, au risque de faire déborder ce lac électoral qui semblait si paisible, presque lugubre.

B contre B, Bibi contre Benett, avec une génération d’écart, tel Yehouda face à Yossef, tel un père face à son fils, l’affrontement entre deux générations d’amoureux d’Israël, qui se craignent autant qu’ils se respectent…

La jeunesse israélienne d’aujourd’hui, de gauche comme de droite, réclame un vrai leader, intègre et droit, sachant manier aussi bien l’Internet que l’arme, dans le style Benett. La population israélienne dans son ensemble fait confiance à son Premier ministre, à la fois ferme mais prudent, expérimenté et rassurant : c’est Bibi. Lui qui avait déjà dompté la gauche, fait un pied de nez à l’ONU et presque amadoué un Obama occupé, se voit tout a coup dépassé sur sa droite.

Les élections s’annonçaient ennuyeuses, avec beaucoup de ‘’déjà vu’’, mais voilà, le niveau grimpe, et la douche froide que nous venons de recevoir ne semble pas près de s’arrêter… bien au contraire !

Enfin, le soleil est la aussi pour nous rendre espoir et tourner la page de cette aventure bruyante qui n’arrange ni les uns ni les autres…le peuple veut la droite et unie…  le bouquet gagnant de Tou bi Shvat sera,b’h, B avec B !

Par Avraham Azoulay – Le P’tit Hebdo – JSSNews

Laisser un commentaire