Oui à la nouvelle initiative arabe ! Niet aux lignes de 1949 !Article Précédent
Haim Ouizeman : Essai sur le végétarisme - La compassion à l’égard de l’animal, un devoir !Article Suivant

Culture- Cinéma : Le coeur à ses raisons, que la religion n’ignore pas !

Article   0 Commentaire
Espacement de ligne+- ATaille du texte+- Imprimer cet article
Culture- Cinéma : Le coeur à ses raisons, que la religion n’ignore pas !

cinema - le coeur a ses raisonsL’histoire du film Le Coeur a ses raisons trouve son origine au sein d’une rencontre entre la réalisatrice, Rama Burshtein, et une jeune fille à un mariage. Cette dernière, à peine majeure, était venue discuter à sa table et la cinéaste avait remarqué qu’elle portait à son annulaire une bague de fiançailles. Une fois la jeune fille partie, une amie de Rama Burshtein lui a confié qu’elle venait de se fiancer avec le mari de sa sœur décédée depuis peu. C’est cette histoire peu commune qui a enflammé l’imagination de Rama.
 Le Coeur a ses raisons est le premier film réalisé par une juive ultra-orthodoxe Rama Burshtein, née à New York, et qui vit en Israël. De plus, la singularité du film est accentuée par son sujet, car il met en scène un marivaudage amoureux dans la communauté hassidique de Tel-Aviv. Une situation qui n’est pas fréquente en Israël.

Histoire :
Shira vit au sein d’une famille juive orthodoxe à Tel Aviv. À 18 ans, elle rêve de mariage.
Lorsque sa soeur ainée Esther meurt en couches, Yochay, son beau-frère, est poussé par la communauté à partir se marier en Belgique. Sa mère a une meilleure idée : et si Shira épousait Yochay ? Entre le coeur et la raison, Shira devra choisir.

Réalisé par Rama Burshtein
Avec Hadas Yaron, Yiftach Klein, Irit Sheleg
Nationalité Israélien
Durée : 1h30

La religion juive n’ayant aucune règle concernant la fabrication d’un film, Rama Burshtein n’a pas rencontré beaucoup de complications pour faire son film. Voulant respecter les usages et ne pas trop se mettre en avant, la cinéaste est allée trouver son rabbin, et lui a évoqué son projet, ainsi que le thème autour duquel il s’articulait. Ce dernier a demandé au mari de Rama de lire le scénario et de lui fournir son approbation, et lui a finalement donné son feu vert en lui signant une autorisation écrite. Un bout de papier symbolique qui fût précieux lorsqu’il a fallu engager des figurants juifs, qui auraient refusé d’apparaitre dans le film sans l’approbation préalable d’un rabbin.

Une des volontés de Rama Burshtein était de ne surtout pas faire un film traitant des relations entre religieux et laïcs, d’où sa décision de situer le récit du Cœur a ses raisons dans la ville où elle réside : Tel Aviv, agglomération dynamique et débordante d’énergie qui témoigne d’une réalité peu connue, où les religieux vivent paisiblement avec leurs voisins laïcs.
Le Coeur a ses raisons avait été proposé par Israël pour la catégorie du Meilleur Film Etranger aux Oscars de 2013, mais n’a pas été retenu parmi les cinq derniers nommés. En revanche, la comédienne Hadas Yaron a été récompensée du prix d’interprétation féminine à la Mostra de Venise de 2012. 

Article   0 Commentaire

S'inscrire à la newsletter AshdodCafé.com

S'inscrire
Mairie Ashdod
Macabi
Joseph Sitruk Avocat
Bella Ligna
Mairie Ashdod Culture
Cal Auto
Immobilier Low Cost
Mishkan Ashdod Culture

Fil d’info 24h/24h en direct d’Israël