“L’Art de la Brique ” et ses surréalistes sculptures LEGO s’exposent à Tel AvivArticle Précédent
Comment une photographe militaire sauve un bébéArticle Suivant

un exportateur juif de Paris a su chauffé la scène israélienne le mois dernier

Article   0 Commentaire
Espacement de ligne+- ATaille du texte+- Imprimer cet article
un exportateur juif de Paris a su chauffé la scène israélienne le mois dernier

patate-marc-fichel-affiche-1271775-616x380Avec un million de vues de son unique boppy, filmé sur son lieu de travail le jour à Rungis,

Marc Fichel n’est pas encore prêt pour tout abandonner pour la musique . Utilisant deux i Phones, Marc Fichel supervisait  le transport de tonnes de légumes la semaine dernière au marché de gros du trépidant marché de Rungis , où des milliers de dentées périssables arrivent par navire de toute l’Europe.

Ce directeur de l’exportation d’un des stands de ce marché, âgé de 40 ans, Fichel s’intègre facilement avec les multitudes d’Asiatiques, d’Arabes et d’Africains qui travaillent à Rungis. Il est facile d’oublier le Juif français qui fait le va et vient entre musique et activité professionnelle avec un premier album récemment sorti et quelques 20 concerts à son actif.

« Je pense qu’une partie de mon succès est du à ma double vie entre ma carrière musicale et mon travail sur le marché, » a déclaré Fichel .

En effet, les médias français ont publié une rafale d’articles flatteurs sur le chanteur. Le critique musical du Figaro Pierre De Boishue compare le chant émotionnel de Fichel et ses mélodies de piano à celles du légendaire et regretté  Michel Berger, également un Juif parisien.

« C’était un énorme, énorme compliment », a déclaré Fichel.

Pourtant, au-delà de son talent musical,  Fichel a une histoire considérée aussi  comme un exemple, a savoir la façon dont les musulmans de la classe ouvrière et les Juifs peuvent se débrouiller dans une ville où les tensions entre les groupes sont souvent élevées. Ses partenaires musicaux comprennent un mix multiculturel qui comprend le guitariste Zizou Sadki,  fils d’un immigrant marocain musulman, et Nourith, un vétéran de l’armée israélienne qui participe a des événements communautaires juives.

«Ici, il n’y a pas de religion et pas de concurrence, seule une entreprise. Et avec la musique il y a seulement l’harmonie « 

Malgré le contraste apparent entre son statut de célébrité et son travail de jour à Rungis, il est toujours en mouvement, Fichel dit que les deux professions ont une chose en commun: le manque de pertinence de la politique et de la religion.

Une des chansons les plus réussies de FICHEL, « Ma vie dans le marché, » parle de son travail à Rungis, elle sert aussi de toile de fond pour la vidéo ou l »on voit ses collègues du marché au travail. Le clip a reçu près de 1,1 millions de vues sur YouTube.

Fichel est un « schmoozer » naturel, avec son sourire chaleureux et son talent pour la chanson. Lors d’une interview au restaurant du marché, il bondit à plusieurs reprises pour étreindre ses collègues. Son père, un dentiste, lui a appris à jouer du piano, et ses amis l’ont persuadé de poursuivre une carrière musicale.

Marc Fichel (crédit photo: Cnaan Liphshiz / JTA)

« J’ai toujours joué pour et avec les amis jusqu’à ce qu’ils me demandent de faire une vidéo et de la mettre en ligne », a déclaré Fichel.

La vidéo porte sur  » Le Blackberry Blues « , une chanson d’amour pour son téléphone portable. Produit avec un budget restreint, il a attiré l’attention de Daniele Molko, maintenant son manager, et a obtenu un demi-million de vues en ligne.

Fichel peut bien s’entendre avec les diverses communautés de Paris, mais il se dit « fier d’être Juif et sioniste » . Plus tôt ce mois-ci, il donne son premier grand concert international à Tel-Aviv, une expérience qu’il appelle «le plus beau moment de ma vie. »

«Vous êtes ma famille », a déclaré Fichel en hébreu devant une foule d’environ 500 personnes qui a rempli Tzavta salle de concert de Tel-Aviv  le 20 mai dernier. « ce concert en Israël »a été un moment très spécial, une expérience spirituelle incroyable », a déclaré Fichel. «Israël n’est pas seulement un endroit pour moi. Je ne suis pas religieux, mais c’est là que mes racines se trouvent. « 

Il a également déclaré que ses attitudes pro-israéliennes ne sont pas un problème à Rungis, où la plupart des travailleurs et des clients sont arabes.

«La politique est la politique, les affaires sont les affaires et la musique est la musique », a déclaré le quotidien israélien Maariv. « J’ai beaucoup d’amis musulmans ici et ils me présentent à des artistes qui chantent en arabe, afin que nous puissions jouer ensemble. »

« Israël n’est pas seulement un endroit pour moi. Je ne suis pas religieux, mais c’est là que mes racines se trouvent « 

Loin d’être gêné quand des amis du marché le narguent en lui demandant des interviews à sa pause déjeuner, Fichel demande à François, le propriétaire du restaurant L’Etoile, à jouer « Ma vie dans le marché » sur la chaîne stéréo.

« Je suis fou de musique», dit-il, « mais je ne sais pas combien de temps je peux continuer comme ça. » Travailler 19 heures par jour n’est pas facile !

Pourtant Fichel, un célibataire qui dit qu’il « aime trop les femmes pour se marier, » et qu’il ne veut pas quitter son emploi de jour, qu’il occupe depuis 10 ans.

« Vous ne vous levez pas tous les jours à trois heures  sauf si vous êtes passionné par le sujet, » at-il dit.

Fichel dit que le rythme est rapide et que le temps est-argent mais il a la franchise de déclarer que sa passion répond a un besoin qui lui tient a coeur. Un ami du marché sait que si Fichel quitte Rungis ce sera pour se consacrer à sa musique.

« Il fait parti des notres car il n’a pas la grosse tête » a déclaré Gérard. « J’espère juste qu’il se souviendra de nos noms quand il deviendra célèbre. »

Times of Israel

Article   0 Commentaire

S'inscrire à la newsletter AshdodCafé.com

S'inscrire
Mairie Ashdod
Macabi
Joseph Sitruk Avocat
Bella Ligna
Mairie Ashdod Culture
Cal Auto
Immobilier Low Cost
Mishkan Ashdod Culture

Fil d’info 24h/24h en direct d’Israël