Article Précédent
un nouveau Michpahton à Youd beth pour les enfants de 1 à 3 ans !Article Suivant

Jeûne du 17 Tamouz: amour et justice, les piliers de Jérusalem [2]

Article   0 Commentaire
Espacement de ligne+- ATaille du texte+- Imprimer cet article
Jeûne du 17 Tamouz: amour et justice, les piliers de Jérusalem [2]

L’amour et l’empathie à l’égard de l’autre, au-delà du strict rite cultuel, doivent vaincre et dépasser la haine:

«לֹא תִשְׂנָא אֶת אָחִיךָ בִּלְבָבֶךָ» (ויקרא י”ט, י”ז)

«Ne hais point ton frère en ton cœur» (Lev. 19, 17)

Israel_Supreme_Court-300x199Le terme «haine» שְֹנְאָה  (SiN‘aH) est très proche du substantif שׁוֹנֶה (ShoNeH) signifiant «différent». La peur du visage inconnu, le rejet de l’étranger au mode de vie différent et le refus de la pensée d’autrui peuvent engendrer l’homophobie. Le défi de l’Humanité est de considérer la diversité et la différence culturelle et spirituelle de notre semblable non seulement comme un enrichissement mais aussi comme une opportunité de briser les préjugés et d’atteindre a l’unité (A’hdout אַחְדוּת) du genre humain. Cette unité (A’hdout אַחְדוּת) ne doit en aucune manière être confondue avec la notion d’uniformisation (A’hidou(A’hdout אַחִידוּת), comme l’enseigne l’histoire de la Tour de Babel. Des nations antiques comme l’Egypte, Babylone, la Grèce et Rome s’effondrent en raison du refus de l’autre.

Le retour – Réparation de la justice et de l’amour fraternel

Aujourd’hui, Jérusalem, tel le phœnix ressuscitant de ses cendres, regagne sa parure de jeunesse:

«הִתְנַעֲרִי מֵעָפָר קוּמִי שְּׁבִי  יְרוּשָׁלִָם התפתחו (הִתְפַּתְּחִי) מוֹסְרֵי צַוָּארֵךְ שְׁבִיָּה בַּת-צִיּוֹן»

«Secoue ta poussière, lève-toi et reprends ta place, Jérusalem! Débarrasse ton cou des liens qui l’enserrent, ô captive, fille de Sion! » (Isaïe 52, 2)

Les fils d’Israël, enfants de Jérusalem, regagnent la terre ancestrale promise aux Patriarches d’Israël. Ce processus de reconstruction après le retour des exilés est aujourd’hui le point de départ, la pierre d’angle de l’établissement d’une société fraternelle, basée sur la justice et l’amour, l’entraide entre frères, fils d’un même père (Gen. 42, 13) et l’instauration d’un système de justice équitable prônant l’égalité devant le droit et la liberté d’expression pour tous.

L’instauration d’un système de justice équitable prônant l’égalité devant le droit et la liberté d’expression pour tous doit être au centre de la réalisation d’un monde meilleur.

«יִקָּרֵא לָךְ עִיר הַצֶּדֶק קִרְיָה נֶאֱמָנָה ;צִיּוֹן  בְּמִשְׁפָּט תִּפָּדֶה  וְשָׁבֶיהָ בִּצְדָקָה» (ישעיהו א’, כ”ו-כ”ז).

«On t’appellera ville de Justice, cité fidèle. Sion sera sauvée par la justice, et ceux qui y retournent par l’équité [sociale]» (Isaïe 1, 26-27)

Les deux principes מִשְׁפָּט  («Justice») et צְדָקָה («droit») fondements caractérisant la capitale Jérusalem selon le prophète Isaïe, sont ceux-là mêmes qui légitiment la mission divine confiée initialement au Patriarche Abraham:

«כִּי יְדַעְתִּיו לְמַעַן אֲשֶׁר יְצַוֶּה אֶת-בָּנָיו וְאֶת בֵּיתוֹ אַחֲרָיו וְשָׁמְרוּ דֶּרֶךְ יְהוָה לַעֲשׂוֹת צְדָקָה וּמִשְׁפָּט» (בראשית י”ח, י”ט).

«Si Je [Dieu] l’ai distingué [Abraham], c’est pour qu’il ordonne à ses fils et à sa maison après lui d’observer la voie de l’Éternel, en pratiquant le droit et la justice» (Gen. 18, 19).

Dieu attend de l’homme d’instaurer un régime de droit et de justice. Abraham, conscient de la haute exigence sociale qu’il lui incombe de transmettre à ses descendants et, par ailleurs, profondément désireux d’épargner son prochain, n’hésite point – nous dirions a l’audace- de renvoyer Dieu à lui-même:

 «חָלִלָה לְּךָ מֵעֲשֹׂת כַּדָּבָר הַזֶּה  לְהָמִית צַדִּיק עִם-רָשָׁע וְהָיָה כַצַּדִּיק כָּרָשָׁע; חָלִלָה לָּךְ הֲשֹׁפֵט כָּל הָאָרֶץ, לֹא יַעֲשֶׂהמִשְׁפָּט»(בראשית י”ח, כ”ה).

«Loin de toi d’agir ainsi, de mettre à mort le juste avec le méchant, traitant l’un et l’autre de la même façon! Loin de toi! Celui qui juge toute la terre ne rendra-il point la justice?» (Gen. 18, 25)

Tous les prophètes d’Israël, sur l’exemple du Patriarche Abraham, s’insurgent contre le déni de justice, vont agir en faveur des droits de l’homme et crier contre l’indifférence à l’égard du pauvre, de la veuve et de l’orphelin.

La Cour Suprême d’Israël: visite guidée par David Moatti

Lumière, transparence, blancheur, espace et sobriété caractérisent l’architecture de la Cour Suprême d’Israël.

Haïm Ouizemann
Haimo@eteachergroup.com

http://blog-fr.eteacherbiblical.com

Article   0 Commentaire

S'inscrire à la newsletter AshdodCafé.com

S'inscrire
Mairie Ashdod
Joseph Sitruk Avocat
Bank Discount
Bella Ligna
Mairie Ashdod Culture
Cal Auto
Immobilier Low Cost

Fil d’info 24h/24h en direct d’Israël