photo1
Interview exclusive pour les lecteurs du site « AshdodCafé.com » à l’occasion du Nouvel An du calendrier juif avec notre maire le docteur Yehiel Lasry.
Le docteur Yehiel Lasry est un juif sioniste israélien. Il est le père de deux garçons et d’une fille et le grand-père de deux charmants petits-enfants et à tous nous souhaitons une bonne santé. C’est un ancien député et ancien vice-président de la Knesset ; aujourd’hui il est le maire d’Ashdod.
1 – Dr Lasry, vous étiez un médecin reconnu, chef d’un service hospitalier, quand avez-vous attrapé le « virus » de la politique ? À l’âge de six ans j’ai immigré en Israël avec mes parents et mes quatre frères, et, arrivé à Ashdod, je suis tombé immédiatement amoureux de l’endroit : la mer, le soleil et les gens. Nous avons grandi dans le 1er arrondissement dans un vieil appartement modeste. Nous n’avions pas grand chose mais nous étions ensemble. L’éducation a toujours été une priorité chez nous. Mes parents ont investi tout ce qu’ils avaient dans leurs enfants, pour qu’ils acquièrent un bon métier et deviennent des gens bien avec des valeurs et un sens de la solidarité. Mes parents m’ont donné les outils de base ; moi, j’ai saisi ma chance. Grâce à mes parents j’ai acquis le métier de médecin et j’ai soulagé beaucoup de gens. J’ai servi comme médecin-chef officier dans la Marine. Ces 15 dernières années je me suis investi totalement pour le bien de tous, en tant que député et vice-président de la Knesset dans le passé et maintenant en tant que maire. Je me représente pour donner aux enfants d’Ashdod, qui sont nos filles et nos fils, la même chance que j’ai eue dans mon enfance de grandir dans un bon milieu, de recevoir une bonne éducation et des valeurs, de devenir un citoyen impliqué socialement et contribuant au bien de la communauté et de la nation.

2 – Quel est votre programme concernant la construction, le logement, l’éducation des jeunes, et le développement de l’emploi à Ashdod ? 

Ashdod a vécu, ces cinq dernières années, une révolution de l’urbanisme. Pour la première fois de son histoire, Ashdod a opéré selon un planning pluriannuel. Il n’y a pas de domaine que nous avons négligé. Nous avons lancé de grands projets tels que la ville n’en avait pas connus auparavant : le Parc Ashdod-Yam, l’hôpital public dont la construction est en cours et qui fournira plus de 1 000 nouveaux emplois pour les médecins, les infirmières, les diplômés universitaires et les fournisseurs de services. Nous avons investi des sommes énormes dans le système éducatif municipal. Nous voyons aujourd’hui les résultats : un nombre record de réussites au baccalauréat, un hôpital en construction, des parcs et des jardins soignés.

Cette semaine, nous avons appris qu’Ashdod a reçu le prix national du volontariat. Ceci est le résultat de l’enseignement des valeurs. Le budget de l’éducation a augmenté ces cinq dernières années de plus de 20 %. Nous avons ouvert des écoles, rénové des salles de classe, numérisé le système éducatif du primaire à la terminale. Nous avons introduit des matières novatrices.

Grâce à nos actions, la valeur des biens immobiliers a augmenté. Quand le système d’éducation s’améliore, la demande pour Ashdod augmente.

Les biens des habitants ont plus de valeur aujourd’hui. Nous continuerons à développer la ville et à faire en sorte que tout jeune couple puisse acheter un appartement en ville. Nous avons donc promu un programme révolutionnaire pour construire 900 unités de logement abordables pour les jeunes de la ville. Selon le programme, le prix d’un appartement ne doit pas dépasser 750 000 NIS. Le programme a été approuvé par le comité local de planification et attend l’approbation des ministères gouvernementaux. Il y a deux semaines, j’ai rencontré le ministre des finances Yaïr Lapid et je lui ai présenté le programme. Dans les semaines à venir, je pense présenter le programme au comité national du logement et j’espère qu’il deviendra un programme pilote en Israël.

En matière d’emploi, rien que l’année dernière, 2 000 nouveaux emplois ont été ajoutés à la ville. Il y a une semaine, nous avons lancé un nouveau complexe high-tech qui offrira une aide financière et commerciale à des dizaines d’entreprises start-up locales.

3 – Qu’allez-vous faire pour les 7 000 familles immigrées de France pour mieux les représenter à la mairie ?

Je suis le maire de tous : des immigrés en provenance de France et du Maroc, d’Amérique du Sud et d’Éthiopie. Je suis le maire des jeunes et des personnes âgées, des Séfarades et des Ashkénazes, des religieux et des laïcs. Ashdod est une ville pluraliste où tous vivent côte à côte et où on permet à chacun de garder sa spécificité culturelle. C’est mon travail en tant que maire de tout faire pour que chaque communauté garde sa spécificité et jouisse d’une vie culturelle et d’une éducation de qualité.

J’ai un petit faible pour les immigrés de France et mon rôle est d’aider, autant que possible, cette magnifique communauté à s’intégrer dans la ville, à gagner sa vie, à recevoir une bonne éducation, à acquérir un métier et à s’impliquer dans le développement de la ville. C’est l’une des raisons pour laquelle j’ai demandé à Nili Pitchon de se joindre à notre équipe ; je suis heureux qu’elle l’ait fait et je suis sûr qu’elle contribuera de manière significative au bien de la communauté française et de toute la ville d’Ashdod.

4 – Avez-vous un message spécial pour les 7000 familles françaises immigrées à Ashdod ?

Je tiens à dire à toutes ces familles qui ont immigré en Israël et se sont installées à Ashdod : ici vous êtes chez vous, ici, en Israël et à Ashdod. Continuez à vous impliquer et à influer sur l’avenir de la ville. Quant à moi, en tant que maire, je continuerai à agir pour aider ceux d’entre vous qui en ont besoin, pour vous intégrer dans la société, acquérir un métier, travailler et gagner honorablement votre vie.

5 – Que pouvez-vous dire sur les programmes des deux autres candidats ?

Je ne m’occupe pas des programmes des autres, mais seulement du mien et de celui de mes partenaires en présentant nos réalisations de ces dernières années. Un dirigeant doit savoir concevoir et présenter une vision, mais il doit aussi savoir concrétiser cette vision dans les faits. Pendant des années, Ashdod a stagné. Ces cinq dernières années, nous avons transformé nos rêves en réalité. Ashdod est en train de se métamorphoser pour une meilleure qualité de vie. Nous avons fait un long chemin en cinq ans. Nous avons prouvé que notre parole a de la valeur et que nous tenons nos promesses. Maintenant, nous demandons aux habitants de nous renouveler leur confiance pour la continuation du développement d’Ashdod.

6  – Pouvez-vous nous donner deux ou trois bonnes raisons de voter pour vous ?

Je demande le renouvellement de la confiance des citoyens d’Ashdod pour qu’ensemble, nous puissions continuer sur sa lancée le développement de notre belle ville, accroître les investissements dans l’éducation, réaliser notre vision et mener Ashdod de l’avant.

Plus d’éducation, plus de bien-être, plus d’emplois, plus de parcs et d’espaces verts, une plus grande coopération et participation des habitants.

Ma vision du monde est que le citoyen doit être au centre. Nous sommes des fonctionnaires fidèles à vous, vous écoutant et travaillant pour vous. Nous l’avons fait pendant cinq ans et je vous promets que nous allons continuer de la même façon dans les cinq prochaines années.

Je vous souhaite à vous et à vos famille en Israël et à l’étranger, une Bonne Année, la santé, la réussite et GMAR HATIMA TOVA.

Laisser un commentaire