Le général de brigade Motti Almoz nommé Porte-parole de TsahalArticle Précédent
Elections municipales Ashdod : cinquième rencontre avec la liste du Bayit Hayéhoudi Article Suivant

Santé : sommes-nous tous surdoués ?

Article   0 Commentaire
Espacement de ligne+- ATaille du texte+- Imprimer cet article
Santé : sommes-nous tous surdoués ?
Ils nous surprennent par leurs ­aptitudes, mais aussi par leurs échecs. Comment reconnaître un enfant surdoué ? Et comment l’accompagner pour qu’il réussisse au mieux ? Les dernières ­réponses des psychologues.

ee910b1c-2f2b-11e3-945e-771eb09fa7cc-493x328

C’est pour s’amuser que Maximilian Janisch a passé l’épreuve de maths du baccalauréat suisse. Et on ne sait pas ce dont il faut s’étonner le plus: du résultat qu’il a obtenu (la meilleure note) ou de son âge (10 ans). Les parents, un professeur de mathématiques à la retraite et une économiste, étaient si fiers qu’ils voulaient directement l’inscrire à la faculté, ce qui leur a été refusé, l’enfant n’ayant pas passé les autres matières. Le jeune garçon, actuellement au collège, fera toutefois sa rentrée à l’université de Zurich, où il a été autorisé à suivre un cours particulier. A la grande satisfaction du président de l’établissement, qui estime n’avoir jamais eu un élève aussi jeune et aussi doué. Maximilian, de son côté, se dit heureux de pouvoir améliorer son niveau. «Au lycée, tout comme à l’école primaire, il n’y a plus rien qui me stimule», se désole-t-il, dans une interview au journal SonntagsZeitung. Et, poursuit-il, «je ne trouve personne avec qui parler d’Archimède, et la plupart ne savent pas qui est Carl Friederich Gauss».

Pour son père, ce n’est pas une surprise: son fils savait à peine parler qu’il mémorisait des nombres complexes.

Même à cette période où le nivellement est roi, tout parent qui se respecte est friand de la moindre lueur de génie pouvant émaner de son enfant. Qu’il manifeste des aptitudes particulières en maths, en gymnastique ou en musique, qu’il brille à l’école ou qu’il décroche, pères et mères vantent leur petit surdoué. Pourtant, statistiquement, les élèves intellectuellement précoces (EIP), selon la dénomination retenue par l’Education nationale, ne représentent que 2 à 3 % de la population scolaire. Ils remplissent en cela le critère classique de l’appellation, soit un quotient intellectuel de 130 et plus.

Souvent, les premières révélations se font par comparaison ou confrontation avec les autres, à l’entrée en maternelle ou au cours préparatoire, mais des signes avant-coureurs s’observent dès la naissance, par la manière dont l’enfant appréhende son environnement. «Privé de parole, il sait communiquer dès les premiers jours, par des mimiques, des regards intenses, des onomatopées», affirme le Dr Christian Peyrat, pédiatre à Toulouse. «Il donne le sentiment de s’intéresser à ce qui se passe autour de lui, note Monique de Kermadec, psychologue clinicienne. On le sent curieux, plus observateur, son regard se fait scrutateur.» Ce nourrisson montre une sensibilité aux sons et aux lumières plus aiguë que celle des autres bébés.

Un peu plus âgé, il fait preuve d’une grande vivacité d’esprit. Il est avide de connaissances, ne cesse de poser des questions, mémorise de manière impressionnante et apprend à la vitesse de la lumière. «Il s’interroge beaucoup, insiste Sophie Côte, fondatrice de l’Association française pour les enfants précoces, y compris sur des questions existentielles ; la fragilité de l’humanité ou les trous noirs de l’univers, et s’étonne que ses camarades n’aient pas les mêmes préoccupations.»

Ils ont plus besoin d’être rassurés que stimulés

Autre particularité, il se distingue par son hypersensibilité et sa forte émotivité. Les études neurobiologiques ont montré une vulnérabilité particulière de l’amygdale, la zone du cerveau qui décode les émotions. Un fait insignifiant pour d’autres peut déclencher, chez lui, un cataclysme émotionnel. «De plus, ajoute la psychologue clinicienne Jeanne Siaud-Facchin, il développe beaucoup d’empathie à l’égard d’autrui, s’impose un engagement non négociable à certaines valeurs, comme la justice, l’intégrité, l’honnêteté, la solidarité. Il est en quête d’absolu.»

Autant d’indices qui peuvent orienter vers un diagnostic, qui s’établit généralement après l’âge de 6 ans. Tous ces dons et qualités ne sont pourtant qu’un terreau. Comment ne pas le laisser en jachère, le protéger et l’épanouir?

Pédiatres et psychologues s’accordent sur un point: ces enfants ont plus besoin d’être rassurés que stimulés. Aux parents d’être des observateurs attentifs et protecteurs, plutôt que des coachs maladroits. «L’objectif est, dès le plus jeune âge, de leur offrir un contexte favorable à l’éveil en les aidant à mettre des mots sur les choses et sur les sentiments pour qu’ils sachent identifier, décoder et gérer leurs émotions et celles des autres», poursuit Monique de Kermadec. Rien ne sert d’en faire des singes savants, bien au contraire. Il faut chercher à développer ce qu’on appelle l’intelligence émotionnelle, le fameux QE (voir encadré). Cette intelligence permet de s’adapter aux situations de façon efficace, de donner la bonne réponse au bon moment et de la bonne manière. C’est plus important pour leur bien-être et leur équilibre futur que de savoir lire et écrire dès 2 ans. Il en va de leur intégration et de leur place parmi les autres, mais aussi de la réussite de leur scolarité. Cela peut éviter que, dès la maternelle, ils soient rejetés par leurs camarades, voire par les enseignants, exaspérés par leurs interventions incessantes et intempestives.

L’écueil pour les parents est de surjouer la précocité sans gérer les conséquences émotionnelles d’un état de fait qui peut s’avérer destructeur dans les relations avec les autres, y compris dans la famille.

Ainsi, si le rythme de l’enfant est plus rapide, cela ne signifie pas pour autant qu’il faille brûler des étapes, sauter les sections de la maternelle pour l’intégrer rapidement au cours préparatoire. Ou encore passer du collège à la faculté de mathématiques, comme l’auraient souhaité les parents de Maximilian Janisch. Un saut de classe peut être bénéfique pour certains, tandis qu’il en perturbera d’autres pour une simple question de maturité. Comme les autres enfants, et sans doute plus, ils ont besoin de sentir qu’ils maîtrisent, qu’ils possèdent la matière. Sans oublier, pour les tout-petits, le contrôle de la motricité. Le geste qui donne accès à l’écriture peut venir plus ou moins tôt. Les esprits des petits précoces vont parfois plus vite que leurs mains…

«Il n’y a pas de conduite unique et générale à tenir avec ces sujets. C’est au cas par cas. L’essentiel est qu’ils se sentent bien», souligne Monique de Kermadec. Mal géré, ce don ne donne pas forcément les clés d’une vie réussie. Selon des statistiques citées par Sophie Côte, un tiers ces surdoués est en échec à la fin de la troisième, tandis qu’un autre tiers fait des études médiocres mais retombe sur ses pieds. Seul le dernier tiers réussit ses études et sa vie professionnelle. Pourquoi tant de naufrages?

Aux difficultés relationnelles que certains rencontrent avec les enseignants et avec leurs camarades s’ajoutent les inconvénients qu’engendre cette intelligence particulière. La médaille a son revers. Comme ils apprennent vite et mémorisent facilement, les petits génies ne vont pas toujours mettre en place les procédures d’apprentissage, tout simplement parce qu’ils n’en ont pas besoin. Autrement dit, ils n’acquièrent pas toujours le sens de l’effort, ni celui de la méthode. «Des études par IRM fonctionnelle ont montré que le cerveau de ces enfants absorbe deux fois plus vite les informations et, de fait, beaucoup plus d’informations, note Jeanne Siaud-Facchin. Ils vont tout voir, tout percevoir et tout traiter. Ils ont une pensée en arborescence, qui va se déployer très rapidement et dans tous les sens.» Avec pour effet une intuition fulgurante et, en contrepartie, une peine à analyser de façon séquentielle.

Il ne sait pas démontrer, argumenter, justifier

Un enfant surdoué comprendra le début et la fin d’un problème, sans pouvoir forcément expliquer le cheminement de sa pensée. Il ne saura pas démontrer, argumenter, justifier. Ce qui peut l’handicaper par la suite. Sans oublier qu’il sera rarement dans le bon tempo. Il s’ennuie, il est en décalage et subit des conflits avec l’école qui demande aux élèves de se fondre dans la masse et de ne gêner personne. Pour peu qu’ils se sentent marginalisés, ils décrochent, voire développent des troubles du comportement et des phobies scolaires.

«Pour les aider, il faut d’abord les identifier et prendre en considération leur différence», insiste Monique de Kermadec. Pour cela, le quotient intellectuel est l’outil le plus usité. Mais ce critère ne fait pas l’unanimité (voir encadré). Sophie Côte fait remarquer, avec bon sens, qu’«il y a parfois amalgame entre petits génies et enfants précoces. Ces derniers ont la caractéristique de comprendre plus rapidement que leurs condisciples, sans être pour autant toujours des génies». De son côté, Jeanne Siaud-Facchin fait valoir qu’être surdoué, c’est avoir une intelligence qualitativement différente, et qu’«un quotient intellectuel de 140 ne fait pas l’enfant précoce».

Désemparés, de nombreux parents souhaitent des écoles spécifiques, car l’accompagnement scolaire reste encore sommaire. Le secteur privé est le plus avancé. Mais, dans le public, on ne compte qu’un seul établissement, le collège du Cèdre au Vésinet. «L’Education nationale refuse la création de nouvelles structures, s’insurge Sophie Côte. Sans doute garde-t-elle ses vieux réflexes idéologiques et ne souhaite-t-elle pas offrir un enseignement différent, au nom de l’égalité des chances.» Cependant, on observe quelques progrès. Les associations sont parvenues à bousculer le «mammouth» et de récentes circulaires invitent les enseignants à la vigilance afin de reconnaître ces enfants atypiques et de prendre en compte leur particularité. «Mais, dans la réalité, nuance Jeanne Siaud-Facchin, les enseignants peuvent-ils parvenir à se pencher sur chacun des élèves?»

Certains s’épanouissent dans les structures distinctes, mais d’autres parviennent à faire leur chemin dans un enseignement classique, doté d’enseignants informés et bienveillants. Avec, pour avantage, d’affronter les autres, d’accepter et de faire accepter cette intelligence différente et finalement de se confronter à l’école de la vie.

LeFigaro.fr

Article   0 Commentaire

S'inscrire à la newsletter AshdodCafé.com

S'inscrire
Mairie Ashdod
Joseph Sitruk Avocat
Bank Discount
Bella Ligna
Mairie Ashdod Culture
Cal Auto
Immobilier Low Cost

Fil d’info 24h/24h en direct d’Israël