Israël libère 26 prisonniers palestiniens aujourd'huiArticle Précédent
Article Suivant

L’Iran à deux semaines de l’uranium de qualité militaire « 

Article   0 Commentaire
Espacement de ligne+- ATaille du texte+- Imprimer cet article

Téhéran a déjà atteint le point de non-retour, et installe de nouvelles centrifugeuses tout le temps, mais il y a place à l’optimisme à propos des pourparlers en cours confirme l’ex-chef adjoint de l’AIEA 

PAR RAPHAEL AHREN Octobre 28 2013, 
Les délégués du P5 +1 et l'Iran se réunissent à Genève, au début de deux jours de discussions sur le programme nucléaire de Téhéran, le mardi 15 Octobre, 2013 (crédit photo: AP / Fabrice Coffrini)

Les délégués du P5 +1 et l’Iran se sont réunis à Genève pour deux jours de discussions sur le programme nucléaire de Téhéran, le mardi 15 Octobre, 2013 (crédit photo: AP / Fabrice Coffrini)

L’Iran pourrait produire suffisamment d’uranium de qualité militaire pour construire une arme atomique dans les deux semaines et a, « d’une certaine manière,« déjà atteint le point de non retour dans son programme nucléaire, un ancien haut fonctionnaire de l’Association internationale de l’énergie atomique a déclaré lundi.

« Je crois que si certains arrangements sont entérinés, il pourrait même ne rester que deux semaines pour réaliser une bombe. Nous avons un sérieux problème avec l’Iran qui espère s’ adresser, dans le cadre de cette nouvelle phase, tant au P5 +1 [les négociations entre Téhéran et les six puissances mondiales] et avec l’AIEA « ,  a déclaré l’ancien directeur adjoint de l’AIEA, Olli Heinonen, qu’il confirme dans  un rapport publié la semaine dernière par l’Institut de Washington pour la science et la sécurité internationale, qui a déclaré que l’Iran pourrait réunir suffisamment d’uranium pour une bombe en convertissant l’ensemble de ses 20 pour cent enrichi des stocks aen 1 à 1,6 mois.

S’adressant aux journalistes lors d’une téléconférence organisée par The Israel Project, Heinonen réussit à démontrer les deux faces du problème : d’une part ils ne sont pas loin de toucher au but et d’autre part ils doivent répondre aux obligations de la communauté internationale.

Olli Heinonen (crédit photo: gracieuseté)

Olli Heinonen (crédit photo: courtoisie)

Interrogé spécifiquement si l’Iran avait franchi le «point de non-retour » dans son programme nucléaire, Heinonen, aujourd’hui chercheur à la Kennedy School of Belfer Center pour le  gouvernement en charge des questions « pour la science et les affaires internationales »  a répondu: «Oui, d’une certaine manière. Mais nous devons nous rappeler quelles sont les capacités de l’Iran. Les gens ont des définitions légèrement différentes de « capacité nucléaire « .

Dans son évaluation, qui semble d’accord avec celle du Premier ministre Benjamin Netanyahu, un niveau critique sera atteint lorsque les Iraniens auront suffisamment d’uranium enrichi pour créer une bombe nucléaire.

« Mais vous n’avez pas encore d’ arme nucléaire », a ajouté Heinonen. Préparer de l’uranium hautement enrichi pour une bombe nucléaire prendrait encore un mois ou deux « , en supposant que quelqu’un a toutes les connaissances pour cela . » Après cela, il faut assembler une arme nucléaire réelle qui peut être livrée avec un missile balistique prendrait peut-être une autre année, a t-il dit .

L’Iran continue a installer des centaines de nouvelles centrifugeuses avancées chaque mois, ce qui réduit considérablement le soi-disant temps évasion dont il aurait besoin pour produire de l’uranium de qualité militaire si elle décidait de le faire, a t-il dit.

Israël interpelle la communauté internationale à ce que l’Iran soit dépouillé de toute capacité d’enrichissement, en disant que même l’uranium à faible teneur pourrait être approprié pour une arme nucléaire dans un court laps de temps avec assez de centrifugeuses en fonctionnement. « En ce qui concerne l’Iran, nous ne sommes pas impressionnés par le débat entourant la question de l’enrichissement à 20% », Netanyahu a déclaré dimanche, en se référant aux rapports que Téhéran .

Heinonen a dit qu’il comprenait les préoccupations de Netanyahu, car une fois que l’Iran produit de l’uranium de qualité militaire et a déjà 20% d’uranium enrichi à 90% du travail est déjà fait. Il est inexact de parler à 20% d’uranium enrichi comme « uranium moyennement enrichi », at-il dit, car « la tasse n’est pas à moitié pleine ou à moitié vide, c’est une tasse pleine à 90%, reste un petit supplément de 10% d’effort pour produire de l’uranium hautement enrichi », a t-il dit.

Malheureusement, la situation est similaire avec de l’uranium faiblement enrichi, Heinonen a dit. « Parce qu’une fois que vous avez produit 3,5% ou 5% d’uranium enrichi – L’Iran a maintenant tout à fait un grand stock de sept tonnes de ce matériau – en fait, vous avez fait quelque chose comme 60% de l’effort que vous devez faire afin de produire des armes uranium de qualité. « 

Grâce à un stock actuel de l’Iran de 20% de l’hexafluorure d’uranium enrichi, at-il ajouté, «ils ne peuvent en faire l’équivalent de matière d’armes nucléaires dans un délai d’un mois. C’est un fait. « S’ils commencent avec 3,5% d’enrichissement, cela prendrait deux mois ou un peu plus, at-il dit.

La communauté internationale a également des raisons d’être inquiete sur d’autres aspects des ambitions nucléaires de l’Iran, Heinonen a mis en garde, car dans le passé, l’Iran n’a pas toujours dévoiler tous les aspects de son programme nucléaire. « Donc la question est: Est-ce que tout est maintenant sur la table? comme l’a confirmé l’Iran, ou y a-il encore quelque chose que la communauté internationale ne sait pas? « 

Peu de temps après la réunion Abbas Araghchi-Amano de lundi, des experts juridiques de l’Iran et de l’AIEA, devraient débuter deux jours de discussions sur le programme nucléaire de l’Iran. Les Experts de l’AIEA cherchent à enquêter sur des soupçons que l’Iran depuis des années a travaillé secrètement sur l’élaboration d’un programme d’armement nucléaire.

Les représentants des deux parties se sont déjà rencontrés 11 fois depuis Janvier que l’AIEA qui tente de négocier l’accès à certaines installations nucléaires de l’Iran afin de surveiller l’activité dans les sites.

Le regain d’activité intervient alors que l’intensification des efforts de l’Occident vise à freiner l’enrichissement en Iran. Une réunion à la mi-Octobre entre l’Iran et le P5 +1 – Etats-Unis, Royaume-Uni, la France, la Russie, la Chine et l’Allemagne – a produit un optimisme prudent provenant d’un accord qui pourrait être conclu,pour freiner le programme nucléaire de l’Iran en échange de sanctions allégées.

Dans un effort pour faire pression sur Téhéran pour accepter les demandes, une série de sanctions a été appliquée sur les secteurs financiers et du pétrole de l’Iran au cours des deux dernières années.Téhéran espère négocier un assouplissement des sanctions sans renoncer à son programme d’enrichissement.

Ce dimanche, le président du Parlement iranien Ali Larijani a déclaré à Phoenix que Téhéran n’arrêtera pas le programme si les pourparlers échouent.

 « Si les négociations n’aboutissent pas à des résultats, nous allons continuer la voie actuelle »

Le président du Parlement iranien Ali Larijani lors d'une conférence de presse en marge de l'Assemblée 129e de l'Union interparlementaire (UIP) à Genève, en Suisse, le mercredi 9 Octobre 2013.  (Crédit photo: AP Photo / Keystone, Salvatore Di Nolfi)

L’Iran dément travailler pour faire de l’armement  nucléaires, affirmant que toutes ses activités nucléaires sont pacifiques. Alors que les négociations avec l’AIEA et le P5 +1 sont officiellement séparés, elles sont liés par des inquiétudes sur les aspirations nucléaires de l’Iran, et les progrès réalisés dans un cas peuvent entraîner des progrès dans l’autre.

L’atmosphère diplomatique entre l’Iran et les puissances occidentales s’est améliorée suite à l’installation en Aout du président  Hassan Rouhani, qui est considéré comme plus modéré que son prédécesseur Mahmoud Ahmadinejad. Durant les réunions de l’Assemblée générale des Nations Unies au début de Septembre, les responsables iraniens, y compris Rouhani, ont tenu des réunions  avec les dirigeants occidentaux, après des années de séparation diplomatique.

Toutefois, les responsables israéliens affirment que, indépendamment de ses ouvertures diplomatiques à l’Occident, l’Iran est toujours mordicus près à obtenir des armes nucléaires.

Stuart Winer et l’Associated Press ont contribué à ce rapport.

http://www.timesofisrael.com

Article   0 Commentaire

S'inscrire à la newsletter AshdodCafé.com

S'inscrire
Mairie Ashdod
Joseph Sitruk Avocat
Bank Discount
Bella Ligna
Mairie Ashdod Culture
Cal Auto
Immobilier Low Cost

Fil d’info 24h/24h en direct d’Israël