« S’il y a une leçon que j’espère que le monde a apprise du passé, c’est que l’on ne doit jamais faire confiance aux régimes ancrés dans la brutalité. Les paroles et les actions des dirigeants de l’Iran ne laissent aucun doute quant à leurs intentions. Les nations civilisées dans le monde devraient-elles faire confiance à un régime dont le chef suprême disait à nouveau le mois dernier qu’Israël est ” voué à l’anéantissement “, et traitait mes semblables juifs sionistes de “chiens enragés” ?

Devrions-nous, nous qui croyons aux droits de l’homme, faire confiance à un régime qui au 21ème siècle lapide les femmes et pend les homosexuels ?

Devrions-nous, nous qui croyons en la liberté,  faire confiance à un régime qui a assassiné ses propres citoyens dans les rues de Téhéran, lorsque le peuple a manifesté contre le vol d’une élection lors de la Révolution Verte de l’été 2009 ?

Devrions-nous, nous qui croyons aux États-Unis, faire confiance à un régime dont le parlement s’est mis à crier le mois dernier ” Mort à l’Amérique ” en commémorant le 34ème anniversaire de la prise de notre ambassade à Téhéran ?

Devrions-nous, nous qui croyons en la vie, faire confiance à un régime que notre propre Département d’État liste comme l’un des principaux sponsors du terrorisme au monde ?

L’Amérique aussi, se définit par ses paroles et ses actions. L’Amérique m’a adopté, comme elle en adopté tant d’autres, et m’a accueilli après que les miens ont été exterminés dans les camps de l’Europe. Et depuis l’époque des pères fondateurs, l’Amérique a toujours résisté aux tyrans. Notre nation est moralement compromise lorsqu’elle envisage de permettre à un pays appelant à la destruction de l’État d’Israël de garder la possibilité de se doter  d’armes nucléaires.

Les sanctions ont eu un coût économique terrible pour le peuple d’Iran. Mais, malheureusement, ce sont les sanctions qui ont amené le régime iranien à la table des négociations.

Je lance un appel au Président Obama et au Congrès pour exiger, comme condition de la poursuite de négociations, le démantèlement total de l’infrastructure nucléaire de l’Iran et la répudiation complète par le régime de toute intention génocidaire contre Israël. Et je lance un appel aux dirigeants du Sénat des États-Unis à aller de l’avant avec leur vote pour renforcer les sanctions contre l’Iran jusqu’à ce que ces conditions soient remplies.

J’ai écrit un jour que l’histoire nous a appris à croire les menaces de nos ennemis plus que les promesses de nos amis. Nos ennemis font de graves menaces. Il est temps de les prendre au sérieux. Il est temps pour nos amis de tenir leurs promesses. »

Elie Wiesel, 18/12/2013
Lauréat du Prix Nobel de la Paix

Laisser un commentaire