Ce 4 février dernier, maître Sophie Cohen, avocate au barreau de Jérusalem, était l’invitée de l’Espace Francophone d’Ashdod. Devant un public particulièrement attentif, Maître Sophie Cohen  a pu, pendant plus d’une heure et demie, s’exprimer sur ce sujet de société, au cœur des rapports sociaux tant en France qu’en Israël.

Le conjoint prédateur !

Comment dans une cellule familiale, le conjoint prédateur peut mettre en péril celle-ci ?
Qu’il s’agisse du conjoint masculin ou féminin. La perversité du conjoint prédateur peut trouver sa «  source » dans la petite enfance. Avec la tendance à reproduire à l’âge adulte les traumatismes et les sévices vécus enfant.

Me Sophie Cohen a rappelé combien, dans l’intimité de son cabinet, elle appréhende et vit aux côtés de ces familles qui s’entredéchirent jusqu’au divorce.

Faut-il pour autant désespérer de la nature humaine ?  Croire en la résilience  si magnifiquement développée par Boris Cyrulnick ?

Sophie Cohen a aussi  abordé des situations semblables dans le monde du travail, celles des rapports entre employés et employeurs.

La séance se prolongea par le jeu des questions et des réponses avec le public. D’une manière fort civile, on aborda les notions de L‘Inné et de l’Acquis. Enfin Me Sophie Cohen dédicaça de nombreux exemplaires de son livre.

Et nous vivons depuis ce jour, des suites positives à cette venue de Me Sophie Cohen.

Saluons, ici, le rôle de la délégation du FSJU en Israël.

Il reste à ce que les professionnels de la justice, de la police et des services sociaux tant en France qu’en Israël soient mieux formés à l’appréhension de la destruction du tissu familial.

Votre serviteur a eu le privilège et la responsabilité d’animer cette soirée.

Ashdod le 7 février 2014. Norbert Bel Ange

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.