En jetant un coup d’œil attentif à votre calendrier juif, vous remarquerez que cette semaine, nous célébrons Pourim Katane, le « petit Pourim ». En effet, comme cette année est une année embolismique et que nous avons un mois d’Adar supplémentaire, la joyeuse fête de Pourim a été décalée jusqu’au 14 Adar II. Toutefois, nous célébrons le 14 Adar I en tant quePourim Katane.

Le Code de Loi Juive écrit à propos de Pourim Katane (en citant les Proverbes) : « Celui qui a le cœur content se réjouit en permanence. »

Il peut paraître étrange que ce soit ce jour-là en particulier qui fut choisi pour nous enseigner le devoir d’être toujours joyeux. Car après tout, mis à part la coutume de faire un repas un peu plus copieux que d’habitude, nous ne faisons rien de spécial en ce jour. On s’abstient seulement de jeûner, de dire des prières de pénitence et de prononcer une oraison funèbre.

Mais l’idée est justement là : même les jours où il n’y a pas d’événements aussi importants que la conclusion de la Torah ou que le festin de Pourim, nous devons être dans un état ​​constant de joie, du simple fait que nous renfermons tous une parcelle de D.ieu et qu’Il nous aime.

Yehuda Shurpin,
Chabad.org

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.