Emploi : Arrow recherche UN COMPTABLE (H/F) FOURNISSEURSArticle Précédent
Yom Ha’atsmaout 5775Article Suivant

Nous avons oublié comment nous souvenir, par Moshe Feiglin

Espacement de ligne+- ATaille du texte+- Imprimer cet article

Yom Hazikaron en Israël n’a pas à être un jour de deuil. C’est le jour ou nous devons honorer ceux qui ont sacrifié leur vie pour nous. C’est le jour ou nous devrions les saluer, internationaliser leur héritage, baisser nos têtes et remercier leurs familles. C’est un jour de salut – pas une autre Journée de l’Holocauste.

Malheureusement, Yom Hazikaron est devenu un jour de deuil personnel et rien de plus; le but pour lequel ces soldats sont morts a perdu son sens pour nous. Après tout, la Haute Cour a déjà décidé que la Nakba (mot arabe pour «catastrophe») peut également être observé le Jour de l’Indépendance d’Israël. En d’autres termes, tout est virtuel: Jour de l’Indépendance, la Nakba – rien n’est réel. Tout ce qui reste est la douleur.

Tout est devenu confus. «Victoire» est devenu un mot sale. Nous ne prétendons pas représenter la vérité ou la justice, il n’y a donc rien à débattre sur ça. Cela transforme une juste victoire en une autre forme de barbarie. La seule justice que nous sommes prêts à accepter est la justice du monde occidental: la justice de la victime.

Ne pas même commencer à y réfléchir lors d’un défilé militaire le jour de l’Indépendance. « La seule procession qui évoque véritablement cette journée est  la procession d’Auschwitz à Birkenau, conduite par notre chef d’état-major « a écrit l’éditeur Makor Rishon Amnon Lord. Malheureusement, comme il a raison. Tous les millions dépensés pour tenter d’injecter du bonheur le jour de l’Independence ne pourra pas apporter de la joie à cette journée qui a perdu tout son sens.

« The Fallen ne reviendra jamais. » Alors quelle différence cela fait-il ? comment sont-ils tombés et dans quel but? Yom Hazikaron, privé de son sens, sert en fin de compte comme un jour de déni de mémoire. Car, si nous enlevons la souffrance personnelle de son vrai contexte national, alors la souffrance personnelle devient elle-même un point personnel, vite oublié par le grand public. Ce n’est pas une simple question de sémantique. Cette question a une signification opérationnelle.

Nos fils sont envoyés à courir à travers les ruelles de Gaza et à mourir pour rien. Le plan militaire actuellement approuvé par Ha’aretz et vanté par un réseau de politiciens de droite et de gauche est de conquérir la bande de Gaza des mains du Hamas et de la donner à Abou Mazen. Quel est le but ? « Nous allons d’abord  prendre le contrôle de Gaza, » a expliqué un MK droite pour moi. « Ensuite, nous verrons … » Par ailleurs, le même MK soutenu l’expulsion de Gaza, appelée par euphémisme «Le désengagement».

Qui s’en soucie ? Nous quittons Gaza, nous retournons à Gaza – le prix que nous payons n’a pas de sens à une époque où il n’y a pas vraiment de souvenir. Ils envoient de gaieté de cœur nos soldats se faire tuer ou capturer par des terroristes, les mêmes qui, quelques temps plus tot avaient été condamnés , pour après avoir été emprisonnés que leurs amis morts capture dernière fois. Les vies de nos soldats sont devenus peu chere à l’époque où le souvenir a perdu son sens. n

« The Fallen ne reviendra jamais. » Alors quelle différence cela fait-il ? comment ils sont tombés et dans quel but Yom Hazikaron ? Memorial Day, privé de son sens, sert en fin de compte comme un jour pour déni de mémoire. Car, si nous enlevons la souffrance personnelle de son vrai contexte national, alors la souffrance personnelle devient elle-même un point personnel, vite oublié par le grand public. Ce n’est pas une simple question de sémantique. Cette question a une signification opérationnelle.

Nos fils sont envoyés à courir à travers les ruelles de Gaza et à mourir pour rien. Le plan militaire actuellement approuvé par Ha’aretz et vanté par un réseau de politiciens de droite et de gauche est de conquérir la bande de Gaza des mains du Hamas et pour la donner à Abou Mazen. Quel est le but ? « Nous allons d’abord prendre le contrôle de Gaza, » a expliqué  MK « de droite pour moi ». « Ensuite, nous verrons … » Par ailleurs, le même MK à soutenu l’expulsion de Gaza, appelée par euphémisme «Le désengagement».

Qui s’en soucie ? Nous quittons Gaza, nous retournons à Gaza – le prix que nous payons n’a pas de sens à une époque où il n’y a pas vraiment de souvenir. Ils envoient de gaieté de coeur nos soldats se faire tués ou capturer par les mêmes terroristes libérés après avoir capturer leurs amis quelque temps plus tôt. Les vies de nos soldats sont devenus trop peu chères par rapport  au souvenir qui a perdu tout son sens.

 http://www.nrg.co.il/online/1/ART1/729/312.html 

 

0 Commentaire

Pas de Commentaires Cet article n'a pas encore été commenté

Désolé, soit quelqu'un a pris tous les commentaires et s'est enfuit avec, soit personne n'en a encore laissé!

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

S'inscrire à la newsletter AshdodCafé.com

S'inscrire
Mairie Ashdod
Macabi
Joseph Sitruk Avocat
Bella Ligna
Mairie Ashdod Culture
Cal Auto
Immobilier Low Cost
Mishkan Ashdod Culture

Fil d’info 24h/24h en direct d’Israël