Knesset

Avec l’Aliya francophone qui ne cesse d’augmenter, on observe la création de groupes de pression politique ayant pour but d’aider ces olim de France dans leur intégration. Bien que ce nouvel intérêt des responsables politiques soit très positif, les francophones d’Israël se doivent d’user de vigilance et d’investir cette nouvelle force politique de manière stratégique et efficace. Voici un guide en 4 points, conçu pour soutenir cette communauté :

1. Faire attention aux personnes intéressées

Le nouvel intérêt pour cette communauté n’est pas un hasard. Ces nombreux francophones qui font Aliya, représentent un électorat important qui peut avoir une influence sur les primaires au niveau des différents partis politiques ainsi que sur les élections générales.

Cependant, les francophones se doivent de faire preuve de méfiance face aux nouvelles personnes qui s’intéressent à leur communauté. Une personne guidée par son intérêt personnel mettra toujours cet intérêt avant celui de la communauté. On ne pourra jamais vraiment lui faire confiance.

Il ne faut tout de même pas rejeter leur aide, puisque tant que leurs intérêts sont en lien avec les nôtres, ils feront tout pour satisfaire nos demandes. Comme Milton Friedman disait souvent : « On ne peut pas nécessairement choisir la qualité de nos députés mais on peut apprendre à les gérer« . On pourra ainsi s’assurer que c’est eux qui œuvrent pour la communauté et non pas la communauté qui œuvre pour eux.

2. Ne pas se lier à un seul parti

Dans la Knesset, il y a plusieurs lobbies pour différents sujets. D’habitude, pour montrer que le sujet n’est pas contesté, les lobbies ont deux présidents – un de la coalition et l’autre de l’opposition.

Dans la dernière Knesset, Yoni Shetboun a eu l’idée d’ouvrir un lobby francophone. On se doit de le remercier et d’applaudir sa volonté d’aider la communauté bien avant que ce sujet ne devienne populaire.

Cependant, Shetboun s’est nommé tout seul en tant que président du Lobby sans prendre de co-président. Ce qui n’est pas concevable puisque les besoins de la communauté deviennent un sujet de conflit plutôt qu’un sujet de consensus. Il est impératif que ceci soit corrigé à l’avenir. S’il y a un nouveau lobby francophone, il faut que soient nommés un président de la coalition et un autre de l’opposition.

3. Se lier à des personnes puissantes.

Comme nous l’avons dit, dans la dernière Knesset, les francophones se sont liés à Yoni Chetboun. Ils se sont aussi liés à Shimon Ohayon. Ces deux personnes ont certainement essayé de soutenir la communauté, mais le pouvoir d’un Membre de la Knesset, seul, est très limité, surtout lorsqu’il n’a pas de rôle important. Au lieu de se lier avec ces personnes sans expérience et sans pouvoir, la communauté aurait dû faire appel à des individus qui ont un pouvoir important : les chefs des différentes factions à la Knesset tels qu’Ayelet Shaked ou Yariv Lévine, ou bien des membres de la Knesset et des ministres qui sont proches du Premier Ministre et avec lesquels il est plus facile de se faire entendre et de faire passer nos requêtes, etc.

Dans tous les parlements, chaque parlementaire a peut-être un droit de vote, mais ils ne sont quand même pas tous égaux. Certains ont une énorme influence et d’autres, surtout les nouveaux, n’en n’ont presque pas. La nouvelle popularité que présente la communauté francophone nous donne la possibilité d’atteindre les gens les plus puissants.

4. Clarifier les demandes de la communauté

Les réclamations de la communauté francophone ne sont pas toujours claires. Même si plusieurs politiciens sont prêts à aider ce groupe, ils ne savent pas trop comment le faire.

Il est impératif que la communauté francophone souligne les différents points qui ont besoin d’être améliorés et aide le gouvernement à comprendre, de manière claire et simple, quels sont les besoins spécifiques de ce groupe.

Dan Illouz
http://www.leptithebdo.net/

1 COMMENTAIRE

  1. pour suivre vos conseils le premier point important a realiser s’unir..il y a trop d’associations francophones qui se chamaillent entre elles car chacune veut representer les olims…

Répondre à vaknin mihal Annuler la réponse.