À l’occasion d’un entretien accordé au JDD, l’acteur-réalisateur a expliqué qu’il était toujours victime de racisme, treize ans après sa conversion au judaïsme.

Alors qu’Yvan Attal achève le tournage de son nouveau film, une comédie à sketches qui compte bien dynamiter les clichés antisémites, Dany Boon qui joue dans l’un des épisodes a confié à nos confrères du JDD, qu’il était encore aujourd’hui toujours «victime de racisme.»

«Dès mon enfance, raconte-t-il au journal, j’ai connu le rejet avec un père kabyle musulman laïc et une mère catholique. J’ai vu le racisme contre les Kabyles de la part des Algériens, mais aussi l’exclusion de ma famille maternelle qui prenait mon père pour un Arabe. J’étais une minorité dans ma propre famille», explique-t-il encore.

«Menaces anonymes»

Converti au judaïsme il y a treize ans, Dany Boon se dit «rodé en matière de racisme». Il raconte également cette ahurissante conversation au cours de laquelle il fut apostrophé par un journaliste lui assénant: «Maintenant que vous êtes juif, vous êtes riche». Ce à quoi il avait répondu: «J’étais riche quand j’étais catholique, et il existe aussi des Juifs pauvres».

Ne se départissant pas de son humour proverbial, le réalisateur de Bienvenue chez les C’htis ajoute: «J’ai compris que ma conversion était réussie quand j’ai été inondé d’insultes et de menaces anonymes. C’était il y a treize ans et ça continue encore aujourd’hui.»

http://www.lefigaro.fr/

Laisser un commentaire