Ki-Tetsé 

Deutéronome 21:10–25:fin : Suite du discours de Moshé : les lois sur la vie privée et civile
Haphtara : (5ième des consolations) Isaïe 54:1-10 Sion de l’avenir

Si tu sors, ki-tetsé כִּי-תֵצֵאpour faire la guerre contre tes ennemis, et que l’Eternel, ton Dieu, les livre en ta main, et que tu en emmènes des captifs. Deutéronome 21:10

Le discours de Moshé se poursuit avec l’énumération de plusieurs commandements, mitsvot. Rappelons encore que le Livre de Deutéronome est un rappel des conditions requises de la part de D.ieu pour entrer en Terre Promise.

Notre Paracha parle des mitsvot relatives à l’individu, et des relations sociales au sein de ce modèle. Elle établit également un rapport avec les Dix Paroles qui en forment la trame. Toutes les mitsvot répertoriées élargissent et ajoutent encore à la signification de chacune de ces Dix Paroles qui apparaissent alors comme la pierre de fondation de toute la philosophie de la Thora. Ces Dix Commandements font office de « Avot », Pères, source d’autorité et de référence.

On retrouve là le concept cher à la pensée biblique : l’ordre et l’autorité dispensés par le moyen d’ « anciens », de « pères ou patriarches », qu’ils soient des pères dans la chair, des juges ou lévites, ou encore prophètes ou rois. Le dénominateur commun étant un guide et une autorité pour le peuple.

Ce parallèle peut-être établi comme suit [1]:

Les Dix Commandements Thème Partie du discours de Moshé correspondant
 I et II Je suis l’Eternel, ton Dieu….pas d’autres dieux… Aimer D.ieuPas d’idolâtrie Chapitres 6-11
III Tu ne prendras pas le Nom… en vain Sanctifier le Nom de D.ieu au « lieu, makom » choisi Chapitres 12-14
IV Garder le Shabbat… Le cycle des sept années de relâche, et des fêtes Chapitres 15-16
V Honore ton père et ta mère… Respecter l’autorité des anciens et guides… Chapitres 17-18
VI Tu ne tueras point Respect de la vie Chapitres 19-21
VII …pas d’adultère Sainteté sexuelle Chapitres 22 :9-23 :19
VIII Tu ne déroberas point Respect de la propriété d’autrui Chapitres 23 :20-26
IX Tu ne diras pas de faux témoignage… Parlez en vérité, jugez en vérité Chapitres 21-25
X Tu ne convoiteras pas… Respecter ce qui est à autrui, femmes, biens… Chapitres 21-25

Même si certains commandements semblent sortir du thème, on retrouve la trame générale dans l’ensemble de la Paracha. Les Dix Paroles sont la base de l’Alliance que D.ieu a faite avec le peuple juif :

Et il vous déclara son alliance, qu’il vous commanda de pratiquer, les dix paroles ; et il les écrivit sur deux tables de pierre. Deutéronome 4:13

Parmi toutes les mitsvot énoncées dans la Paracha, l’enchaînement de la mitsva de la belle captive, des droits du fils aîné et de celle du fils rebelle n’est pas fortuit. L’histoire du roi David et de son fils Avshalom nous le confirme. David avait pris comme femme, Maaca, fils du roi de Geshour (2 Samuel 3 :3), une « belle captive » qui lui enfanta Avshalom. Devenu grand, celui-ci  jeta le trouble dans la maison de David avec l’histoire d’Amnon et de Tamar et se rebella contre son père à la face de tout Israël en prenant le trône et les concubines de son père le roi. Même le roi David ne put briser l’enchaînement des conséquences décrit dans notre Paracha.

La mitsva du fils aîné :

…mais il reconnaîtra pour premier–né le fils de celle qui est haïe, pour lui donner double portion de tout ce qui se trouvera être à lui ; car il est le commencement de sa vigueur, le droit d’aînesse lui appartient. Deutéronome 21:17

Le fils aîné ne peut en aucun cas être rejeté ni dépossédé de son droit d’aînesse car il est le gardien de l’héritage familial et doit préserver le patrimoine. Israël a été consacré premier-né et « prémices à l’Eternel » donc sainteté à l’Eternel :

Et tu diras au Pharaon, Ainsi a dit l’Eternel, Israël est mon fils, mon premier–né. Exode 4:22

            Ce qui est consacré est consacré une bonne fois pour toutes, Israël est le dépositaire et le gardien de l’héritage de la Thora et aucun autre peuple, physique ou spirituel ne peut prendre sa place :

Israël était saint à l’Eternel, les prémices de ses fruits. Tous ceux qui le dévorent sont coupables ; il viendra sur eux du mal, dit l’Eternel. Jérémie 2:3

C’est encore l’Eternel qui ramènera la « brebis égarée »du verset 1 du chapitre 22 de notre Paracha. Le Talmud note que ce mot « brebis » semble superflu dans le texte et fait allusion à Israël, égarée dans la Galout qui attend que le Berger la ramène.

La mitsva de ne pas mélanger les espèces :

Tu ne sèmeras pas ta vigne de deux espèces de semence, de peur que la totalité de la semence que tu as semée et le rapport de ta vigne ne soient sanctifiés.  –Tu ne laboureras pas avec un boeuf et un âne attelés ensemble.  –Tu ne te vêtiras pas d’une étoffe mélangée, de laine et de lin tissés ensemble. Deutéronome 22:9-11

 Israël est appelée « la vigne de l’Eternel ». Israël, et la doctrine, le dépôt dont elle est la gardienne, ne supportent aucun mélange défendu. Ce qui a toujours fait la force d’Israël et assuré sa pérennité au long des siècles de persécutions c’est l’immuabilité de sa croyance et code de lois : la Thora a été conservée intacte comme au temps de Moshé.

Enfin, comme pour confirmer le commandement de la Thora, notons que le mot utilisé pour décrire le mélange de lin et laine : chaatnez שעטנז se compose des mêmes lettres que le mot chatanoz   שטנעזet qui signifie l’adversaire intrépide, le satan….

La mitsva de prendre une année de réjouissance pour le mariage nous parle métaphoriquement de la belle institution du mariage, mais aussi du mariage de D.ieu avec Israël :

Si un homme a nouvellement pris une femme, il n’ira point à l’armée, et il ne sera chargé d’aucune affaire, il en sera exempt pour sa maison, pendant une année naki yihiyé léveito chana נָקִי יִהְיֶה לְבֵיתו, שָׁנָה, et il réjouira sa femme qu’il a prise. Deutéronome 24:5

Les lettres finales de « il en sera exempt pour sa maison, pendant une année naki yihiyé léveito chana» forment le Nom sacré:

יהוה

 On ne pourrait pas citer ici tous les commandements de la Paracha qui nous parlent tous de la justice que D.ieu veut établir sur Sa Terre, mais il est important de comprendre pourquoi le texte s’ouvre sur le commandement de partir en guerre et se termine par celui de se souvenir de ce qu’a fait Amalek à Israël :

Et quand l’Eternel, ton Dieu, t’aura donné du repos de tous tes ennemis à l’entour, dans le pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne en héritage pour le posséder, il arrivera que tu effaceras la mémoire d’Amalek de dessous les cieux, tu ne l’oublieras pas. Deutéronome 25:19

 Amalek était un descendant d’Esav, fils d’Eliphaz et frère de Tsépho. Une haine congénitale, ancestrale l’animait envers Yaakov. Amalek osa attaquer les Israélites alors que toutes les nations alentour craignaient le peuple d’Israël suite à la ruine de l’Egypte. Il était le premier à bafouer la puissance divine et à inciter les autres nations à faire de même. Sans foi ni loi, assoiffé de sang, comme l’indique son nom : Am lek (peuple qui lèche…le sang).

Yéhochoua, ne réussira qu’à affaiblir Amalek et D.ieu affirmera qu’il effacera complètement la mémoire d’Amalek de dessous les cieux :

L’Eternel dit à Moshé : Ecris cela dans le livre, pour que le souvenir s’en conserve, et déclare à Josué que j’effacerai la mémoire d’Amalek de dessous les cieux. Moshé bâtit un autel, et lui donna pour nom : l’Eternel ma bannière. Il dit : Parce que la main a été levée sur le trône de l’Eternel, il y aura guerre de l’Eternel contre Amalek, de génération en génération.

 littéralement :

« La main sur le Trône de Dieu : Dieu a prononcé un serment sacré sur Son Trône de Gloire. Une bataille divine est menée contre cette nation : Amalek sera détruit dans ce monde-ci et dans le monde futur »[2] Exode 17:14-16

Amalek, ce n’est pas seulement l’antisémite par excellence, mais aussi et bien plus vicieusement l’antisioniste : celui qui empêche Israël de rentrer en Terre promise. Comme le disait Martin Luther King :

« L’antisionisme est antisémite par essence et le restera toujours »

 Pour cet esprit d’Amalek, la seule condition d’existence d’Israël est l’exil.

La Tradition raconte que D.ieu a réparti l’humanité en 70 nations et Il a aussi créé Amalek qui doit veiller à ce qu’il n’y ait pas de 71ième nation. Israël ne peut donc exister qu’à la condition qu’elle se différencie des autres nations. Dès qu’elle veut s’assimiler et ressembler aux autres nations, Amalek surgit et l’en empêche par la persécution.

Israël est vouée à la séparation, à cette séparation entre la lumière et les ténèbres et qui se manifeste par l’application de ce code de lois, cette Thora dont elle est la gardienne.

Lorsqu’Israël aura accompli sa mission d’être la lumière des nations, alors Amalek disparaîtra. Dans le verset cité plus haut :

« Et il dit, Parce que Jah a juré, l’Eternel aura la guerre contre Amalek de génération en génération, littéralement : La main sur le Trône de Dieu

Exode 17:14-16

ִּי-יָד עַל-כֵּס יָהּ מִלְחָמָה לַיהוָה בַּעֲמָלֵק–מִדֹּר דֹּר

 Les mots « D.ieu, Yah יה » et « Trône, kess כס » ne sont pas complets et devraient s’écrire : HaShem יהוהet kissé :  כסא

D.ieu, dans Son serment, proclame que Son Nom et Son Trône ne seront complets que lorsqu’Amalek sera complètement détruit. Il nous dit qu’Il effacera Lui-même la mémoire d’Amalek.  Plus tard, au moment d’entrer en Terre Promise, en Deutéronome 25 :19 dans notre Paracha, Il ordonnera au peuple juif de le faire. Comment concilier les deux versets ?

Il y a ici un travail en commun qui doit se faire. D.ieu est parfaitement capable de détruire un ennemi, mais nous avons une part à faire. Et cela parce qu’Amalek est l’image du satan qui puise sa force dans le péché de l’homme. En faisant tchouva, on renverse la vapeur afin, qu’au temps de D.ieu, soit anéanti l’ennemi de nos âmes :

« A l’époque de Machia’h, le souvenir d’Amalek sera effacé »[3]

La Haphtara nous promet un mariage éternel avec le Saint Béni soit-Il. Amen.

Ne crains pas, car tu ne seras pas honteuse ; et ne sois pas confuse, car tu n’auras pas à rougir ; car tu oublieras la honte de ta jeunesse, et tu ne te souviendras plus de l’opprobre de ton veuvage. Car celui qui t’a faite est ton mari ; son nom est l’Eternel des armées, et ton rédempteur, le Saint d’Israël, il sera appelé Dieu de toute la terre. Esaïe 54:4-5

 Orah Sofer, Guide touristique licenciée
Guide certifiée à Ir David et Guide certifiée à l’Institut du Temple
 (972) 054-207313
www.visiterisrael.com


[1] Rav David Tzvi Hoffman

[2] Meam Loez Chemot Bechala’h

[3] Mekhilta, Le Midrash Raconte, Chemot, Rabbi Moshe Weissman

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.