Le 10 Tevet de nos joursArticle Précédent
Expatries, découvrez le Cleiss et vos droits :  assurance maladie, prestations familiales, chômage, retraite…Article Suivant

La  »Marina » d’Ashdod, ou en sommes nous ???

Espacement de ligne+- ATaille du texte+- Imprimer cet article
La  »Marina » d’Ashdod, ou en sommes nous ???

Les résidents d’Ashdod n’ont toujours pas reçu la contrepartie due pour leur renonciation au littéral d’Ashdod. Les promoteurs ont ainsi obtenu les terrains les plus prisés de la ville d’Ashdod afin de construire un quartier résidentiel prestigieux, un centre d’achats et des hôtels, et devaient, en contrepartie, développer l’activité touristique grâce à une marina animée, un lac imprenable, un parc, et un centre de divertissement touristique grandiose. Mais cela s’est passé autrement. Le quartier est resté au même stade, ainsi que la marina, fermée et déconnectée du public, et la municipalité d’Ashdod ne dispose pas des outils pour obliger les promoteurs à tenir leurs promesses.

La société « The Blue Marina » avait auparavant  remporté l’appel d’offres pour développer un complexe touristique grandiose, en contrepartie des droits de construction sur cet emplacement prestigieux.

En contrepartie de cette aubaine, les promoteurs devaient donc construire, sur un terrain de 57.000 m2 (le terrain public situé entre les résidences et la marina), une place d’une superficie de 40.300 m2, comprenant un lac de plaisance d’une superficie de  17.600 m2.

Autour du terrain public, des terrains commerciaux destinés au tourisme et au divertissement étaient planifiés, construits en forme circulaire afin d’étreindre la totalité du complexe.Le centre d’achats devait être construit au rez-de-chaussée, situé en-dessous d’une série d’hôtels prestigieux construits sur 3 étages. Le terrain commercial devait être construit sur pilotis, similairement à la promenade des hôtels à Eilat. Il devait comporter  des restaurants, des pubs, et des magasins, tous orientés vers la place et le lac.

L’idée était de pouvoir organiser des spectacles sur la scène située à l’ouest du complexe, près de la marina et au bord du lac, à la vue des visiteurs attablés aux cafés et aux restaurants.

Le lac devait contenir de l’eau salée (de mer),  et servir aussi bien d’ornement que de lieu de pratique d’activités sportives: Kayaks,  barques, pédalos et gondoles, tandis que la pêche serait permise tout autour.

Ce complexe ainsi que les hôtels situés en dessus, devaient ainsi fonctionner toute la journée, du matin jusqu’aux heures tardives de la nuit.

Pourquoi ne profitons-nous toujours pas de ces belles promesses ?

marina

Une triste réalité –Il n’y a plus aucune trace des promesses faites aux résidents d’Ashdod.

Le lac et le complexe touristique qui nous ont été promis et qui devaient être inaugurés il y a de ça des années, ne semblent pas voir le jour. A la place d’un lac, il y a du sable, et à la place d’un parc : Toujours du sable.

Le complexe de la marina, qui devait constituer un des principaux centres touristiques à Ashdod, est abandonné.

Quant à la marina, les résidents d’Ashdod ne peuvent pas y accéder et en profiter, à moins de disposer d’un yacht. Et ceux qui en ont un, peuvent « profiter » des niveaux d’entretien, d’hygiène et de service médiocres.

La municipalité d’Ashdod n’a pas de réponse à fournir au public. Une question subsiste toujours : Quand la marina sera-t-elle développée ?

marina1

Le contexte :

En 1994, la société « The Blue Marina » a reçu de l’état et de la municipalité d’Ashdod, de nombreux droits de construction afin de construire et de faire fonctionner la marina d’Ashdod et de la transformer en attraction touristique incontournable.

Il était ainsi prévu d’accueillir des milliers de plaisanciers venus de tout le pays et du monde, et de faire profiter les résidents de la ville de ses activités maritimes et touristiques.

marina2

L’accord  face à la réalité

L’accord pour l’inauguration de la marina a été signé par  la société « The Blue Marina » (partagée par Ashtrom à 55% – Magor Holdings à 25% – Diur B.P Ltd. (filiale de la Banque HaPoalim) à 20%).

Dans le cadre de cet accord, les promoteurs ont finalement obtenu 1000 unités de logement, pour des zones commerciales, des bureaux et des hôtels, ainsi que le droit de louer l’emplacement à l’administration des terrains d’Israël pendant 20 ans.

Le projet comprenait des digues, des quais pour accueillir les yachts, des petits et moyens navires, des jetées etc.

La société s’est aussi engagée à effectuer des travaux de développement qui comprenaient la création d’un parc, d’un lac, d’une promenade, de jardins, de pistes, et de terrains touristiques qui n’ont toujours pas vu le jour.

La société, qui devait construire un complexe grandiose, l’un des plus beaux du pays, a profité jusqu’au bout des importantes recettes générées par la vente d’appartements et de terrains des tours résidentielles, mais a négligé, de façon criminelle, la marina.

Le développement du complexe a été abandonné, et le terrain situé entre la marina et les résidences est resté vide et négligé.

Les résidents d’Ashdod qui ont été spoliés d’une grande partie du littoral de la ville et qui n’ont aucune affinité avec les yachts ancrés à la marina, devaient au moins profiter du lac, des parcs et du complexe, mais ils n’ont toujours rien reçu.

La société n’a pas respecté ses nombreux engagements quant au développement des terrains  et des infrastructures au profit des résidents.

Dr Lahmani est il le seul à s’en soucier ?

lahmani

En 2010, l’ex-membre du comité Eli Lahmani, avait abordé la question de l’état de la marina lors d’une réunion du comité. Lasri avait traité de la question en demandant au directeur de la municipalité, Ilan Ben Adi, de répertorier toutes les dettes de la société qui a remporté l’appel d’offres pour la construction de la marina, et avait déclaré qu’il avait l’intention d’intenter une action pour obliger la société à respecter ses engagements. Rien de tout cela n’a eu lieu.

La question de la marina a une nouvelle fois été abordée par Lahmani en décembre 2013, lors du début du mandat du maire, et il a alors été décidé de demander au directeur de Hapa (Société municipale de développement d’Ashdod), Yehuda Avidan, d’effectuer un examen attentif afin de fournir des réponses à cette question.

Selon le Dr Lahmani, les réponses fournies étaient vagues et sans intérêt.

Hapa avait déclaré que le problème se situait au niveau de l’Administration des terrains d’Israël qui est propriétaire du terrain et fait partie du contrat, et que la municipalité ne peut rien faire contre la société The Blue Marina.

Accusations mutuelles

Dr Eli Lahmani accuse : « L’impuissance de la municipalité me dérange. Pourquoi, pendant 10 ans, le maire n’a rien fait ? Nous devons continuer d’exercer des pressions sur la société afin qu’elle respecte ses engagements. ».

La municipalité quant à elle, accuse l’ancien maire de la ville, Zvi Zilker, qui n’aurait pas effectué un bon accord.

La société The Blue Marina réussira t elle à respecter ses engagements ?

marina3

La municipalité d’Ashdod devrait avoir un intérêt direct au développement de la marina et à sa transformation en centre touristique principal de la ville d’Ashdod. Il semble pourtant que les dirigeants de la ville soient embarrassés par ce sujet et peinent à obliger les promoteurs à respecter leurs engagements.

La société The Blue Marina a déjà profité de tout le potentiel de recettes du projet, et il lui reste principalement des engagements d’investissements futurs s’élevant à plus de 100 millions de shekels, selon les estimations.

Ashdod Net a vérifié les rapports financiers de la société, et a trouvé que depuis plus d’un an, les capitaux propres de la société affichent un déficit de 140 millions de shekels, et le fonds de roulement de la société affiche quant à lui un déficit de 138 millions de shekels, en date du 31 mars 2014, provenant principalement de prêts bancaires à court terme.

Il est difficile de savoir si nous resterons avec un quartier résidentiel et une marina négligée, et si son développement sera, finalement, à la charge des résidents.

Que faire ?

Le Dr Lahmani a proposé d’exproprier les droits de gestion de la société The Blue Marina, et de les transférer à Hofit, la société du tourisme à Ashdod. La municipalité redoute cependant qu’une telle action entraînerait la société The Blue Marina à saisir cette occasion pour continuer à ne pas respecter ses engagements. Lahmani a proposé de transférer la responsabilité de gestion de la marina à la société Hofit, qui la transformerait, comme il était prévu, en complexe touristique.

La question qui se pose est : D’où proviendra le budget ?

Le département d’ingénierie de la municipalité a déclaré que la société The Blue Marina dispose de droits qu’elle n’a pas pu utiliser, et qu’ils valent beaucoup d’argent. D’autres sources suggèrent que la société a déjà vendu ces droits afin d’échapper à leurs engagements.

Quoi qu’il en soit, la seule possibilité de recevoir ce qui est du aux résidents, se résume à exercer une importante pression  sur la société et ses actionnaires,  des organismes phares du secteur de l’économie – La banque HaPoalim et la société Ashtrom.

La municipalité d’Ashdod réussira t elle à le faire ?

Adaptation Française ashdodcafe.com
Sources AshdodNet
Traduction : Traducsion

1 Commentaire

  1. Sebag andre 10:13, Oct 05, 2017

    Nous sommes entièrement d accord en fait quelqu’ un qui s en préoccupe nous devons tous en faire autant et rejoindre le docteur Eli Lamahni et faire pressions car l union fait la force veuillez je vous prie de bien vouloir me transmetres les coordonnées du docteur Eli Lahmali

    Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

S'inscrire à la newsletter AshdodCafé.com

S'inscrire
Mairie Ashdod
Joseph Sitruk Avocat
Bella Ligna
Mairie Ashdod Culture
Cal Auto
Immobilier Low Cost
Mishkan Ashdod Culture

Fil d’info 24h/24h en direct d’Israël