כִּי תִשָּׂא

Ki-Tissa

 Exode 30:11-34:35 : Le péché du Veau d’or

Haphtara : Ezéchiel 36:16-38 : La prostitution spirituelle

« Quand tu feras le dénombrement général des enfants d’Israël, chacun d’eux paiera au Seigneur le rachat de sa personne lors du dénombrement, afin qu’il n’y ait point de mortalité parmi eux à cause de cette opération. Exode 30:12

Tissot_The_Golden_Calf

Notre Paracha de la semaine débute avec le dénombrement des fils d’Israël et relate l’histoire du péché du Veau d’or, des premières Tables brisées, et la réception des secondes Tables. Elle se termine par le rappel des lois sur le Shabbat et le visage rayonnant de gloire de Moshé qui devait être recouvert d’un voile.

Dans le dénombrement, les personnes n’étaient pas comptées, seuls les demi-shekels l’étaient. Ils étaient collectés pour construire les socles et bases du Michkan. Ces demi-shekels ne devenaient complets qu’avec l’apport de ceux des autres et la nation entière participait alors à l’édification du Michkan.

Le reste du Michkan était construit avec les offrandes volontaires. Comme nous l’avons vu lors de la dernière Paracha Troumah, Betsal-El avait un don prophétique lui permettant de discerner les intentions du cœur et en fonction de cela, l’offrande était destinée à la construction de l’arche, de la Menora, ou des piliers de la cour.

Encore une fois la Thora nous enseigne que la avodat HaShem  s’effectue en équipe pour un but commun, chaque moitié attendant l’autre moitié pour se compléter, différents mais unis dans la même vision.

D’autre part, le mot hébreu « et ils donneront, vénatnou », composé des lettres vav, noun, tav, noun, vav, וְנָתְנוּ est un palindrome : un mot pouvant se lire de gauche à droite et vice versa et ceci nous enseigne sur l’effet boomerang de la tsedaka. Ses bienfaits nous reviennent sous une forme ou une autre. 

Ce rachat de la personne était à la fois collectif et personnel. La Thora enseigne que chacun est responsable de son frère. Il y a une responsabilité de groupe comme dans le cas du péché d’Acan où le peuple entier fut tenu pour responsable. C’est ce qui explique la raison d’un dénombrement collectif.

Puis viennent les commandements relatifs à la cuve d’ablutions et à la préparation de l’huile et de l’encens. La cuve nous parle de la sainteté des actes par l’image du lavage des mains et des pieds.

La composition de l’huile et de l’encens ne devait pas être imitée pour un usage personnel, aucune contrefaçon n’était autorisée.

Puis vient le commandement du Shabbat :

« Et toi, parle aux enfants d’Israël en ces termes: Toutefois, observez mes sabbats car c’est un symbole de moi à vous dans toutes vos générations, pour qu’on sache que c’est Moi, l’Éternel qui vous sanctifie. 14 Gardez donc le sabbat, car c’est chose sainte pour vous! Qui le violera sera puni de mort; toute personne même qui fera un travail en ce jour, sera retranchée du milieu de son peuple. 15 Six jours on se livrera au travail; mais le septième jour il y aura repos, repos complet consacré au Seigneur. Quiconque fera un travail le jour du sabbat sera puni de mort. 16 Les enfants d’Israël seront donc fidèles au sabbat, en l’observant dans toutes leurs générations comme un pacte immuable. 17 Entre moi et les enfants d’Israël c’est un symbole perpétuel, attestant qu’en six jours, l’Éternel a fait les cieux et la terre, et que, le septième jour, il a mis fin à l’œuvre et s’est reposé. » Exode 31 :13-17

Toutes ces étapes nous conduisent dans le repos, en compagnie du Créateur de nos âmes. Nous Le reconnaissons alors comme Maître absolu. Il nous a délivrés de l’oppresseur, de l’Egypte et nous pouvons alors rentrer dans la paix du Shabbat, signe perpétuel entre Israël et D.ieu.  L’Islam a adopté le vendredi et le Christianisme le dimanche, mais Israël est resté fidèle à l’alliance initiale. La pratique physique de ce jour de repos n’est que le signe de la signification hautement spirituelle du Shabbat.

Moshé tarde à revenir.  Les quarante jours sont passés, que vont-ils devenir dans ce désert ? Qui va intercéder pour eux auprès de D.ieu ? Et si tout cela n’était qu’un rêve ? Après avoir vécu tous ces miracles, avoir été élevés dans les sphères de la révélation du Mont Sinaï, l’abandon est trop difficile, la maturité du peuple trop fragile.

Un veau d’or est formé à partir de l’or emmené d’Egypte,et malgré qu’Aaron fasse traîner sa fabrication et sa célébration jusqu’au lendemain matin, le peuple se lève de bon matin pour commettre l’irréparable : une idole est formée dans la convoitise des cœurs, rappelant à la fois le dieu Apis égyptien et le bœuf du char de la vision d’Ezekiel nous raconte le Midrach…

Alors qu’ils avaient prononcé d’un cœur zélé les paroles pleines de promesse, Naassé vé nichma, נַעֲשֶׂה וְנִשְׁמָע : « Nous ferons et nous écouterons », les voilà tombés sous le coup du jugement.  Ce n’est que par l’intercession de Moshé qu’ils seront sauvés de la colère divine :

Et maintenant, si tu pardonnes leur péché…; sinon, efface–moi, je te prie, de ton livre que tu as écrit. Exode 32:32

Moshé redescend avec les deux Tables gravées du doigt de D.ieu. Le mot « gravée », ‘harout חָרוּת s’écrit de la même façon que le mot liberté, ‘hérout  חרות

La Thora rend libre, mais cette liberté a un prix :

A moi, quiconque est pour l’Eternel ! Exode 32:26

Trois mille personnes moururent ce jour-là, ce qui représentait 1% environ de la population totale. La tribu de Lévi, littéralement : accompagnement, fut la seule qui accompagna Moshé dans le processus de nettoyage du camp.

Moshé va remonter une seconde fois, pour demander le pardon du peuple. Cette période se situe du 18 Tamouz à la fin du mois d’Av. D.ieu vient de lui dire qu’Il n’irait plus au milieu du peuple, le guidant en Terre promise, mais qu’un Ange irait à Sa place. Miséricorde infinie de D.ieu qui ne veut pas la mort de Son peuple !  Mais Sa sainteté est si grande qu’Il ne peut rester dans un camp souillé. Sa Présence se retire et Il apparaîtra voilé à Son peuple.

Les Israélites se dépouillèrent ce jour-là de leur parure, edyam עֶדְיָם qui correspond à la valeur numérique d’Eden, עֵדֶן. Comme si la réception de la Thora au Mont Sinaï avait revêtu momentanément les Bnei Israël de la pureté originelle…

Lorsque Moshé redescendra avec les nouvelles Tables de la Thora, ce sera le 10 du mois de Tichri, le jour de Yom Kippour. Le pardon est accordé, les nouvelles Tables sont taillées par la main de l’homme, symbole de la faiblesse de la nature humaine. Le nom de HaShem, יְהוָה est alors employé au lieu d’Elohim lors des premières Tables : c’est avec miséricorde dorénavant que l’apprentissage de la Thora va se faire. Patient, plein de bonté, Il nous attend sur le sommet de la montagne…

 

Orah Sofer, Guide touristique licenciée – Guide certifiée à Ir David et Guide certifiée à l’Institut du Temple

 (972) 054-207313
www.visiterisrael.com

***  Jérusalem : 17h00 -18h17
*** Haïfa, Netanya, Eilat, Tibériade,Tsfat, Kiriat Shmona : 17h11-18h19
*** Tel Aviv, Raanana, Ashdod, Ashkelon, Beer Sheva : 17h20-18h19
*** Paris : 18h23-19h30

         ***  Tel Aviv, Raanana, Ashdod, Ashkelon, Beer Sheva : 17h20-18h19
         ***  Paris : 18h23-19h30

Laisser un commentaire