Si vous lisez ces lignes, c’est que vous avez fait votre alya et que vous êtes inscrits dans l’un des trois Consulats de France. Parmi vous, certains sont retraités ou bien ont des proches qui ont pris leur retraite en Israël. Alors, voici un dossier pour vous donner des informations exactes qui peuvent aider nos retraités au quotidien sur la fiscalité, la retraite israélienne, la couverture sociale en France et en Israël.   

La fiscalité

La convention franco-israélienne de 1995 de non-double imposition vous concerne. Si vous êtes retraités du secteur public ou assimilé, vous continuerez à régler vos impôts en France. Si vous relevez du secteur privé, vous ne relèverez plus de votre Centre des impôts en France. Vous serez néanmoins redevables à l’administration fiscale de l’année en cours lors de votre alya. Vous demeurerez redevables en France des impôts fonciers si vous avez des biens immobiliers ainsi que de la CSG et de la CRDS sur les revenus locatifs des appartements que vous aurez conservés.

Vérifiez que vous ne payez plus la CSG et la CRDS sur vos retraites. Si ces contributions vous sont toujours prélevées, demandez auprès de votre Consulat un certificat de résidence et faites une réclamation auprès de votre Centre des impôts. Vous pouvez récupérer les sommes indûment prélevées sur deux ans. Je puis également vous y aider, il suffit de venir à l’une de mes permanences ou de me contacter par téléphone (03-695 57 80). Vous devrez également envoyer votre certificat de résidence (photocopies) à la CNAV, la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse, ainsi qu’à vos Caisses de retraites complémentaires en annonçant votre installation définitive en Israël si vous n’avez pas déjà effectué cette démarche.

La retraite en Israël

Elle est fixée à 67 ans pour les hommes et à 64 ans pour les femmes. Les retraités en Israël touchent une somme forfaitaire sans rapport avec le montant cotisé.  Elle est actuellement d’environ 300 euros par personne et d’environ 400 euros pour un couple si l’épouse n’a pas travaillé. Les retraités ne remplissent pas de déclaration d’impôts en Israël et sont exemptés d’impôts pendant 10 ans sauf s’ils travaillent et si leurs revenus mensuels dépassent un certain seuil.

La couverture sociale en Israël

Les retraités français nouveaux immigrants reçoivent les mêmes avantages que les autres nouveaux immigrants. Ils sont dispensés de payer la cotisation au Bituah Leoumi pendant une année s’ils ne travaillent pas en Israël. Après cette première année, ils doivent régler une cotisation mensuelle d’environ 30 euros par personne. Mieux vaut s’affilier aussi à l’une des quatre Caisses d’assurances maladie, la Maccabi et la Klalit pour les deux plus importantes, ou bien  la Mehouhedet et la Leoumit. Je conseille à tous les nouveaux immigrants de 50 ans et + de prendre également une des assurances complémentaires proposées par ces Caisses, de type zahav  ou mouchlam. Il faut compter une vingtaine d’euros supplémentaires, mais en cas d’interventions chirurgicales, vous serez bien couverts par ce type d’assurance complémentaire.

La couverture sociale en France

Vous demeurez redevables de la cotisation sociale prélevée automatiquement sur votre retraite. Ce prélèvement vous permet de bénéficier de la Sécurité sociale lors de vos déplacements en France. Vous continuez à bénéficier de la Carte VITALE. Les mutuelles françaises ayant fortement augmenté leurs tarifs et les services médicaux en Israël étant excellents, il est peu judicieux de continuer à payer en France une mutuelle après l’alya si vous pensez vous faire soigner en Israël ou si vous ne séjournez que rarement en France.

Daphna Poznanski-Benhamou, Conseillère à l’Assemblée des Français de l’étranger, Conseillère consulaire Tel Aviv-Haïfa

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.