L’écosystème israélien des start-up est une machine d’investissement bien huilée qui a révélé des entreprises depuis une bonne partie de ces deux dernières décennies.

Le pays a ses propres anges comme Gigi Levy-Weiss et Eilon Tirosh, des sociétés de capital-risque comme Carmel, JVP, Pitango et Canaan, les entreprises de financement participatif comme OurCrowd et iAngels, et les entreprises de la Silicon Valley avec des bureaux sur le terrain comme Battery Ventures et Sequoia (cela est sans compter nouvelle vague d’investisseurs asiatiques pariant sur les start-up israéliennes).

Mais, pour toute la fanfare de la « Start-up Nation », l’acquisition de Waze par Google – le plus haut profil start-up sortie d’Israël à ce jour – a été évalué à seulement $ 1.1B. Et, alors qu’Israël a officiellement deux sociétés Licornes sur la liste CrunchBase (plus si vous comptez des entreprises comme taboola et WeWork), seule une poignée de sociétés israéliennes a effectivement été rachetée pour un montant de l’ordre du milliard de dollars. Ceci est, au moins en partie, lié à la conception.

Yossi Vardi, l’un des investisseurs providentiels les plus prospères d’Israël, a conseillé aux entrepreneurs israéliens de construire de grands produits qui peuvent, comme sa société de portefeuille ICQ (qui a été vendu à AOL), être acquis par des grandes entreprises de la Silicon Valley.

Eden Shochat sait certainement quelque chose sur les sorties précoces. La société de reconnaissance faciale : Face.com, qu’il a co-fondé, vendu à Facebook pour $ 60M après avoir levé seulement 5 millions $ en investissements. Mais maintenant, en tant que partenaire fondateur d’Aleph, au capital d’amorçage de 150 millions $ à Tel-Aviv, son but est de financer des entrepreneurs israéliens qui veulent bâtir des entreprises mondiales. Son portefeuille de sociétés comprend Meerkat, FreightOS et Lemonade.

Récemment, je me suis assis avec Eden à WeWork (une de ses sociétés de portefeuille) à Tel Aviv où il a partagé avec moi sa vision de ce que lui et d’autres se réfèrent à la « Scale-up Nation », un écosystème israélien fait d’entreprises construites pour durer, plutôt que la vision de Vardi de produits qui sont construits pour se faire racheter. Après notre rencontre, nous avons échangé des notes sur la faisabilité de la construction d’entreprises de taille Google en Israël, l’impact de la violence dans la région et comment, le cas échéant, Aleph diffère vraiment de l’ancienne garde des investisseurs israéliens.

http://www.technionfrance.org/

Laisser un commentaire