Le 29 Novembre 1947, l’Assemblée générale de l’ONU a voté en faveur d’une résolution, qui a adopté le plan de partage de la Palestine, recommandé par la majorité du Comité spécial de l’ONU sur la Palestine (UNSCOP).

33 États ont voté en faveur de la résolution et 13 contre. 10 Etats se sont abstenus. UNSCOP a été nommé sept mois plus tôt, après la Grande-Bretagne, qui a gouverné le pays sur la base d’une Société des Nations Mandat, a décidé que, compte tenu de la résistance juive croissante et une violente opposition à sa règle, il ne voulait pas poursuivre sur la base existante , et remis la question à l’ONU.

Le Comité de l’ONU parvenu à la conclusion que le Mandat pour la Palestine devrait être terminée, et la plupart de ses membres ont recommandé la mise en place sur le territoire de la Palestine mandataire un Etat arabe et un Etat juif, tout en internationalisant Jérusalem.

La carte de la partition proposée par UNSCOP attribue seulement une petite partie de la Palestine occidentale a l’Etat juif. En dépit de ce fait, l’Organisation sioniste et les institutions de la communauté juive en Eretz Israël ont convenu d’accepter le plan, car il a reconnu le droit du peuple juif à un état et non pas seulement un «foyer national» comme indiqué dans la Déclaration Balfour 1917 et le mandat 1922 pour la Palestine.

 L’adoption de la résolution de partage par l’Assemblée générale a été reçue par la communauté juive avec beaucoup de joie et des milliers de personnes sorties dans les rues pour célébrer cela, même s’il était clair que les Etats arabes et les Arabes palestiniens se lanceraient dans une guerre implacable contre la réalisation du projet de création d’un Etat juif.

1917-balfour-declaration

Laisser un commentaire