33 ème Edition du festival international du film de Haifa du 5 au 14 octobre 2017Article Précédent
Souccot 5778 (3/4) | Lachon Hara – Commandements Négatifs (3/8)Article Suivant

Psychologie et judaïsme : comment transformer sa vie ? par Hanna Haddad, psychologue

Espacement de ligne+- ATaille du texte+- Imprimer cet article
Psychologie et judaïsme : comment transformer sa vie ? par Hanna Haddad, psychologue

Tout quitter, repartir de zéro et se réinventer…Qui n’a jamais caressé ce rêve ? L’époque nous impose de nous transformer, de renouveler nos habitudes, nos relations aux autres et même notre vision du changement. Alors comment procéder pour transformer sa vie et réussir notre métamorphose ?

Pour la psychologie :

Nous sommes par nature des êtres de projet indique le philosophe Michel Lacroix car nous ne sommes pas parfaitement en adéquation avec nous même. Notre désir s’élance sans cesse vers de nouveaux objets. Sartre disait : « l’homme n’est pas ce qu’il est, il est ce qu’il n’est pas ». Et Michel Lacroix de résumer joliment : «  Le bondissement vers du nouveau est constitutif de notre être », même s’il ne nous pousse pas toujours aux grandes ruptures. Ontologique, donc  ce désire prend selon les époques, des colorations différentes. « Depuis 1968, commente le philosophe, nous sommes imprègnes par cette conviction portée par la  culture du développement personnel  qu’il faudrait se changer soi pour changer le monde ».

Aussi  pour C. André (psychiatre et psychothérapeute) le changement est un processus lent et progressif, qui débute par un état des lieux, une remise en question personnelle. Tout commence par un travail intérieur : il faut s’écouter et s’observer.  Si nous nous intéressons  a nous même, les changements seront plus solides et d’une grande amplitude que si nous nous laissons simplement modeler par l’existence.IL ne s’agit pas d’être  obsède  par soi et coupe du monde, mais de passer par plusieurs périodes  apaisées d’introspection sereine. Pour y parvenir, un bon moyen est de s’éloigner du bruit du tumulte, de se mettre a l’écart, dans un état méditatif : passer huit jours a marcher en montagne, faire une retraite spirituelle…  Dans ces moments la nous intégrons  ce que nous avons vécu   , appris, compris de nous même et du monde. Ce temps   de recueillement est précieux. Apres cette première étape, le vrai processus se met en place a travers une série d’allers retours   entre les convictions, les hypothèses que nous avons élaborées et leurs confrontations avec la réalité. Nous observons ce que cela nous donne  avant de repartir a l’action. Nous regardons si ce que nous pensions être bons donne des résultats dans le réel. Les changements dans la vie   ne sont jamais rapides. Ils demandent du temps, des mois, des années  parfois beaucoup d’ajustements.                                                                                                                                                                                                                                                     Pour la Torah :
Dans la pratique juive tous les jours que nous vivons sont propices à faire cette remise en question « pour pouvoir repartir d’un bon pied ». En effet nous avons maintes occasions de « faire techouva » : tous les soirs avant de dormir nous faisons notre « Heshbon nefech » ou état des lieux. A ce moment nous réfléchissons a ce que nous avons vécu durant la journée écoulée et nous pouvons ainsi dès le lendemain rectifier ce qui n’allait pas…Mais les périodes collectives ou le peuple se doit de faire Téchouva  sont  bien les périodes que nous venons de vivre durant les fêtes de tichri.                                                                                                                                                                                   Pour le Rav Aviner(le verger de Joël) Roch Hachana ne saurait être une simple remise à zéro du compteur des jours.

Ces deux journées constituent un moment très particulier d’une révolution  intérieure et d’une transformation profonde  de notre personnalité dont l’instrument n’est autre que la Téchouva. Elle est le retour à nos véritables valeurs ou à notre essence, ce que nous étions avant d’être. Elle est essentiellement un mouvement continuel, infini, jamais achevé puisque l’on n’a jamais fini de revenir à son être le plus profond !
Pour Bergson l’homme est un être  qui tend perpétuellement vers la perfection « un être en devenir ». La techouva  serait donc cette énergie universelle qui fait progresser les mondes et progresser l’homme.  Quant au jour de Kippour  ou on doit cesser toute activité humaine qui pourrait faire écran entre l’homme et D. et laisser ce qui vient de D. nous pénétrer .Cette journée est considérée comme une immersion, un mikve purificateur. C’est l’identité même de ce jour qui nous  purifie .Plus nous en sommes conscients, plus la lumière de Yom haKippourim  pénètre en nous et plus nous sommes associes a cette rencontre par la techouva.

Quant aux fêtes de Souccot  elles  sont symbolisées par la joie. La Soucca est « une ombre de confiance » en D. ou nous entrons entièrement Enfin  comme la mitzva de la Soucca,  celle d’habiter en Eretz Israel nécessite que tout notre corps se trouve sur cette terre.

Nous sommes maintenant arrivés au mois de Hechvan ou le sept du mois nous rajoutons la requête pour la pluie comme manifestation de la force vitale a la source elle-même. La source de vie spirituelle, la compassion et la créativité de D. se manifestent concrètement a travers ce don  que D. nous a fait. En hébreu « gachmiout » traduit par matérialité ou pluviosité. Il faut savoir que pluie se dit « geshem ». La pluie que nous voyons est la source  de l’être et du devenir. La pluie  que nous voyons est la source de l’être et du devenir. La pluie qui tombe en Eretz Israel est bénédiction. Le talmud nous dit que la pluie est une immense proclamation de la présence de D.

En Hechvan nous devons faire des choix en ce qui concerne notre relation avec le monde de la réalité, les jours ordinaires auxquels nous allons être confrontés. Il nous faut maintenant prendre des engagements et aborder les choses terre a terre qui se trouvent devant nous et ainsi effectuer  des  choix grâce a notre renforcement spirituel qui s’est effectué tout au long des fêtes du mois de Tichri. Le mois de Hechvan est alors le mois de toutes les opportunités. Sachons les saisir.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   Hanna Lachkar Haddad
Psychologue, psychothérapeute.
Enfants, adolescents et adultes.
0526525534 / 088642814

Source : Lamed, Hechvan « retour a la normale » et www.psychologies.com

 

0 Commentaire

Pas de Commentaires Cet article n'a pas encore été commenté

Désolé, soit quelqu'un a pris tous les commentaires et s'est enfuit avec, soit personne n'en a encore laissé!

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

S'inscrire à la newsletter AshdodCafé.com

S'inscrire
Mairie Ashdod
Joseph Sitruk Avocat
Bella Ligna
Mairie Ashdod Culture
Cal Auto
Immobilier Low Cost
Mishkan Ashdod Culture

Fil d’info 24h/24h en direct d’Israël