Après l’intervention du Premier ministre, le ministère des Affaires sociales examine la remise à disposition de l’assistance sociale aux olim français.

Netanyahou a demandé au ministre de la solidarité sociale de trouver un budget pour le programme, qui a fourni des services sociaux français à environ 3.000 immigrants au cours des deux dernières années. Ce matin, il a été annoncé que le service sera interrompu en janvier en raison d’un manque de financement.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu est intervenu aujourd’hui (lundi) au sujet de la crise liés au service sociaux pour les immigrés français et a demandé au ministère de  la solidarité sociales de continuer à fournir des services sociaux en français. B. Netanyahu a demandé au ministre du Travail et des Affaires sociales, M. Haim Katz, d’examiner comment continuer de financer le projet « modèle d’intégration », dans lequel les nouveaux immigrants français et ukrainiens reçoivent l’accompagnement des services sociaux en langue française et ukrainienne.

Dans ce contexte de demande adressée au ministère de la solidarité sociale, des sources bien informées au ministère des Finances ont déclaré que des fonds pour ce projet seront mis à disposition dès que possible, mais la question est toujours débattue et n’est pas encore définitivement approuvée. Apparemment, le budget à transférer pour l’année à venir pour financer ces services serait de l’ordre de 3,5 millions de shekels.

La demande du premier Ministre  Netanyahu a été faite suite à une lettre envoyée par l’organisation « Qualita » (l’organisation principale des immigrés de France en Israël), ainsi qu’a la publication de « Haaretz » , précisant que plus aucun service en français ne sera fourni dans les bureaux d’aide sociale des autorités locales à partir de janvier 2018.

En Israël vivent environ 100 000 francophones et au cours des deux dernières années, quelque 3 000 immigrants ont eu besoin de ces services sociaux en français. La décision de fournir des services sociaux en français a été prise en février 2015 suite à une augmentation du nombre d’immigrés venus de France. Afin d’encourager leur immigration (leur Alya), il a été décidé de mettre en place un projet de «modèle d’intégration locale», selon lequel les autorités locales qui intègre le plus grand nombre d’immigrants se sont vues attribuer des postes de travailleurs sociaux et de traducteurs parlant français. En plus des immigrants francophones, le projet comprend 2 000 immigrés ukrainiens, qui reçoivent un traitement adapté par un travailleur social, des interprètes et des assistants parlant le langage dans sept bureaux de solidarité sociale à travers le pays.

Les bureaux du ministère des Affaires sociales ont annoncé aujourd’hui que «Monsieur le Ministre Haim Katz a promis d’examiner positivement la poursuite du projet et a approché le ministère des Finances pour le convaincre  de valider le budget additionnel.

Le PDG de l’association Qualita a salué le développement positif de l’affaire« Nous sommes ravis que notre appel au ministre de la solidarité sociale au nom des immigrés français ait permis de faire progresser la demande et que le Premier ministre et le Ministre de la solidarité sociale, avec l’aide du ministère des Finances, tentent de trouver une solution qui permettra au programme de se poursuivre ». Et j’espère qu’il va trouver une solution qui permettra à des milliers de francophones et de nouveaux immigrants en Israël de continuer à recevoir cette aide en français

Traduction et adaptation Ashdodcafe
source : www.haaretz.co.il

 

3 Commentaires

    • La vie en Israel n’est pas facile en effet mais d un autre coté il y a aussi ca : « dans un pays de poussière et de rêves, vous avez su transformer la poussière en rêve,et quand vous venez de France, ou tout est plus simple, je suis impressionné par vos succès ou jour après jour vous transformez ce pays en un pays puissant et de plus en plus respecté de part le monde » – Bruno Le Maire -reference T.S.Eliot, poète – Waste Land- Shavoua tov et Beatslaha

    • Il est dommage de constater que seul le change vous a fait faire votre Alya…!! L’Alya n’est pas une affaire bassement matérialiste, c’est avant tout une décision personnelle guidée par l’amour de son pays et rien d’autre, les français sont malheureusement trop habitués à leur confort financier. .

Laisser un commentaire